NEVERS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Nevers (36 480 hab. en 2013), préfecture de la Nièvre, est née sur une butte (où s'élève la cathédrale) dominant le confluent de la Loire et de la Nièvre. L'occupation du site est ancienne ; si on doute aujourd'hui que Nevers ait été la Noviodunum Aeduorum dont fait mention César, on sait que la ville gallo-romaine reçoit une enceinte au ive siècle, devient burgonde puis franque ; Clovis y favorise la création d'un évêché.

Bourgogne-Franche-Comté : carte administrative

Carte : Bourgogne-Franche-Comté : carte administrative

Carte administrative de la région Bourgogne-Franche-Comté. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

Placée à la tête d'un comté puis d'un duché (1538), la ville passe de main en main par héritage ou par achat. Le xie siècle voit se construire la remarquable église romane Saint-Étienne et la base de la cathédrale Saint-Cyr et Sainte-Juliette, le xiie siècle la majeure partie de la cathédrale et une deuxième enceinte. Le xve siècle lègue la belle porte fortifiée du Croux et voit le début de la construction du palais ducal, terminé au xvie siècle. Lorsque le duché passe aux Gonzague de Mantoue, à la fin du xvie siècle, la fabrication de la faïence d'art, importée d'Italie, se développe pour atteindre son apogée au xviie siècle, période où fut érigée l'église Saint-Pierre. Le couvent Saint-Gildard, fondé au xixe siècle, surtout célèbre pour avoir accueilli Bernadette Soubirous à la fin de sa vie, devient un important lieu de pèlerinage. Jusque dans la première moitié du xixe siècle, Nevers vit de son rôle administratif (civil et religieux), de son commerce, notamment portuaire, des faïenceries (1 200 emplois à la fin du xviiie siècle) et de nombreuses forges.

Nevers : le palais ducal

Photographie : Nevers : le palais ducal

Le palais ducal de Nevers fut construit à la fin du XVe et au début du XVIe siècle sur une colline dominant la Loire. La façade sud est flanquée de deux tourelles d'angle et d'une tour centrale octogonale enrichie de fenêtres à meneaux surmontées de frontons décorés de bas-reliefs... 

Crédits : Vanni Archive/ Corbis

Afficher

Dans la seconde moitié du xixe siècle, le déclin de la navigation sur la Loire est compensé par la mise en place d'un carrefour ferroviaire, induisant la création d'ateliers d'entretien du matériel vers 1920, et de la cité ouvrière de Vauzelles ; la ville connaît une certaine industrialisation entre les deux guerres (Thomson). Après 1945, elle bénéficie de délocalisations (Alfa-Laval) et de nouvelles implantations (Neiman, Facom, Selni) qui compensent les pertes des industries traditionnelles, métallurgiques notamment ; la population augmentant, l'agglomération se dote de grands ensembles. Avec la crise économique de 1974, la région a été durement touchée par la réduction des emplois industriels : près du quart entre 1982 et 1990, la baisse continuant après 1990.

La ville et sa petite nébuleuse urbaine offrent, dans les années 2010, un peu plus de 7 000 emplois industriels, notamment à Imphy dans les aciers spéciaux (Aperam, ex-ArcelorMittal) et, à Nevers même, dans l'équipement automobile (Valeo, Gates SAS) et dans divers établissements : Philips (repris par Bavaria), Look Fixations, SELNI. Autour du circuit automobile de Magny-Cours et de son école d'ingénieurs s'est développé un réseau de petites entreprises liées à l'automobile. Dans l'agglomération même, l'industrie procure à peine plus de 15 p. 100 des emplois.

En effet, le secteur tertiaire fournit désormais plus des trois quarts des emplois, essentiellement dans les services (l'hôpital, la S.N.C.F., le département) ; les décentralisations universitaires (licence en droit, école d'ingénieurs) ont renforcé le prestige de la ville qui reste cependant très dépendante de Paris pour certains services. Le secteur commercial exerce son attraction sur une large partie du département. L'agglomération (60 100 habitants en 2013) a bénéficié de l'arrivée de l'autoroute A77 qui place Nevers à seulement deux heures de Paris.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Médias de l’article

Bourgogne-Franche-Comté : carte administrative

Bourgogne-Franche-Comté : carte administrative
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Nevers : le palais ducal

Nevers : le palais ducal
Crédits : Vanni Archive/ Corbis

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  NEVERS  » est également traité dans :

BOURGOGNE

  • Écrit par 
  • Robert CHAPUIS
  •  • 2 241 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les axes urbanisés en difficulté »  : […] Le Val-de-Loire bourguignon rassemble moins de 200 000 habitants et ne comporte, à côté d'un chapelet de petites villes, qu'une seule aire urbaine importante, Nevers (60 100 habitants dans l'aire urbaine en 2012). Cette partie de la Bourgogne a beaucoup souffert du déclin de ses anciennes industries (métallurgie, houille), mal compensé par les implantations de l'après-guerre (construction électron […] Lire la suite

BOURGOGNE DUCHÉ DE

  • Écrit par 
  • Jean RICHARD
  • , Universalis
  •  • 3 576 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les Valois : Jean sans Peur et Charles le Téméraire »  : […] Jean le Bon, après en avoir confirmé l'autonomie administrative et les privilèges, hérita en 1361 du duché en se donnant comme le plus proche parent du dernier duc capétien. Mais, dès 1363, il abandonna le duché de Bourgogne à son quatrième fils, Philippe le Hardi. Le premier des Valois de Bourgogne eut d'abord à lutter contre les routiers qui avaient envahi la Bourgogne sur les traces des Anglai […] Lire la suite

COQUILLE GUY (1523-1603)

  • Écrit par 
  • Jean MEYER
  •  • 232 mots

Jurisconsulte, il débute comme avocat, d'abord à Paris puis à Nevers. Sa renommée d'homme de loi en fait l'un des représentants les plus en vue du tiers état, d'abord aux états généraux d'Orléans en 1560, puis à ceux de Blois en 1576 et en 1588. Premier échevin de Nevers en 1568, Guy Coquille devient procureur général fiscal du Nivernais en 1571 et se fait remarquer comme l'un des adversaires les […] Lire la suite

FAÏENCE

  • Écrit par 
  • Henry-Pierre FOUREST, 
  • Jeanne GIACOMOTTI
  •  • 3 910 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La faïence aux XVIIe et XVIIIe siècles »  : […] Au xvii e  siècle, l'Espagne (Talavera de la Reyna, Puente del Arzobispo, Muel, Lerida), le Portugal (Lisbonne) et l'Italie (Naples et Castelli, Gênes, Albissola et Savone) continuèrent à produire d'innombrables faïences, mais ces différents centres ne jouèrent plus qu'un rôle secondaire ; de nouveaux foyers créateurs se constituaient : les Pays-Bas avec Delft, la France avec Nevers. Tout l'art d […] Lire la suite

UN TEMPS D'EXUBÉRANCE, LES ARTS DÉCORATIFS SOUS LOUIS XIII ET ANNE D'AUTRICHE (exposition)

  • Écrit par 
  • Robert DUPIN
  •  • 1 138 mots

Présentée au Grand Palais du 11 avril au 8 juillet 2002, cette exposition inédite avait pour but d'offrir une vue d'ensemble des arts décoratifs en France au milieu du xvii e  siècle. C'était le deuxième grand rassemblement de ce type organisé par le musée du Louvre après l'exposition Un âge d'or des arts décoratifs   1814-1848 , présentée en 1991 dans les mêmes espaces. La sélection, quelque 330  […] Lire la suite

Les derniers événements

23-30 mars 2014 France. Défaite du Parti socialiste aux élections municipales

Nevers, Belfort ou Pau, conquise par François Bayrou (MoDem). Europe Écologie-Les Verts conquiert Grenoble aux dépens du P.S., mais perd Montreuil au profit du Parti communiste. Ce dernier perd Bobigny, Saint-Ouen et Le Blanc-Mesnil dans son fief de Seine-Saint-Denis. Le taux d'abstention est de 37,9 p. 100.  […] Lire la suite

1er-4 mai 1993 France. Suicide de Pierre Bérégovoy

Nevers (Nièvre). Son geste suscite une vive émotion au sein de la classe politique comme chez tous les Français. Pierre Bérégovoy était très affecté par les accusations dont il avait fait l'objet à la suite de la révélation par la presse, en février, du prêt sans intérêts de 1 million de francs que lui avait accordé l'homme d'affaires Roger-Patrice […] Lire la suite

2-8 avril 1992 France. Nomination de Pierre Bérégovoy au poste de Premier ministre

Nevers en 1983 et député de la Nièvre en 1986. Le 2 également, l'Élysée publie la composition du nouveau gouvernement, qui comprend vingt-six ministres au lieu de vingt-neuf précédemment et est marqué par une forte présence des fidèles du chef de l'État. Numéro deux du gouvernement, Jack Lang est chargé d'un « superministère » regroupant la Culture […] Lire la suite

9-28 octobre 1991 France. Le gouvernement confronté à l'agitation paysanne

Nevers, le président de la République détaille un ensemble de mesures en faveur des agriculteurs et se prononce en faveur d'« états généraux » des zones rurales. Le 28, Édith Cresson s'engage à réunir avant juin 1992 des « assises nationales de l'espace rural ». Le calme revenu, de nouvelles mesures seront annoncées, le 28 novembre, qui seront bien […] Lire la suite

Pour citer l’article

Robert CHAPUIS, « NEVERS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/nevers/