CHIRURGIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La révolution chirurgicale

L'anesthésie

En moins d'un demi-siècle, trois découvertes capitales vont profondément transformer l'exercice de la chirurgie. Celle de l'anesthésie à partir de 1846, celle de l'antisepsie à partir de 1867, puis celle de l'asepsie à partir de 1886.

La découverte de l'anesthésie est due à deux dentistes américains. Horace Wells découvre par hasard, sur les tréteaux d'une foire, les propriétés anesthésiantes du protoxyde d'azote utilisé comme « gaz hilarant » pour amuser les foules. W. T. G. Morton, son ancien assistant, étudie pendant ce temps les propriétés anesthésiantes des vapeurs d'éther sulfurique et, le 16 octobre 1846, il endort son premier opéré au Massachusetts General Hospital de Boston. Cette découverte eut immédiatement un retentissement énorme et l'éther fut adopté par les chirurgiens du monde entier qui, la douleur étant vaincue, se crurent autorisés à tenter des opérations plus hardies.

C'est, par exemple, l'apparition de la chirurgie de l'abdomen. Mac Dowell avait montré en 1809 que l'ablation des kystes ovariens était possible, mais, les tentatives ultérieures ayant été malheureuses, l'opération avait été abandonnée. Plusieurs chirurgiens s'y attaquent à peu près en même temps : Spencer Wells à Londres en 1855, Keith à Édimbourg en 1862, Koeberle à Strasbourg en 1862, J. É. Péan à Paris en 1864. Leur succès incite d'autres chirurgiens à suivre cet exemple, et le nombre des opérations dans l'abdomen se multiplie rapidement. On tente en même temps d'enlever l'utérus (hystérectomie), d'intervenir sur l'estomac et sur l'intestin. Mais voici que l'enthousiasme initial est rapidement stoppé. Les opérations restent aussi meurtrières. Les statistiques avouent 50 p. 100, parfois 70 p. 100 de mortalité ; et le succès est assez incertain pour que beaucoup de malades refusent de se faire opérer.

L'antisepsie

On se perd alors en conjectures sur les raisons de ces échecs. On connaît cependant déjà cet « empoisonnement du sang » appelé aujourd'hui septicémie, ou cette infection purulente (pyohémie) disséminant partout des abcès métastatiques. Mais on ne reconnaît pas toujours leur gravité réelle et surtout on ne sait pas les expliquer. On parle d'« inflammation » de la plaie opératoire, d'irritation locale, de poison même. Mais tout cela est vague, et la notion essentielle de « contagion » n'est pas présente. Pas un instant les chirurgiens ne supposent qu'ils apportent eux-mêmes avec leurs mains et leurs instruments les germes responsables de la mort. Car le chirurgien pénétrant en salle d'opération ne change pas d'habit ; il reste en jaquette, col dur, les manches empesées à peine retroussées ; ses aides en font autant. Il dispose de très peu d'instruments, et mène presque toute l'opération avec ses mains, qui manipulent les viscères abdominaux d'autant plus largement que l'éclairage est très médiocre. Pis, il ne se lave pas les mains avant d'opérer ; très fréquemment, il vient de sortir d'une salle de malades où il a manipulé des pansements le plus souvent souillés de pus ; souvent même, il vient de terminer une autopsie, ou une démonstration sur le cadavre ! On ne peut que s'étonner, dans de telles conditions, qu'il remporte quand même des succès opératoires.

Le rôle nocif de la contagion septique avait été pressenti par deux précurseurs : O. W. Holmes de Boston aux États-Unis et I. P. Semmelweis, gynécologue à Vienne (Autriche), mais ils avaient été peu écoutés, sinon tournés en dérision.

Ce n'est pas un médecin, mais un chimiste, Louis Pasteur (1822-1895), qui parvient à montrer que l'air atmosphérique véhicule des germes microbiens qui pourraient être la cause des suppurations.

Le premier chirurgien à comprendre l'importance de cette découverte est Joseph Lister (1827-1912), qui exerce alors à Glasgow (1864). Le raisonnement de Lister est simple : si, d'après les travaux de Pasteur, l'air atmosphérique transporte les germes infectieux, il faut en débarrasser l'air qui vient au contact des plaies. Pendant trois ans, Lister met au point un produit destiné à « filtrer l'air », qui n'est autre que l'acide phénique, puis essaye sa méthode sur des sujets atteints de fractures compliquées de plaies. Il applique sur ces fractures ouvertes une [...]

Joseph Lister et Louis Pasteur

Photographie : Joseph Lister et Louis Pasteur

Le chirurgien britannique Joseph Lister (1827-1912), inventeur de méthodes antiseptiques, et le savant français Louis Pasteur (1822-1895) sont reçus à la Sorbonne, à Paris, en 1882. Cette image fixe ainsi pour l'opinion l'image de deux gloires nationales collaborant pour le bien de l'humanité. 

Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 14 pages

Médias de l’article

André Vésale

André Vésale
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Joseph Lister et Louis Pasteur

Joseph Lister et Louis Pasteur
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Transfusion sanguine

Transfusion sanguine
Crédits : Hulton Getty

photographie

Alexander Fleming

Alexander Fleming
Crédits : Davies/ Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Afficher les 4 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  CHIRURGIE  » est également traité dans :

ABDOMEN

  • Écrit par 
  • Claude GILLOT
  •  • 6 346 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Régions abdominales et voies d'abord »  : […] Neuf régions découpent la paroi abdominale . On les délimite artificiellement ainsi : deux verticales unissent le milieu de l'arcade crurale au rebord inférieur du thorax ; une horizontale supérieure passe par le sommet des 10 es  côtes et une horizontale inférieure par les épines iliaques antérieures et supérieures. Ainsi sont délimitées trois régions médianes, de haut en bas l'épigastre (estomac […] Lire la suite

ACQUAPENDENTE GIROLAMO FABRICI D' (1533-1619)

  • Écrit par 
  • Jacqueline BROSSOLLET, 
  • Universalis
  •  • 522 mots

Hyeronimus Fabricius (Girolamo Fabrici), né le 20 mai 1533 à Acquapendente (Latium), étudie à Padoue sous la direction de Gabriele Fallopio (Fallope). Il est médecin en 1559 et succède à son maître décédé en 1562 pour diriger les démonstrations d'anatomie. Son talent le fait nommer, trois ans plus tard, à la chaire de chirurgie puis, en 1571, à celle d'anatomie de cette université. On admet qu’il […] Lire la suite

ANESTHÉSIE

  • Écrit par 
  • Francis BONNET, 
  • François CHAST
  •  • 4 116 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Déroulement de l'anesthésie générale »  : […] L'anesthésie générale peut se diviser en trois parties : l' induction , l' entretien et le réveil . L'anesthésie est précédée d'une prémédication (consistant habituellement à administrer une benzodiazépine) qui vise à induire une sédation et à calmer l'anxiété. L'induction de l'anesthésie (endormissement) est réalisée le plus souvent par voie veineuse chez l'adulte, mais peut être obtenue directe […] Lire la suite

ANESTHÉSIE : PREMIÈRES DÉMONSTRATIONS

  • Écrit par 
  • François CHAST
  •  • 242 mots

Le 30 mars 1842, à Jefferson (Georgie, États-Unis), un patient, du nom de John Venables, souffrant d'un abcès au cou, est opéré sans douleur grâce à l'emploi d'éther, par Crawford Long (1815-1878). L'intervention ne sera rapportée que sept ans plus tard. Le 11 décembre 1844, toujours aux États-Unis, le dentiste Horace Wells (1815-1848) demande à un bonimenteur de foire, Gardner C. Colton, de lui a […] Lire la suite

ANTISEPSIE ET ASEPSIE

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 585 mots
  •  • 1 média

Classiquement, l’histoire de la chirurgie est scandée par deux dates : l’année 1846, au cours de laquelle l’anesthésie à l’éther est utilisée pour la première fois ; l’année 1867, au cours de laquelle le chirurgien britannique Joseph Lister (1827-1912) décrit le succès d’une méthode, l’antisepsie, permettant de combattre les infections postopératoires, qui grèvent lourdement le bilan de la chirur […] Lire la suite

APPENDICITE

  • Écrit par 
  • Laurent CHARBIT
  •  • 1 081 mots

Affection très fréquente, l'appendicite peut encore, de nos jours, avoir des conséquences graves. Anatomiquement, l'appendice peut être atteint à divers degrés : appendicite catarrhale, où l'appendice est simplement œdématié et hypervascularisé ; appendicite purulente (empyème appendiculaire) ; gangrène et perforation enfin. Les organes de voisinage (cæcum, intestin grêle, épiploon) vont réagir p […] Lire la suite

ATHÉROSCLÉROSE

  • Écrit par 
  • Loïc CAPRON
  •  • 5 337 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Sténose »  : […] Une plaque peut augmenter progressivement de volume jusqu'à dépasser les capacités compensatrices du remodelage artériel. La lumière commence alors à se déformer : la saillie de la plaque rétrécit peu à peu l'artère, déterminant une sténose (du grec sténos , « étroit »). Passé un certain degré de sténose (généralement supérieur à 75 p. 100 du calibre originel de la lumière artérielle), l'écoulemen […] Lire la suite

BARNARD CHRISTIAAN (1922-2001)

  • Écrit par 
  • Christian CABROL
  •  • 1 164 mots

Figure de la chirurgie cardiaque, le Sud-Africain Christiaan Barnard naît en 1922 dans la petite ville de Beaufort West (Cap-Ouest), dans une famille de quatre enfants dont le père est un pasteur protestant. Après avoir entrepris ses études primaires dans sa ville natale, il poursuit ses études universitaires et médicales au Cap. Reçu docteur en médecine en 1946, il exerce pendant plusieurs années […] Lire la suite

BLALOCK ALFRED (1899-1964)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 228 mots

Chirurgien américain, qui, avec la pédiatre et cardiologue Helen B. Tanssig a mis au point un traitement chirurgical pour les enfants affectés par la tétralogie de Fallot, encore connue sous le nom de « bébés bleus ». Après ses études à l'université de Georgie Blalock entra en 1918 à l'École de médecine de la John Hopkins University où il reçut son diplôme de docteur en médecine en 1922. De 1925 à […] Lire la suite

CANCER - Cancer et santé publique

  • Écrit par 
  • Maurice TUBIANA
  •  • 14 713 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « La chirurgie »  : […] Dès le milieu du xviii e  siècle, Helvetius puis son élève Le Dran montrent, grâce à l'étude du cancer du sein, que les tumeurs ont, avant de se généraliser, une évolution d'abord locale puis locorégionale. La conclusion logique qu'ils en tirent est qu'il faut ôter la tumeur chirurgicale le plus précocement possible. En fait, la chirurgie n'a pu prendre son essor qu'après les découvertes de l'ane […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

8-27 décembre 2011 France. Mise en cause des implants mammaires de la société P.I.P.

La pose d'une nouvelle prothèse ne sera remboursée que si l'opération s'inscrit dans le cadre d'une chirurgie reconstructrice consécutive à un cancer du sein. La veille, l'Institut national du cancer, l'Institut de veille sanitaire et l'Afssaps, consultés par le gouvernement, avaient fait état de « risques biens établis » de rupture des implants « pouvant conduire à des réactions inflammatoires ». […] Lire la suite

Pour citer l’article

Claude d' ALLAINES, Jean-Édouard CLOTTEAU, Didier LAVERGNE, « CHIRURGIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/chirurgie/