WILLIAMS ESTHER (1921-2013)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La nageuse et actrice américaine Esther Williams fut, dans les années 1940 et 1950, la star des comédies musicales dites aquatiques. Ces somptueuses productions en Technicolor remplaçaient les numéros de danse propres aux comédies musicales par des séquences de natation, de plongeon et de ski nautique à la chorégraphie élaborée et par des ballets aquatiques dans lesquels Esther Williams était accompagnée de nombreuses autres naïades.

Esther Jane Williams naît le 8 août 1921, à Inglewood (Californie). Championne de natation durant son adolescence, elle remporte en 1939 le 100 mètres nage libre lors d'une compétition nationale. Elle est peu après sélectionnée dans l'équipe olympique américaine, mais les Jeux qui doivent se dérouler à Helsinki en 1940 sont annulés lorsque la Seconde Guerre mondiale éclate. Esther Williams travaille alors un temps comme mannequin avant de devenir nageuse professionnelle en 1940. La même année, elle apparaît dans le spectacle San Francisco Aquacade de Billy Rose, au côté du champion de natation olympique Johnny Weissmuller, célèbre depuis qu'il incarne le rôle de Tarzan au cinéma. Bientôt, elle signe un contrat avec la Metro-Goldwyn-Mayer. Le studio va calquer sa carrière cinématographique sur celle de la star hollywoodienne et ancienne championne olympique de patinage artistique Sonja Henie, et présenter la nouvelle actrice comme la « sirène d'Hollywood » et la « reine du surf ».

Esther Williams fait ses débuts au cinéma dans la série populaire des Andy Hardy de George B. Seitz lorsqu'elle apparaît dans Andy Hardy's Double Life (1942). En 1944, elle tient le haut de l'affiche dans Le Bal des sirènes (Bathing Beauty) de George Sidney, une comédie musicale aquatique créée spécialement pour elle. Plusieurs autres suivront, notamment Ève éternelle (Easy to Wed, 1946) et La Fille de Neptune (Neptune's Daughter, 1949) d'Edward Buzzell, La Première Sirène (Million Dollar Mermaid, 1952) de Mervyn LeRoy, Traversons la Manche (Dangerous When Wet, 1953, au côté de Fernando Lamas, qu'elle épousera en 1969) de Charles Walters. Ces films à l'intrigue stéréotypée n'en sont pas moins divertissants et se révèlent très lucratifs.

Esther Williams dans La Chérie de Jupiter

Esther Williams dans La Chérie de Jupiter

photographie

Après La Fille de Neptune (1949) et La Première Sirène (1952), Esther Williams interprète le rôle de la belle Amythis dans La Chérie de Jupiter (1955). 

Crédits : Sunset Boulevard/ Corbis Historical/ Getty Images

Afficher

Lorsque les comédies musicales coûteuses commencent à décliner, Esther Williams s'essaie à des rôles dramatiques, mais sans grand succès. Elle met fin à sa carrière cinématographique au début des années 1960. Esther Williams s'éteint le 6 juin 2013, à Beverly Hills (Californie).

—  Universalis

Classification


Autres références

«  WILLIAMS ESTHER (1921-2013)  » est également traité dans :

STARS ET VEDETTES

  • Écrit par 
  • Gérard LEGRAND
  •  • 3 600 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Le rapport du public aux étoiles »  : […] Le parlant (1930) avait préparé une certaine démocratisation de l'image de la vedette ; la star suivra le mouvement peu après. La libéralisation des mœurs, malgré sa lenteur, contribue à cette familiarité croissante : « Après 1930, la star peut être mère, et bonne mère » (Edgar Morin). Ajoutons que, malgré les censures, aux types archaïques de la vamp fatale (ou en Italie, de la diva vénéneuse) et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/stars-et-vedettes/#i_91192

WALTERS CHARLES (1911-1982)

  • Écrit par 
  • Robert de LAROCHE
  •  • 932 mots

Parmi tous les maîtres de la comédie musicale américaine de l'après-guerre, Charles Walters a longtemps fait figure d'oublié. Alors que Vincente Minnelli, Stanley Donen et Gene Kelly sont entrés de leur vivant au panthéon des auteurs, le réalisateur de réussites du genre comme Parade du printemps (1948), Entrons dans la danse (1949), La Jolie Fermière (1950), La Belle de New York (1952), Lil […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-walters/#i_91192

Pour citer l’article

« WILLIAMS ESTHER - (1921-2013) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/esther-williams/