CHARTREUX

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le « désert » et l'organisation des chartreuses

Dans aucun ordre religieux, le cadre n'a une importance aussi grande que chez les Chartreux. À la Grande-Chartreuse, comme dans toutes les anciennes maisons de l'ordre, les moines constituèrent, avec une inlassable persévérance, le « désert », une des caractéristiques de leur organisation primitive.

Autour du vaste domaine qu'ils désiraient occuper, les Chartreux traçaient des limites, à l'intérieur desquelles ils revendiquaient le privilège exclusif de racheter toutes les terres, en restreignant dès le principe les droits des propriétaires ; ils s'engageaient, en revanche, à ne rien acquérir hors de ces limites. Le domaine ainsi constitué, appelé désert, était situé de préférence au fond d'une vallée. Par un défilé, facile à barrer, on accédait à une clairière, où s'élevait la « maison basse », appelée aussi correrie ; y résidaient les frères, agriculteurs et artisans ; plus loin se trouvait la « maison haute », le monastère proprement dit, habité par les pères, qui assuraient le grand office liturgique, et dont l'occupation matérielle essentielle était l'étude et la copie des livres. Les premières chartreuses se trouvant toutes dans les montagnes, ce schéma fut parfaitement respecté ; quand, par la suite, des maisons furent fondées dans des plaines ou aux abords des villes, le plan de l'ensemble fut moins systématique, mais l'isolement resta sauvegardé et chaque père eut toujours sa « cellule » individuelle, véritable petite maison comprenant au rez-de-chaussée bûcher et atelier, au premier étage deux pièces ; la première, dite de l'Ave Maria, servait de cuisine aux temps lointains où chacun préparait sa nourriture (coutume abolie en 1276) ; dans l'autre, le chartreux résidait habituellement pour prier, lire, manger et dormir. À chaque cellule est joint un jardin que chacun entretient et une petite galerie qui permet de prendre quelque exercice par mauvais temps

[...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : moine bénédictin, directeur d'études à l'École pratique des hautes études (IVe section)

Classification


Autres références

«  CHARTREUX  » est également traité dans :

ABBAYE

  • Écrit par 
  • Pierre-Roger GAUSSIN
  •  • 4 586 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les grandes abbayes médiévales »  : […] Après ces deux ordres assez rapidement touchés par la décadence, celui des chartreux est le seul qui n'ait jamais été réformé, le seul auquel d'autres religieux peuvent, sans en demander l'autorisation, passer, comme au plus parfait. Fondé par Bruno, célèbre maître des écoles de Reims, dans un massif alpestre proche de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/abbaye/#i_23620

ANTHELME DE CHIGNIN saint (1107-1178)

  • Écrit par 
  • Jacques DUBOIS
  •  • 209 mots

Né en 1107 au château de Chignin en Savoie, Anthelme, encore jeune, cumula les dignités ecclésiastiques à Genève et à Belley. Au cours d'une visite à la chartreuse de Portes, il changea subitement d'orientation et prit l'habit de chartreux. En 1137, encore novice, il fut nommé procureur de la Grande-Chartreuse, fort éprouvée […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anthelme-de-chignin/#i_23620

BRUNO saint (1030 env.-1101)

  • Écrit par 
  • Jacques DUBOIS
  •  • 440 mots

Fondateur de l'ordre des Chartreux, né à Cologne, où, jeune encore, il devint chanoine de Saint-Cunibert. Venu à Reims pour étudier, Bruno fut nommé écolâtre vers 1056. De son enseignement fort apprécié on ne connaît que des commentaires des Psaumes et des Épîtres de saint Paul. L'archevêque de Reims […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bruno/#i_23620

CAMALDULES

  • Écrit par 
  • André DUVAL
  •  • 423 mots

Membres d'un ordre religieux qui eut pour origine la fondation d'un ermitage à Camaldoli, dans la haute vallée de l'Arno, en Toscane, vers 1023, et qui constitue une des plus durables réalisations, avec la Chartreuse et Grandmont, du puissant courant érémitique dont les manifestations furent nombreuses au xi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/camaldules/#i_23620

CONVERS

  • Écrit par 
  • Jacques DUBOIS
  •  • 1 166 mots

Le terme actuel de convers vient du latin conversus, qui désignait, dans le langage chrétien, quelqu'un qui change pour revenir à Dieu après avoir vécu dans l'hérésie, dans le paganisme ou dans l'indifférence, mais aussi le chrétien fidèle qui entre dans la vie religieuse. Les moines employèrent le mot conversus […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/convers/#i_23620

GUIGUES LE CHARTREUX (1083-1136)

  • Écrit par 
  • Jacques DUBOIS
  •  • 517 mots

Né à Saint-Romain, dans le diocèse de Valence, Guigues est le cinquième prieur de la Chartreuse. Saint Bruno, qui avait fondé la Chartreuse en 1084, l'avait quittée pour Rome en 1088 et était mort en Calabre en 1101. Guigues ne le rencontra donc jamais, mais, quand il entra lui-même à la Chartreuse en 1106, il trouva des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guigues-le-chartreux/#i_23620

MONASTIQUE ARCHITECTURE

  • Écrit par 
  • Carol HEITZ
  •  • 8 283 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Les Chartreux »  : […] Parallèlement aux monastères bénédictins et cisterciens, un troisième type de monastères apparaît, celui des Chartreux. Sa disposition, formulée par saint Bruno (env. 1032-1101), est commandée par l'exigence d'une extrême solitude. Alors que les moines bénédictins n'étaient jamais seuls, les Chartreux souhaitent l'être, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/architecture-monastique/#i_23620

Voir aussi

Pour citer l’article

Jacques DUBOIS, « CHARTREUX », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/chartreux/