CHARTREUX

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La vie des moines

La caractéristique de la vie à la chartreuse est la solitude, soigneusement protégée parce qu'elle aide à trouver Dieu et à vivre avec Dieu seul. Mais les Chartreux ont toujours considéré que l'organisation sociale et communautaire propre à la vie cénobitique devait fournir le cadre nécessaire à la bonne observance de la règle et à la persévérance. Les Chartreux portent le vêtement monastique blanc, mais leur scapulaire, qu'ils appellent cuculle, comporte deux bandes qui relient ses pans à hauteur de la ceinture. Ils adoptèrent plus tard le port du chapelet.

Dans ses grandes lignes, spécialement pour la distribution des Psaumes, l'office des Chartreux est celui des Bénédictins. S'il fait oraison dans sa cellule et y récite une partie de l'office, le chartreux se rend à l'église, au milieu de la nuit, pour matines et laudes, dans la matinée, pour la messe et, l'après-midi, pour les vêpres. Les Chartreux prennent leur repas en commun le dimanche et font chaque semaine une promenade en communauté. Ils se réunissent au chapitre, où sont traitées les affaires de la maison.

À l'origine, les maisons étaient complètement autonomes. Vers 1140, le septième prieur de la Grande-Chartreuse, saint Anthelme, réunit plusieurs prieurs qui suivaient les Coutumes de Guigues et, en 1155, eut lieu le premier chapitre général de l'ordre. Depuis, les pouvoirs du chapitre général et, entre ses sessions, ceux du prieur de la Grande-Chartreuse, devenu prieur général de l'ordre, se sont développés de telle façon qu'il n'est pas d'ordre monastique plus centralisé.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : moine bénédictin, directeur d'études à l'École pratique des hautes études (IVe section)

Classification

Autres références

«  CHARTREUX  » est également traité dans :

ABBAYE

  • Écrit par 
  • Pierre-Roger GAUSSIN
  •  • 4 585 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les grandes abbayes médiévales »  : […] Les grandes abbayes bénédictines, dont la fondation s'échelonne du v e au xii e  siècle, et dont certaines existent encore (elles sont en italique ci-dessous) en Italie : Subiaco , Monte Cassino , Farfa , La Chiuja , La Cava , sans parler de Camaldoli et de Vallombrosa qui formèrent des rameaux séparés de l'ordre bénédictin ; en France : Saint-Victor de Marseille, Conques, Saint-Bénigne de Dijo […] Lire la suite

ANTHELME DE CHIGNIN saint (1107-1178)

  • Écrit par 
  • Jacques DUBOIS
  •  • 209 mots

Né en 1107 au château de Chignin en Savoie, Anthelme, encore jeune, cumula les dignités ecclésiastiques à Genève et à Belley. Au cours d'une visite à la chartreuse de Portes, il changea subitement d'orientation et prit l'habit de chartreux. En 1137, encore novice, il fut nommé procureur de la Grande-Chartreuse, fort éprouvée par l'avalanche de 1132. Il la reconstruisit à l'emplacement actuel. En 1 […] Lire la suite

BRUNO saint (1030 env.-1101)

  • Écrit par 
  • Jacques DUBOIS
  •  • 440 mots

Fondateur de l'ordre des Chartreux, né à Cologne, où, jeune encore, il devint chanoine de Saint-Cunibert. Venu à Reims pour étudier, Bruno fut nommé écolâtre vers 1056. De son enseignement fort apprécié on ne connaît que des commentaires des Psaumes et des Épîtres de saint Paul. L'archevêque de Reims, Manassès de Gournay, prélat simoniaque et indigne, le nomma en 1075 chancelier de son église ; po […] Lire la suite

CAMALDULES

  • Écrit par 
  • André DUVAL
  •  • 423 mots

Membres d'un ordre religieux qui eut pour origine la fondation d'un ermitage à Camaldoli, dans la haute vallée de l'Arno, en Toscane, vers 1023, et qui constitue une des plus durables réalisations, avec la Chartreuse et Grandmont, du puissant courant érémitique dont les manifestations furent nombreuses au xi e et au xii e  siècle. Originaire de Ravenne, le fondateur des Camaldules, saint Romuald […] Lire la suite

CONVERS

  • Écrit par 
  • Jacques DUBOIS
  •  • 1 166 mots

Le terme actuel de convers vient du latin conversus , qui désignait, dans le langage chrétien, quelqu'un qui change pour revenir à Dieu après avoir vécu dans l'hérésie, dans le paganisme ou dans l'indifférence, mais aussi le chrétien fidèle qui entre dans la vie religieuse. Les moines employèrent le mot conversus pour se désigner eux-mêmes, du moins certains d'entre eux, de manière à marquer le c […] Lire la suite

GUIGUES LE CHARTREUX (1083-1136)

  • Écrit par 
  • Jacques DUBOIS
  •  • 517 mots

Né à Saint-Romain, dans le diocèse de Valence, Guigues est le cinquième prieur de la Chartreuse. Saint Bruno, qui avait fondé la Chartreuse en 1084, l'avait quittée pour Rome en 1088 et était mort en Calabre en 1101. Guigues ne le rencontra donc jamais, mais, quand il entra lui-même à la Chartreuse en 1106, il trouva des moines qui avaient connu le fondateur. En 1109, il fut élu prieur et il le re […] Lire la suite

MONASTIQUE ARCHITECTURE

  • Écrit par 
  • Carol HEITZ
  •  • 8 280 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Les Chartreux »  : […] Parallèlement aux monastères bénédictins et cisterciens, un troisième type de monastères apparaît, celui des Chartreux. Sa disposition, formulée par saint Bruno (env. 1032-1101), est commandée par l'exigence d'une extrême solitude. Alors que les moines bénédictins n'étaient jamais seuls, les Chartreux souhaitent l'être, partout et presque toujours. Saint Bruno, Colonais d'origine, fonda en 1084, […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jacques DUBOIS, « CHARTREUX », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/chartreux/