CHRISTIANISATION

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Déchristianisation, sécularisation, exculturation

Ces interrogations parcourent également le champ de la déchristianisation. Le mot est plus récent et polémique : le verbe déchristianiser est attesté en français à la fin du xviiie siècle, mais ne fait son apparition dans le débat public que dans les années 1850, et le terme déchristianisation (1876) se définit à l'origine comme un processus actif, volontaire, issu du lexique révolutionnaire (défanatiser, déprêtriser). Michel Vovelle (Religion et Révolution, la déchristianisation de l'An II, 1976) a imposé l'expression « déchristianisation révolutionnaire » pour décrire la politique de rupture conduite de l'automne de 1793 au printemps de 1795. Il parle de « déchristianisation négative » – avec la fermeture des lieux de culte, la destruction des reliques, l'abdication volontaire ou contrainte des ministres du culte, la déportation ou l'exécution de prêtres catholiques –, et de « déchristianisation positive » à travers l'introduction d'un nouveau calendrier entièrement laïcisé, l'instauration de nouveaux cultes (culte de la Raison, puis de l'Être suprême en l'an II).

À l'aube du xxe siècle, des sociologues regroupés autour d'Émile Durkheim s'emparent des phénomènes religieux, et le terme évolue vers une seconde acception. Le concept de déchristianisation mesure et analyse les processus de détachement religieux qui éloignent les fidèles des Églises chrétiennes d'une pratique régulière de leurs sacrements et d'une observation effective de leurs commandements. Le livre des abbés Henri Godin et Yvan Daniel La France, pays de Mission ? (1943) constitue, en France, l'apogée de cette prise de conscience, à la fois constat de défaite et exigence de renouvellement. L'école sociologique connaît un renouveau avec l'intervention d'un juriste, Gabriel Le Bras, et d'un ecclésiastique, Fernand Boulard, qui font de la déchristianisation la catégorie essentielle d'une discipline, la « sociologie religieuse ». Soucieux de nourrir le débat de chiffres, ils initient à partir de 1931 un programme de relevé systématique de données quantitatives sur la pratique religieuse des catholiques français (ils mesurent et cartographient l'assistance à la messe dominicale, la communion pascale, les baptêmes, mariages et sépultures civils, l'ampleur des pratiques contraceptives, etc.). En 1947, dans un climat d'inquiétude d'ordre pastoral face à la sécularisation croissante de la société française, le chanoine Boulard publie une Carte religieuse de la France rurale qu'il ne cessera de préciser et d'affiner. Celle-ci met en évidence une très forte disparité de la pratique religieuse dans les campagnes françaises, selon une distribution périphérique. La publication des Matériaux Boulard (Matériaux pour l'histoire religieuse du peuple français, XIXe-XXe s.), entreprise en 1982, contribue à faire de cette carte un formidable instrument d'investigation et de questionnement historique et sociologique.

La sociologie contemporaine des religions et des croyances a abandonné, dès les années 1960, le concept de déchristianisation pour s'intéresser à l'individuation des conduites religieuses ou à l'exculturation du catholicisme français, c'est-à-dire sa sortie hors de la culture commune (Danièle Hervieu-Léger, Catholicisme français : la fin d'un monde, 2003). Les historiens, pour leur part, se sont efforcés de saisir, dans une démarche rétrospective et en fonction des sources disponibles, les étapes, les modalités et les causes de cette déchristianisation. En 1985, Timothy Tackett (La Révolution, l'Église et la France) a dressé la carte du serment imposé en 1791 lors de la mise en place de la constitution civile du clergé : prêtres constitutionnels et prêtres réfractaires occupent respectivement l'espace des régions déchristianisées et fidèles des xixe et xxe siècles. C'est reculer de près de deux siècles le débat sur la déchristianisation : la Révolution a été une rupture instauratrice dans l'histoire et la géographie du catholicisme français ; et c'est dans les régions tardivement agrégées à l'espace du royaume que la déchristianisation semble, à long terme, avoir été la plus faible.

Christianisation et déchristianisation constituent ainsi les deux versants d'une même interrogation s [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales, professeur d'histoire contemporaine à l'université de Paris-XII-Val de Marne

Classification

Autres références

«  CHRISTIANISATION  » est également traité dans :

AZTÈQUES (notions de base)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 3 531 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Le nouvel ordre colonial hispanique »  : […] Cette catastrophe hante l'histoire de la soumission forcée des Indiens à l'ordre colonial espagnol. Très rapidement, et sans que l'autorité royale ait eu son mot à dire, les vainqueurs se répartissent les terres et leurs populations, qui doivent fournir aux nouveaux maîtres impôts en nature ou en espèces, force de travail et biens de consommation courante, selon le système des encomiendas déjà imp […] Lire la suite

DELUMEAU JEAN (1923-2020)

  • Écrit par 
  • Monique COTTRET, 
  • Jacqueline LAGRÉE
  •  • 1 183 mots

Jean Delumeau fut un grand historien du christianisme et du sentiment religieux, dont l’œuvre est à la fois marquée par l’influence de l’école historique des Annales et son engagement catholique. Né à Nantes le 18 juin 1923 et mort à Brest le 13 janvier 2020, il mena une carrière qui se lit comme un modèle français : l’École nationale supérieure de la rue d’Ulm, l’agrégation, l’École française de […] Lire la suite

PAPOUASIE-NOUVELLE-GUINÉE

  • Écrit par 
  • Christian HUETZ DE LEMPS
  •  • 4 746 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre «  Le dernier grand peuple découvert »  : […] Ce sont les Portugais qui, dans le prolongement de leur exploration des Moluques (épices), ont les premiers aperçu les côtes de Nouvelle-Guinée. Dès 1526-1527, Don Jorge de Meneses y aborda accidentellement et lui donna le nom de terre des Papous, un mot malais faisant référence aux cheveux crépus des habitants. En 1545, un Espagnol cette fois, Inigo Ortiz de Retes utilisa le nom Nouvelle-Guinée […] Lire la suite

TCHÈQUE RÉPUBLIQUE

  • Écrit par 
  • Jaroslav BLAHA, 
  • Marie-Elizabeth DUCREUX, 
  • Marie-Claude MAUREL, 
  • Vladimir PESKA
  •  • 18 245 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les débuts. La Grande-Moravie »  : […] Après les Boïens arrivèrent les Suèves ( ix e - vi e  siècles avant J.-C.) puis, au I er  siècle après J.-C., les Quades et les Marcomans. Ceux-ci se maintinrent sur le territoire de la Bohême au moins jusqu'au vi e  siècle. À cette époque, plusieurs tribus slaves, venant du sud et du nord du Danube, s'installent dans les Pays tchèques. Jusqu'au milieu du xviii e  siècle, la tradition rapportait l […] Lire la suite

UKRAINE

  • Écrit par 
  • Annie DAUBENTON, 
  • Iryna DMYTRYCHYN, 
  • Lubomyr A. HAJDA, 
  • Georges LUCIANI, 
  • Yann RICHARD
  •  • 37 641 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « La Rous kiévienne »  : […] La formation de l'État kiévien à partir du milieu du ix e  siècle, le rôle joué dans ce processus par les Varègues (Scandinaves) et le nom de Rous sous lequel cet État vint à être connu sont matières à controverse chez les historiens. Il est clair toutefois que cette formation fut liée à l'importance nouvelle de la route du Dniepr entre la Baltique et Byzance. Le commerce au long de cette voie, su […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

19-21 août 1989 Vatican – Espagne. Visite du pape Jean-Paul II à Saint-Jacques-de-Compostelle

Consacrant le regain de faveur dont jouissent les pélerinages, cette visite donne l'occasion au pape d'envisager, devant un auditoire particulièrement réceptif et enthousiaste, une « nouvelle christianisation » de l'Europe et de dénoncer la « permissivité aliénante » de la société moderne. Le 21, le pape termine sa visite de trois jours en Espagne en se rendant dans les Asturies, à Covadonga et à Oviedo. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Philippe BOUTRY, « CHRISTIANISATION », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/christianisation/