WERNER ALFRED (1866-1919)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Chimiste suisse né à Mulhouse et mort à Zurich. Dès l'âge de vingt ans, Werner est à Zurich où il soutient en 1890 sa thèse de doctorat sur l'étude de la structure et de la stéréochimie de composés azotés. Après un an passé à Paris dans le laboratoire de Marcelin Berthelot, il revient à Zurich. En 1895, il acquiert la nationalité suisse et il est nommé professeur à l'université de Zurich.

Sans cesser de s'intéresser à la chimie organique, il consacre alors la plus grande partie de son activité à la structure des composés inorganiques et il crée la chimie des complexes ou chimie de coordination qui va connaître un grand développement. À la différence de ce qu'August Kekulé avait proposé pour l'atome de carbone, Werner distingue pour un métal (par exemple le cobalt, le chrome, le platine) engagé dans une combinaison deux types de valence : la valence primaire, responsable de la formation des ions en solution, et la valence secondaire, ou indice de coordination, satisfaite par des molécules neutres, telles que l'ammoniac, l'éthylènediamine, etc. À partir des deux types de valence ainsi définis, Werner propose pour ces complexes une structure octaédrique qui permet de rendre compte des phénomènes d'isomérie géométrique ou optique que présentent certains d'entre eux. Werner entretiendra une controverse très fructueuse avec le chimiste danois S. M. Jørgensen (1837-1914) qui avait accumulé un grand nombre de résultats expérimentaux sur ces composés métalliques et présentait une théorie différente sur leur constitution. La théorie de Werner sera ultérieurement très bien interprétée par les approches électroniques et les calculs quantomécaniques de Sigwick (1927) et de Linus Carl Pauling (1931). Werner reçoit le prix Nobel de chimie en 1913.

—  Georges BRAM

Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-Sud-XI-Orsay

Classification


Autres références

«  WERNER ALFRED (1866-1919)  » est également traité dans :

COMPLEXES, chimie

  • Écrit par 
  • René-Antoine PARIS, 
  • Jean-Pierre SCHARFF
  •  • 4 353 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Définitions »  : […] Dès 1798, Tassaert observa que les solutions ammoniacales de chlorure de cobalt bivalent laissent déposer, au bout de quelques heures, des cristaux orangés CoCl 3 , 6NH 3 renfermant six molécules d'ammoniac pour une molécule de chlorure de cobalt trivalent ; l'ammoniac est si fortement lié qu'il est possible de chauffer ce composé à 180  0 C sans en perdre. Ce complexe se […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/complexes-chimie/#i_28321

COORDINATION (chimie) - Composés de coordination

  • Écrit par 
  • Jean AMIEL, 
  • Jean-Pierre SCHARFF
  •  • 5 019 mots
  •  • 4 médias

Un composé de coordination est une entité chimique constituée d'un atome central et d'un ou plusieurs coordinats, ou ligands, éventuellement en nombre supérieur à celui qui résulterait de la valence ou du degré d'oxydation usuel de l'atome central. Un certain nombre de ces composés avaient été décrits dès le milieu du xviii e siècle ; dans la s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/coordination-chimie-composes-de-coordination/#i_28321

LIAISONS CHIMIQUES - Liaison et classification

  • Écrit par 
  • André JULG
  •  • 8 330 mots
  •  • 7 médias

Le problème de la nature de la liaison chimique s'est posé dès que fut entrevue la structure discontinue de la matière. Depuis l'Antiquité, chaque époque s'y est intéressée, proposant des solutions adaptées à ses connaissances. Démocrite munissait les particules de petits crochets afin de leur permettre de se lier entre elles. Le Moyen Âge, abandonnant une description aussi simpliste, introduisit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/liaisons-chimiques-liaison-et-classification/#i_28321

STÉRÉOCHIMIE - Stéréochimie inorganique

  • Écrit par 
  • Jacques-Émile GUERCHAIS
  •  • 4 038 mots
  •  • 8 médias

La stéréochimie, qui concerne la structure spatiale d'une molécule, peut paraître plus complexe en chimie minérale qu'en chimie organique. Celle-ci est la chimie du carbone, élément petit qui s'entoure de deux, trois ou quatre autres éléments ou radicaux ; l'entourage quatre correspond à la saturation électronique et à la structure tétraédrique. Par contre, avec les autres éléments qui représente […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/stereochimie-stereochimie-inorganique/#i_28321

VALENCE, chimie

  • Écrit par 
  • Jacques GUILLERME
  •  • 2 223 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Valence et coordinence »  : […] Alors que la thèse de la polyatomicité était universellement reconnue, après la mort de Kekulé, et figurait comme argument fondamental dans les systèmes chimiques de la fin du xix e  siècle, les conceptions d' Alfred Werner allaient bouleverser l'ordre des constats précédemment élaborés. Dans ses Neuere Anschauungen de 1905, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/valence-chimie/#i_28321

Pour citer l’article

Georges BRAM, « WERNER ALFRED - (1866-1919) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/alfred-werner/