MOULINS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Moulins doit son rang de préfecture de l'Allier à un long héritage historique. Elle apparaît dans l'histoire au xie siècle, lorsque les sires puis ducs de Bourbon y transfèrent leur capitale en lieu et place de Bourbon-l'Archambault, attestant ainsi la valeur de sa situation et de son site. En effet, le lieu établissait le contact entre le « Bocage bourbonnais » à l'ouest et la « Sologne bourbonnaise » à l'est ; quant au site, il offrait la possibilité de franchir l'Allier aux crues brutales et dévastatrices. Comme Vichy-Cusset ou Pont-du-Château-Clermont, Moulins, avec son quartier des mariniers, est ainsi l'une des villes de la batellerie du système Loire-Allier, reliée à Paris par le canal du Loing.

Auvergne-Rhône-Alpes : carte administrative

Carte : Auvergne-Rhône-Alpes : carte administrative

Carte administrative de la région Auvergne-Rhône-Alpes. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

La cour des Bourbons est opulente, en particulier au xve siècle et spécialement sous l'égide de la régente Anne de France (Anne de Beaujeu). La ville en garde un riche patrimoine immobilier et artistique, de la cathédrale Notre-Dame et son célèbre triptyque du Maître de Moulins, aux restes du château ducal, en passant par l'ensemble architectural de la vieille ville regroupée autour de son beffroi (doté d'un jacquemart du xviie siècle avec ses automates). Le musée rappelle, à travers ses collections, cette splendeur moulinoise qui s'achève avec la trahison du connétable de Bourbon et le rattachement du Bourbonnais au domaine royal (1531).

Malgré ses fonctions de capitale de la province royale du Bourbonnais, Moulins s'endort sur les rives de l'Allier. Et son rôle de capitale régionale lui est contesté par Montluçon et Cusset, sous la Révolution, lors du choix de la préfecture de l'Allier. Le prestige du passé l'emporte toutefois et, depuis, Moulins vit au rythme de la fonction préfectorale, renforcée par la présence d'une solide fonction commerciale (y compris des foires jusqu'au milieu du xxe siècle) et de l'accueil dans ses murs (et encore aujourd'hui) d'une bourgeoisie (voire d'une noblesse) possédant une solide part des terres de la Sologne bourbonnaise. Elle dépend aujourd'hui encore très largement de l'activité administrative qui suppose aussi une fonction scolaire (lycées publics et privés), une fonction hospitalière (centre hospitalier, centre hospitalier psychiatrique), etc. Moulins, ville tertiaire (plus de 80 p. 100 de son activité), doit tout à la fonction publique et aux services privés rendus aux particuliers, suscités par les revenus fixes apportés par cette dernière.

Dès l'entre-deux-guerres, Moulins a tenté, avec réticence, une industrialisation, toujours très contrôlée par une bourgeoisie dirigeante résolument conservatrice. Elle s'est essayée alors aux activités liées aux productions de terroir (brasserie, cuirs et chaussures, colles). Il n'en reste pratiquement plus rien lorsque la décentralisation des années 1960 lui amène des entreprises parisiennes de grande taille (trois unités de 500 emplois entre autres) dans les secteurs de la construction mécanique et électrique (ex. : Bendix, Thomson), attirées par les bas salaires d'une main-d'œuvre non syndiquée, souvent féminine. Peu ont résisté à l'épreuve du temps, à l'exception de Bosch, ou Potain (grues) venue de la région lyonnaise. En revanche, nées à l'ombre de ces groupes, des P.M.E.-P.M.I. assurent un modeste emploi industriel dans une gamme très conventionnelle (ex. serrurerie).

Moulins (20 100 habitants dans la commune et plus de 61 000 dans l'aire urbaine en 2012) tente maintenant une modeste percée vers la fonction universitaire dépendant de l'université Blaise-Pascal de Clermont, en tant qu'antenne de l'I.U.T. de Montluçon. Elle espère aussi développer une activité touristique en s'appuyant sur le « triangle d'or » des Bourbons : château à Bourbon-l'Archambault, sépultures à Souvigny, ville ducale à Moulins, en complément de la valorisation, qui reste à réaliser, de ses propres atouts.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

  • : professeur des Universités, université Blaise-Pascal, Clermont-Ferrand

Classification

Autres références

«  MOULINS  » est également traité dans :

BOURBONNAIS

  • Écrit par 
  • André LEGUAI
  •  • 754 mots

Le point de départ du Bourbonnais a été une petite seigneurie qui ne correspondait ni à un ancien territoire gaulois, ni à une circonscription gallo-romaine. L'ancêtre présumé des sires de Bourbon semble avoir été un familier de Guillaume le Pieux, duc d'Aquitaine, nommé Aimard. En 915, il abandonna au monastère de Cluny sa terre de Souvigny. L'avouerie du prieuré créé en ce lieu fut le premier fo […] Lire la suite

Les derniers événements

11-28 septembre 1992 France. Protestations des surveillants contre l'insécurité dans les prisons

Depuis lors, deux tentatives d'évasion en hélicoptère, les 7 et 8, à Ploërmel (Morbihan) et Saint-Maur (Indre), ainsi qu'une mutinerie à Moulins (Allier), le 8, ont encore aggravé la crise. Les syndicats de surveillants lancent un nouveau mouvement de grève, bien que leur statut le leur interdise. Près des trois quarts des établissements pénitentiaires sont bientôt paralysés. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Christian JAMOT, « MOULINS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/moulins/