Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

CHIMIE La nomenclature chimique

L'objet de la nomenclature chimique est la dénomination des atomes, molécules et autres constituants de la matière vivante et inanimée. Ce sont aussi les représentations symboliques permettant d'écrire des « formules chimiques », les unités, et les termes utilisés par les nombreuses techniques de la chimie, qui ne cessent d'évoluer. L'Union internationale de chimie pure et appliquée (International Union of Pure and Applied Chemistry, I.U.P.A.C.), association non gouvernementale, sans but lucratif, qui regroupe cent organisations nationales représentant les chimistes de leur pays et près de cent entreprises associées, établit et met à jour les règles de la nomenclature chimique. Ces règles couvrent tous les domaines de la chimie, de la chimie minérale à la chimie clinique, en passant par la chimie des polymères et la chimie analytique.

Histoire et outils de la nomenclature

Histoire

Une analyse historique montre qu'il est difficile de séparer la nomenclature de l'avancée des découvertes en chimie. Des premiers éléments de nomenclature sont apparus très tôt, puisque les mots de matière, substance, élément, atome, apparaissent dès le vie siècle avant J.-C. Mais le terme de « gas » n'a été introduit qu'au début du xviie siècle, par Jan Baptist Van Helmont (1579-1644), et c'est au début des années 1780 que Louis-Bernard Guyton de Morveau (1737-1816), dans son Mémoire sur les dénominations chymiques, la nécessité d'en perfectionner le système et les règles pour y parvenir, condamne les noms pittoresques venant de l'alchimie, disant que « la dénomination d'un composé chimique n'est claire et exacte qu'autant qu'elle rappelle les parties composantes par des noms conformes à leur nature ». On voit alors apparaître, et c'est un grand progrès, des noms comme le muriate barotique, résultant de l'action de l'acide muriatique (notre acide chlorhydrique) sur la barote (notre baryte). Antoine Laurent de Lavoisier (1743-1794), qui a joué un rôle de premier plan dans la chimie moderne, est sans doute le savant qui a contribué le plus efficacement à fonder la nomenclature chimique. Cela apparaît dans son Mémoire sur la nécessité de réformer et de perfectionner la nomenclature de la chimie (1787) : « Nous aurons [...] trois choses à distinguer dans toute science physique : la série des faits qui constitue la science ; les idées qui rappellent les faits ; les mots qui les expriment. Le mot doit faire naître l'idée ; l'idée doit peindre le fait ; ce sont trois empreintes d'un même cachet [...] La perfection de la nomenclature de la chimie [...] consiste à rendre les idées et les faits dans leur exacte vérité [...] ». Il faut ajouter au xviiie siècle les noms de Claude Louis Berthollet (1748-1822) et Antoine François de Fourcroy (1755-1809), et au xixe siècle ceux de Jöns Jacob Berzelius (1777-1848), Justus von Liebig (1803-1873), Jean-Baptiste Dumas (1800-1884) et Alfred Werner (1866-1919). C'est d'ailleurs au xixe siècle que, du fait de la systématisation de la chimie organique, le besoin d'une nomenclature rationnelle est apparu, et l'I.U.P.A.C. fut fondée en 1919 à propos de la chimie organique.

Il y a deux types de nomenclature : l'une concerne des noms arbitraires, et inclut les noms des éléments comme le carbone ou l'hydrogène, ainsi que des abréviations de laboratoire. On les appelle noms vulgaires ou triviaux, et cela sans notion péjorative, ces noms étant souvent la base de la nomenclature systématique, comme ceux des éléments, ou étant des noms de substances qui sont ou ont été importants dans la vie de tous les jours (acide stéarique, composant des bougies ; acide picrique, explosif ; indigo, colorant ; cholestérol). L'autre est la nomenclature systématique, et résulte de règles[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Chimie : formules structurales

Chimie : formules structurales

Anions : nomenclature

Anions : nomenclature

Chimie : nomenclature d'hydrocarbures

Chimie : nomenclature d'hydrocarbures

Autres références

  • ACIDES & BASES

    • Écrit par Yves GAUTIER, Pierre SOUCHAY
    • 12 364 mots
    • 7 médias

    Un acide est un corps capable de céder un ou des protons (une particule fondamentale chargée d'électricité positive) et une base est un corps capable de capter un ou des protons. Chacun a ses caractéristiques. Les acides ont une saveur aigre (l'adjectif latin acidus signifie « aigre...

  • AIR, élément

    • Écrit par Georges KAYAS
    • 719 mots
    • 1 média

    Anaximène (~ 556-~ 480), à la différence de Thalès, enseignait que toute substance provient de l'air (pneuma) par raréfaction et condensation ; dilaté à l'extrême, cet air devient feu ; comprimé, il se transforme en vent ; il produit des nuages, qui donnent de l'eau lorsqu'ils sont...

  • ANALYSE ET SYNTHÈSE, chimie

    • Écrit par Pierre LASZLO
    • 1 526 mots
    • 1 média

    Ces deux notions, en principe complémentaires et réciproques, ne le sont pas en fait. Certes, les deux tendances à l'analyse et à la synthèse s'opposent, la première visant à couper les entités chimiques en petits morceaux et la seconde se donnant pour objectif la reconstruction des ensembles mis à...

  • ANALYTIQUE CHIMIE

    • Écrit par Alain BERTHOD, Jérôme RANDON
    • 8 885 mots
    • 4 médias

    « C'est dans les cas situés au-delà de la règle que le talent de l'analyste se manifeste. L'important, le principal est de savoir ce qu'il faut observer. » Edgar Allan Poe (Histoires extraordinaires, 1844)

    La chimie analytique est la branche de la chimie qui a pour but l'identification,...

  • Afficher les 81 références

Voir aussi