Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

CHANGE Les régimes de change

Unions monétaires

Une littérature économique assez ancienne, commençant avec les écrits de Robert Mundell dans les années 1960, a défini les conditions d'appartenance à un groupe de pays ayant la même monnaie, groupe dit « zone monétaire optimale ». Les critères retenus sont les suivants :

– Une forte mobilité des facteurs de production et plus particulièrement du facteur travail. Si un des pays de l'union monétaire souffre d'un choc défavorable spécifique (ou asymétrique), lorsqu'il y a monnaie unique, il ne peut, d'après cette théorie, stabiliser son taux de chômage que si la main-d'œuvre peut s'expatrier vers les pays de la zone monétaire où l'activité est plus forte.

– Une diversification internationale semblable parmi les pays membres de l'union. Une diversification productive différente implique la présence de chocs, spécifiques à telle ou telle production ou industrie, que ne connaissent pas les autres pays. Ce critère pose problème, puisque l'unification monétaire elle-même peut pousser à la spécialisation des différents pays. À l'intérieur d'une zone monétaire où le risque de change a disparu, il est probablement optimal de spécialiser les régions, pour profiter des avantages comparatifs, des rendements d'échelle croissants. L'unification monétaire aboutirait alors à l'apparition de chocs spécifiques aux pays – dits chocs asymétriques – qui sont paradoxalement, comme on va le voir, une des raisons majeures pour ne pas constituer d'union monétaire.

– Une intégration financière forte. S'il existe des déséquilibres entre l'offre et la demande d'épargne, et si les capitaux ne circulaient pas facilement entre les pays, des modifications des taux de change seraient nécessaires. On peut penser que l'unification monétaire, faisant disparaître le risque de change, accroît la mobilité internationale du capital et permet donc une allocation plus efficace de l'épargne, ce qui est un de ses objets.

Les chocs asymétriques ou les asymétries structurelles rendent donc les unions monétaires difficiles à mettre en place, puisque la politique monétaire commune ne peut pas compenser les chocs spécifiques aux pays. En conséquence, il est important de ne pas constituer d'union monétaire entre des pays qui présentent systématiquement des aléas dissemblables, ou qui sont structurellement trop différents de par leur spécialisation productive, le fonctionnement de leur marché du travail ou leur niveau de développement.

Même entre des pays raisonnablement similaires, comme ceux de la zone euro, on voit apparaître des chocs asymétriques ou des différences structurelles. La nature des négociations salariales n'est pas la même en France ou en Allemagne, la taille de l'industrie et des services diffère, la structure géographique des exportations n'est pas la même.

L'écart d'inflation entre les pays de la zone est le signe de l'existence de ces asymétries.

La première solution proposée par Mundell (la mobilité de la main-d'œuvre, qui est forte par exemple aux États-Unis) n'est pas acceptable partout, dans la zone euro en particulier. Les chômeurs ne vont pas se déplacer massivement d'un pays européen à l'autre au gré des écarts conjoncturels. La seule manière de rendre une union monétaire viable est alors le fédéralisme fiscal, c'est-à-dire l'existence de transferts publics automatiques ou organisés entre les pays. Aux États-Unis, lorsqu'un État subit un recul cyclique, puisque la plupart des impôts et les transferts sociaux sont fédéraux, cet État profite d'une baisse des impôts qu'il paie (par exemple, les impôts indirects ou les impôts directs payés par les résidents de l'État sont plus faibles), d'une hausse des transferts qu'il reçoit (par exemple, les prestations chômage reçues par les résidents[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : directeur des études économiques, Caisse des dépôts et consignations

Classification

Pour citer cet article

Patrick ARTUS. CHANGE - Les régimes de change [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Interventions de change - crédits : Encyclopædia Universalis France

Interventions de change

Taux du change euro-dollar - crédits : Encyclopædia Universalis France

Taux du change euro-dollar

États-Unis - zone euro : taux court et croissance - crédits : Encyclopædia Universalis France

États-Unis - zone euro : taux court et croissance

Autres références

  • CHANGE, notion de

    • Écrit par Marc POURROY, Séverine VANDELANOITE
    • 1 786 mots

    Au xiie siècle, lors des grandes foires de Champagne, les commerçants venus d'horizons divers avaient recours aux changeurs, qui procédaient à la conversion des différentes monnaies en circulation. Ce n'est toutefois qu'à l'époque de la Renaissance que les banquiers d'Italie du Nord réunirent les fonctions...

  • BÂLE ACCORDS DE (1972)

    • Écrit par Marie-France BAUD-BABIC
    • 303 mots

    Le 24 avril 1972, les accords monétaires de Bâle sont signés. Ils mettent en place l'une des propositions du plan rédigé par l'équipe réunie autour de Pierre Werner, Premier ministre luxembourgeois de l'époque, proposant de parvenir par étapes à la création d'une Union économique et monétaire....

  • ACCORDS DE BRETTON WOODS

    • Écrit par Francis DEMIER
    • 286 mots
    • 1 média

    Le système monétaire mis en place à Bretton Woods en 1944 répond, pour les Américains, à la volonté d'éviter les crises monétaires, dont on pensait qu'elles avaient entraîné le protectionnisme, le nationalisme, la guerre. Le système se présente comme un retour à l'étalon or qui, avec un système de...

  • AN ENQUIRY INTO THE NATURE AND EFFECTS OF THE PAPER CREDIT OF GREAT BRITAIN, Henry Thornton - Fiche de lecture

    • Écrit par Jérôme de BOYER
    • 1 032 mots
    Thornton décrit le mécanisme d'arbitrage dit « des points d'entrée et de sortie de l'or » et démontre comment, lorsque la convertibilité des billets en or est suspendue, un déficit de la balance des paiements provoque une baisse sensible du taux de change qui fait monter le prix...
  • ANTICIPATIONS, économie

    • Écrit par Christian de BOISSIEU
    • 6 072 mots
    • 4 médias
    – Dans le monde contemporain où prédominent les changes flottants – même s'il existe des zones de stabilité des changes voire d'intégration monétaire forte (exemple de la zone euro) – et où les banques centrales interviennent largement pour gérer le flottement, les anticipations...
  • Afficher les 52 références

Voir aussi