BRUNO saint (1030 env.-1101)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Fondateur de l'ordre des Chartreux, né à Cologne, où, jeune encore, il devint chanoine de Saint-Cunibert. Venu à Reims pour étudier, Bruno fut nommé écolâtre vers 1056. De son enseignement fort apprécié on ne connaît que des commentaires des Psaumes et des Épîtres de saint Paul. L'archevêque de Reims, Manassès de Gournay, prélat simoniaque et indigne, le nomma en 1075 chancelier de son église ; pour se venger de Bruno, qui s'opposait à ses agissements, Manassès le priva de sa charge et de ses biens. Le conflit se termina par la déposition de l'archevêque et par le départ du chancelier pour la solitude. Bruno se retira, en 1083, avec deux compagnons dans une dépendance de l'abbaye de Molesmes, à Sèche-Fontaine (Aube). Au bout d'un an, il se rendit à Grenoble, avec six nouveaux compagnons. Hugues, évêque de Grenoble (1080-1132), les reçut bien et les conduisit en juin 1084 dans le massif de Chartreuse. Bruno s'installa au haut de la vallée, là où s'élève maintenant la chapelle Notre-Dame de Casalibus, avec les clercs, laissant les frères laïques en bas, à l'emplacement de l'actuelle Correrie. Il inaugura une nouvelle formule de vie érémitique, qui comportait la récitation en commun d'une partie de l'office divin et partageait la journée entre la prière et un travail solitaire consistant surtout dans la copie des livres.

En 1088, le nouveau pape Urbain II, ancien élève de Bruno, l'invita à le rejoindre à Rome. Celui-ci obéit, mais dès qu'il le put, au plus tard en 1092, il quitta la cour pontificale, refusa l'archevêché de Reggio et s'installa en Calabre, dans le diocèse de Squillace. De ce nouvel ermitage, il écrivit deux lettres qui ont été conservées, l'une à son ami Raoul le Verd, alors prévôt de l'église de Reims, l'autre aux frères de Chartreuse. Dans cette solitude, dont il appréciait le charme, le saint vieillard révèle l'exquise sensibilité de son âme, affinée par l'étude et par la contemplation de Dieu. Le maître était aussi un ami tendre et fidèle. Il mourut le 6 octobre 1101.

Bruno laissait un esprit et un exemple, mais aucun règlement écrit. Ce fut son quatrième successeur à la Chartreuse, Guigues, qui codifia vers 1125 les coutumes en usage depuis les origines, et le sixième, saint Anthelme, qui réunit en 1140 le premier chapitre général de l'ordre des Chartreux.

Saint Bruno fut canonisé sans procès informatif par le pape Léon X en 1514. Il fut inscrit au calendrier romain en 1622.

—  Jacques DUBOIS

Écrit par :

  • : moine bénédictin, directeur d'études à l'École pratique des hautes études (IVe section)

Classification

Autres références

«  BRUNO saint (1030 env.-1101)  » est également traité dans :

CHARTREUX

  • Écrit par 
  • Jacques DUBOIS, 
  • Universalis
  •  • 1 504 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Origines »  : […] Au mois de juin 1084, l'évêque de Grenoble, saint Hugues , conduisit dans une petite vallée du massif de la Grande-Chartreuse sept compagnons qui lui avaient demandé un endroit propice à la vie solitaire. Leur chef était Bruno, qui avait alors dépassé la cinquantaine. Né à Cologne, il avait demeuré à Reims une trentaine d'années, successivement étudiant, chanoine, écolâtre, enfin chancelier. Après […] Lire la suite

MONASTIQUE ARCHITECTURE

  • Écrit par 
  • Carol HEITZ
  •  • 8 280 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Les Chartreux »  : […] Parallèlement aux monastères bénédictins et cisterciens, un troisième type de monastères apparaît, celui des Chartreux. Sa disposition, formulée par saint Bruno (env. 1032-1101), est commandée par l'exigence d'une extrême solitude. Alors que les moines bénédictins n'étaient jamais seuls, les Chartreux souhaitent l'être, partout et presque toujours. Saint Bruno, Colonais d'origine, fonda en 1084, […] Lire la suite

Les derniers événements

France. Démission du gouvernement d’Édouard Philippe et nomination de Jean Castex. 3-15 juillet 2020

Parly (Défense) et Olivier Véran (Solidarités et Santé) conservent leur portefeuille. Le ministre de l’Économie et des Finances Bruno Le Maire étend le sien à la Relance. Les ministres sortants Gérald Darmanin et Élisabeth Borne sont nommés respectivement à l’Intérieur et au Travail, à l’Emploi et à […] Lire la suite

France. « Première victoire » contre la Covid-19. 2-30 juin 2020

, soit 11,4 p. 100 du PIB. Le montant de la dette publique pour 2020 est estimé à près de 2 650 milliards d’euros, soit 120,9 p. 100 du PIB. Le 9, le ministre de l’Économie Bruno Le Maire annonce un plan d’aide au secteur aéronautique d’un montant de plus de 15 milliards d’euros, qui intègre une […] Lire la suite

France. Annonce du plan de déconfinement. 2-30 avril 2020

depuis le début du confinement. Le 24, Bruno Le Maire annonce le déblocage de 7 milliards d’euros au profit de la compagnie franco-néerlandaise Air France-KLM, sous forme de garantie de prêts et de prêts directs. Les Pays-Bas, également actionnaires de la compagnie, apporteront de leur côté 3,4 […] Lire la suite

France. Lutte contre l’épidémie de Covid-19. 1er-31 mars 2020

entreprises. Enfin, le chef de l’État indique que « le jour d’après, quand nous aurons gagné, ce ne sera pas un retour aux jours d’avant » et que « beaucoup de certitudes, de convictions seront […] remises en cause. » Le 17, le ministre de l’Économie Bruno Le Maire annonce un plan de soutien […] Lire la suite

France. Publication du rapport sur l’EPR de Flamanville. 28 octobre 2019

Le ministre de l’Économie Bruno Le Maire présente le rapport sur la filière EPR commandé en juillet à EDF. Qualifiant la construction de l’EPR d’« échec pour EDF », le rapport épargne toutefois la direction de l’entreprise et ne remet pas en cause la filière. Il épingle la défaillance […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jacques DUBOIS, « BRUNO saint (1030 env.-1101) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/bruno/