CHIBCHA ou MUISCA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Difficultés d'une chronologie

Au cours des recherches archéologiques effectuées dans la zone chibcha, on a pu constater que le haut plateau de Cundinamarca fut peuplé, il y a douze mille ans, de groupes dispersés vivant de chasse et de cueillette et habitant dans des abris-sous-roche, au voisinage des lacs. On n'a cependant pas encore pu établir les étapes de l'évolution de la culture chibcha, sauf dans sa phase protohistorique. Quelques objets d'or analysés au carbone 14 datent des vie et viie siècles, mais on ne connaît pas encore de longues successions céramiques, pas plus qu'on ne sait quel a été le développement préhistorique des techniques agricoles et des unités de peuplement. Dans la zone autrefois habitée par les Chibcha, on n'a pas encore découvert de sites archéologiques à dépôts culturels profonds, favorables aux fouilles stratigraphiques, de sorte qu'il nous manque une échelle chronologique permettant d'apprécier les différentes phases du développement des Chibcha.

Étant donné la rareté des données archéologiques, tant dans la Cordillère orientale que dans les régions voisines, il est très difficile de connaître avec certitude l'origine des Chibcha. On peut émettre l'hypothèse qu'il s'agit d'une culture qui s'est développée dans les basses terres inter-andines et qui est parvenue relativement tard sur les hauts plateaux, si l'on en juge par l'absence de vestiges archéologiques attestant une longue occupation et une continuité de développement. La religion et les rites comportent des éléments mésoaméricains qui existent d'ailleurs aussi dans d'autres cultures colombiennes et qui sont probablement dus à des influences, dont la pénétration s'est effectuée par l'isthme de Darién ou grâce à la navigation au large de la côte pacifique. Cependant, on relève aussi la présence d'influences venues des Andes centrales.

Au moment de la conquête espagnole, les Chibcha se trouvaient sur la défensive, attaqués par des groupes belliqueux, peut-être des Caraïbes qui remontaient la vallée du Magdalena et réalisaient une expansion sur les pentes des Cordillères. En quelques secteurs frontaliers où le versant oriental descend jusqu'au Magdalena, stationnaient des groupes de guerriers chibcha, appelés guechas, qui défendaient le haut plateau contre les attaques ennemies. C'est ce qui contribua, avec les fréquentes luttes internes entre les fédérations de villages et entre de petits caciquats locaux, à la rapide défaite des Chibcha devant les troupes espagnoles qui occupèrent en 1537, sous les ordres de Gonzalo Jiménez de Quesada, le haut plateau de Bogotá et de Tunja. Après la défaite militaire, la culture chibcha se désintégra rapidement et, dès le xviiie siècle, leur langue avait complètement disparu.

On rencontre aujourd'hui quelques petits groupes isolés dans les lointaines vallées de Boyacá, qui, s'ils sont biologiquement indigènes, ne représentent culturellement qu'un niveau paysan de la tradition espagnole ; seule reste la légende d'El Dorado, plus lointain souvenir du passé chibcha.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  CHIBCHA ou MUISCA  » est également traité dans :

COLOMBIE

  • Écrit par 
  • Marcel NIEDERGANG, 
  • Olivier PISSOAT, 
  • Clément THIBAUD
  • , Universalis
  •  • 13 651 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Des Chibchas à Bolívar »  : […] Les chroniqueurs de la conquête espagnole en Colombie font uniquement mention des peuplades chibchas , qui occupaient la haute savane où a été fondée Santa Fe de Bogotá. Mais les vestiges d'autres civilisations précolombiennes ont été aussi mis au jour, en particulier dans la région de San Agustín (département de Huila). La civilisation de San Agustín est attestée par des statues et des temple […] Lire la suite

ELDORADO

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre BERTHE
  •  • 1 682 mots

Dans le chapitre « La quête de l'Eldorado »  : […] Aux origines de la légende de l'Eldorado, on a voulu placer un fait véridique. Selon un récit de Gonzalo Fernández de Oviedo, les conquérants espagnols de Quito avaient entendu raconter, en 1534, qu'une tribu des hautes terres de Cundinamarca (dans l'actuelle Colombie) célébrait chaque année une cérémonie au cours de laquelle un cacique au corps recouvert de poudre d'or se baignait dans les eaux […] Lire la suite

GUAYMÍ

  • Écrit par 
  • Agnès LEHUEN
  •  • 306 mots

Indiens d'Amérique centrale (au nombre de 200 000 environ en 2005) établis dans la partie occidentale de l'État de Panamá, les Guaymí parlent une langue chibcha. Établis en forêt tropicale, les Guaymí du nord du Panamá forment un groupe distinct ; leur environnement naturel fait qu'ils vivent essentiellement de chasse et de cueillette. Les Guaymí établis plus au sud ajoutent à ces formes primitive […] Lire la suite

NICARAGUA

  • Écrit par 
  • Marie-Chantal BARRE, 
  • David GARIBAY, 
  • Lucile MÉDINA-NICOLAS, 
  • Alain VIEILLARD-BARON
  •  • 8 798 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Période précolombienne et époque coloniale »  : […] À l'arrivée des Européens, deux grands groupes linguistiques dominaient le Nicaragua : l'un, le plus important, d'origine náhualt, l'autre d'origine macrochibcha. Les Miskito (ou Mosquito), Sumu (ou Sumo) et Rama d'aujourd'hui sont les descendants des anciens groupes macrochibcha qui regroupaient la famille linguistique chibcha venue du nord de l'Amérique du Sud et la famille linguistique misum […] Lire la suite

PÁEZ, ethnie

  • Écrit par 
  • Agnès LEHUEN
  •  • 228 mots

Indiens des plateaux de Colombie, les Páez sont de langue chibcha. Pratiquant la culture traditionnelle de la patate, mais aussi celles du blé et du café, ils vivent dans des fermes familiales, chacune d'elles ayant ses propres terres attenantes ; les paysans cultivent en commun les champs qui se trouvent être la propriété de l'église consacrée au saint patron local. Les Páez utilisent le bâton à […] Lire la suite

PRÉCOLOMBIENS - Amérique du Sud

  • Écrit par 
  • Jean-François BOUCHARD, 
  • André DELPUECH, 
  • Danièle LAVALLÉE, 
  • Dominique LEGOUPIL, 
  • Stéphen ROSTAIN
  • , Universalis
  •  • 23 166 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Les proto-États des Andes du Nord »  : […] Dans les Andes du Nord, deux régions ont dépassé le niveau d'organisation des chefferies sub-andines auquel sont demeurés la plupart des groupes préhispaniques jusqu'à la conquête espagnole. Dans le haut plateau du Boyaca, les Muiscas développent un proto-État régi par deux chefs se partageant le pouvoir : le Zipa, dans la région de Bogota au sud, et le Zaque, dans celle de Tunja au nord. Les Mui […] Lire la suite

Pour citer l’article

Gérard REICHEL-DOLMATOFF, « CHIBCHA ou MUISCA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/chibcha-muisca/