ACQUAPENDENTE GIROLAMO FABRICI D' (1533-1619)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Lorsque Fallope mourut, en 1562, l'université de Padoue chargea Girolamo Fabrici, pourtant dépourvu de titres, de diriger les démonstrations d'anatomie ; son talent le fit nommer, trois ans plus tard, à la chaire de chirurgie puis, en 1571, à celle d'anatomie de cette université. Il fut, dans la première, un maître déconseillant les audaces dangereuses et recherchant, dans la chirurgie, plus la guérison que l'exploit. Il préconisa la ligature des artères pour juguler les hémorragies, et la trachéotomie dans certaines formes de diphtérie ; il s'intéressa à la chirurgie de l'urètre et inventa plusieurs appareils de prothèse. Mais il fut surtout, dans la chaire d'anatomie, un maître dont les découvertes personnelles ont favorisé celles de certains de ses élèves, dont l'un deviendra illustre : Harvey. Confrontant les travaux antérieurs avec ses propres recherches fondées sur l'autopsie de centaines de cadavres humains et animaux, il étudia les fonctions musculaires, la reproduction, la respiration, le mécanisme de la parole et celui de la marche, le vol des oiseaux, la reptation des serpents, etc.

En 1574, il découvrit les valvules des veines, dont il ne semble pas avoir compris tout le rôle ; il en tira un ouvrage, Les Valvules veineuses (De venarum ostiolis), paru en 1603, au moment où Harvey, venu étudier à Padoue sous sa direction, rentrait en Angleterre. L'étude de ce texte fut pour Harvey l'un des moyens de parvenir à la découverte de la circulation du sang. Son Traité de la formation du fœtus (De formatione ovi et pulli), paru en 1621 à titre posthume, fut l’aboutissement de ses études sur l'appareil génital, l'ombilic, sur les étapes de la reproduction, les malformations du bassin et l'accouchement.

Cet homme désintéressé fut comblé d'honneurs et de richesses, qu'il ne semble pas avoir recherchés : chevalier de Saint-Marc, citoyen d'honneur de Padoue, il avait la préséance sur les professeurs de l'université et eut sa statue de son vivant. Si sa fortune lui permit de faire bâtir, en 1594, un amphithéâtre d'anatomie (qui existe encore aujourd'hui) assez vaste pour accueillir ses nombreux élèves, elle fut également la cause de sa mort : celle-ci serait due à un empoisonnement provoqué par ses cupides héritiers.

—  Jacqueline BROSSOLLET

Écrit par :

Classification


Autres références

«  ACQUAPENDENTE GIROLAMO FABRICI D' (1533-1619)  » est également traité dans :

CIRCULATION DU SANG - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Pascal DURIS
  •  • 165 mots

ii e  siècle Galien (env. 129-env. 201) postule l'existence de pores dans la cloison interventriculaire du cœur pour expliquer la présence du sang dans sa partie gauche. xiii e  siècle Ibn al-Nafis (1210-1288) suppose plutôt le passage du san […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/circulation-du-sang-reperes-chronologiques/#i_31928

Pour citer l’article

Jacqueline BROSSOLLET, « ACQUAPENDENTE GIROLAMO FABRICI D' - (1533-1619) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/acquapendente-girolamo-fabrici-d/