PERRAULT CHARLES (1628-1703)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les « Contes » : leur succès et leurs problèmes

Charles Perrault est-il le créateur de la littérature pour la jeunesse, comme on le dit souvent ? Il faut noter d'abord qu'au xviie siècle les enfants ne constituent pas un public distinct ; la littérature enfantine n'est pas un genre attesté, sauf peut-être dans le secteur de l'art oral, où les contes d'avertissement, certaines histoires d'animaux et certaines formulettes renvoient à ce type d'auditoire. Signalons aussi que l'orientation pédagogique de Perrault est tardive. Elle semble avoir été déclenchée par une polémique avec Boileau au sujet de l'art moral et des femmes. Perrault écrit Griselidis en 1691, d'après Boccace et d'après un livret de colportage fort répandu, pour protester contre La Matrone d'Éphèse de La Fontaine et pour célébrer la fidélité et la patience dont les femmes sont capables. Cette longue nouvelle est suivie de deux autres, également en vers, Les Souhaits ridicules et Peau-d'Âne. Ces trois contes, regroupés en 1694, s'enrichissent en 1695 d'une préface qui critique l'immoralité des contes antiques et vante les enseignements contenus dans les contes modernes, c'est-à-dire dans les histoires qui, d'après Perrault, datent d'une période où le christianisme a vaincu le paganisme.

En 1695, un cahier calligraphié par un copiste et richement relié est offert à Mademoiselle, petite-nièce de Louis XIV. Il contient cinq « contes de ma mère l'Oye », expression générique inscrite dans une pancarte qui sert de cartouche au frontispice de F. Clouzier et qui signifie à l'époque « contes de bonne femme ». Le recueil contient, dans l'ordre : La Belle au bois dormant, Le Petit Chaperon rouge, La Barbe-Bleue, Le Chat botté, Les Fées. En février 1697, le recueil paraît chez Barbin, augmenté de trois nouveaux récits : Cendrillon, Riquet à la houppe et Le Petit Poucet. Il est accueilli avec faveur, repris en Hollande par l'éditeur pirate Moetjens et connaît au moins trois réimpressions avant la mort de Perrault. Dès les premières années du siècle, le recueil lui est attribué, attribution que conteste, mais peut-être avoue ainsi de manière détournée, la préface, signée Pierre Darmancour. Il y précise que ces « bagatelles » se racontent « dans les huttes et dans les cabanes » et explique que son seul mérite est d'avoir collecté ces contes. Tout au long du xviiie siècle, la plupart des récits en prose sont repris dans la littérature de colportage, puis réédités en tête du Cabinet des fées, vaste compilation en trente-sept volumes parue entre 1785 et 1787 et qui témoigne de l'intérêt qu'un large public porte à cette littérature traditionnelle. Remarquons en passant que la version en prose de Peau-d'Âne, généralement attribuée à Perrault, n'est pas de lui : elle a été publiée pour la première fois anonymement en 1781 dans l'édition Lamy, précédée d'une épître à Éléonore de Lubert, femme de lettres qui meurt en 1789.

Le succès des contes de Perrault, qui ne s'est pas démenti depuis leur publication, prend des proportions gigantesques au xixe siècle, en particulier après la loi de Guizot sur l'instruction primaire (1833). Le public populaire, au moment où sa culture est menacée par la diffusion de l'imprimé, semble s'être raccroché à ce recueil où il retrouve quelques contes de voie orale choisis parmi ceux qu'il aime le plus et rédigés dans un style sobre et efficace. C'est aussi l'époque où les romantiques, influencés par les recherches des frères Grimm, découvrent l'œuvre et la comparent aux plus grandes. En même temps, un public enfantin se constitue et se créent les premières « collection pour la jeunesse ». Les fameux récits y figurent naturellement aussitôt.

Ce surprenant petit livre pose encore bien des énigmes. Et pour commencer celui de son véritable auteur. Charles Perrault l'a certainement revu et corrigé : on reconnaît sa manière et ses préoccupations personnelles dans un grand nombre de détails ; mais très rares sont les œuvres qu'il n'a pas écrites en collaboration. En l'occurrence, il semble avoir travaillé à partir d'un recueil de contes notés par son fils Pierre, alors âgé de dix-sept ans, dont il a conservé avec soin la [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

  • : docteur ès lettres et sciences humaines, professeur émérite à l'université de Paris-VII-Jussieu

Classification

Autres références

«  PERRAULT CHARLES (1628-1703)  » est également traité dans :

CONTES, Charles Perrault - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 1 218 mots

Les Histoires, ou Contes du temps passé avec des moralités, de Charles Perrault (1628-1703), parurent tous les huit (La Belle au bois dormant, Le Petit Chaperon rouge, La Barbe-Bleue, Le Maître Chat, ou le Chat botté […] Lire la suite

ANCIENS ET MODERNES

  • Écrit par 
  • Milovan STANIC, 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 5 038 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La spirale des querelles »  : […] L'ambiguïté de la pensée qui consiste à maintenir l'idée d'un progrès, tout en affirmant la perfection atemporelle de l'antique, n'a pas manqué de susciter de nombreux rebondissements dans les querelles entre Anciens et Modernes. Leurs débats se révèlent particulièrement vivaces à partir de la fin du xvi e  siècle, quand les remises en question radicales de l'exemplarité de l'Antiquité commencent […] Lire la suite

BARBE-BLEUE

  • Écrit par 
  • Marc SORIANO
  •  • 465 mots

Héros d'un conte célèbre, Barbe-Bleue épouse puis tue plusieurs femmes, en prétextant un interdit violé, mais la dernière lui échappe par ruse et le fait mettre à mort. Le nom est devenu synonyme d'homme cruel et sanguinaire. Faut-il, avec l'abbé E. Boissard (1886), identifier Barbe-Bleue à Comerus, barbare roi breton qui égorgeait ses femmes dès qu'elles étaient enceintes et que châtia saint Gild […] Lire la suite

BASILE GIAMBATTISTA (1575-1632)

  • Écrit par 
  • Paul LARIVAILLE
  •  • 857 mots

Napolitain engagé dans l'armée vénitienne, c'est lorsqu'il se trouvait en garnison dans l'île de Candie, que Giambattista Basile fut admis à l'Académie des extravagants, fondée par le noble vénitien Andrea Cornaro. Rentré dans sa patrie en 1608, il ne quittera plus le territoire de Naples que pour un séjour de quelques mois à Mantoue en 1612-1613. À partir de 1615, il est chargé de divers postes d […] Lire la suite

BELLE AU BOIS DORMANT LA

  • Écrit par 
  • Marc SORIANO
  •  • 431 mots

Elle bénéficie de tous les dons possibles, mais un maléfice l'endort pour cent ans. Le prince charmant la réveille ; toutefois, ses épreuves sont loin d'être achevées. La Belle est l'héroïne du premier des Contes de ma mère l'Oye , recopié dès 1695 dans le manuscrit offert à la jeune duchesse d'Orléans par Pierre d'Armancour, fils cadet de Charles Perrault. Au xix e siècle, les « ritualistes » on […] Lire la suite

BURLESQUE, esthétique

  • Écrit par 
  • Bernard CROQUETTE
  •  • 809 mots

Mode littéraire qui a fait fureur en France au xvii e siècle pendant une dizaine d'années (env. 1643-1653). À genre nouveau, mot nouveau : le terme lui-même est emprunté à l'italien et introduit dans la langue (ou plutôt réintroduit, car il avait déjà été employé, mais avec un sens différent) par Sarrasin à la même époque. Il désigne « l'explication des choses les plus sérieuses par des expressio […] Lire la suite

CARABAS MARQUIS DE

  • Écrit par 
  • Marc SORIANO
  •  • 362 mots

Titre que le Chat botté attribue à son maître, fils cadet d'un meunier, dans le célèbre conte tiré du recueil de Perrault, Contes de ma mère l'Oye (1697). Le narrateur ne fournit aucune précision sur ce marquisat de fantaisie, devenu synonyme de noblesse d'emprunt. Première piste. Le mot Carabas (de l'hébreu keroub , chérubin) se trouve dans une interpolation du traité In Flaccum de l'écrivain j […] Lire la suite

COLPORTAGE LITTÉRATURE DE

  • Écrit par 
  • Marc SORIANO
  •  • 2 022 mots

Dans le chapitre « Imagerie et colportage urbain »  : […] L'invention de l' imprimerie, à la fin du xv e  siècle, n'a concerné qu'un public très limité, celui des clercs, des lettrés et de la haute administration. Mais, avec les guerres de religion, le livre devient un champ de bataille. Alphabétiser les masses, donner à chacun la capacité de lire les textes sacrés dans sa langue et de les interpréter en son âme et conscience, tels sont les objectifs de […] Lire la suite

CONTE

  • Écrit par 
  • Bernadette BRICOUT
  •  • 5 801 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Transcription ou trahison ? »  : […] Parole vivante, le conte est inséparable d'un corps. Les intonations du récitant, le timbre de sa voix, ses silences et ses pauses, les accélérations brusques et les lenteurs calculées de la narration, les gestes qui prolongent le message, le dramatisent ou le nuancent, voilà ce qui fait le charme du conte, un charme si fort qu'il crée autour du récitant un véritable cercle magique. Dans la montag […] Lire la suite

CONTES DE FÉES

  • Écrit par 
  • Marc SORIANO
  •  • 397 mots

Récits de voie orale, souvent antérieurs à la civilisation latine ou grecque et se retrouvant sous forme d'adaptations dans la littérature écrite. L'expression contes de fées est plus spécialement réservée aux récits qui comportent l'intervention d'êtres surnaturels du sexe féminin, doués de pouvoirs merveilleux, bons ou mauvais. Les fées tiendraient leur nom des Parques, divinités de second ordre […] Lire la suite

Pour citer l’article

Marc SORIANO, « PERRAULT CHARLES - (1628-1703) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-perrault/