CATHOLICISMELe catholicisme contemporain

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

... ou redéfinition

Il y a pourtant des raisons de soutenir que ce processus de rétrécissement de l'influence reconnue à l'Église n'est qu'une des faces du tableau, que des infiltrations se produisent dans des directions inattendues et que c'est peut-être aussi à une redéfinition de l'identité catholique que l'on assiste, redéfinition qui pourrait s'appuyer sur la résistance de latences peu visibles.

À un niveau très banal, qui peut dire exactement ce que signifie la désertion des églises que l'on constate parfois ? Signifie-t-elle qu'un pourcentage considérable d'anciens catholiques sont devenus indifférents, ou bien qu'ils ont changé la forme de leur pratique ? Les assistances plus clairsemées témoignent-elles de ce que certains sont partis, ou bien de ce que les catholiques pratiquants n'ont plus les mêmes rapports avec l'institution, que la menace terroriste du « péché mortel », par exemple, a cessé de jouer ? D'une manière plus générale, ce n'est pas parce que le catholicisme n'est plus cet encadrement de la vie qu'il était jusqu'à présent, cette définition d'une manière de vivre, qu'il a disparu des consciences. Au contraire peut-être. Le considérable déclin, sinon de l'anticléricalisme, du moins de l'anticatholicisme dans la société française témoigne de l'abaissement d'une frontière, dont l'une des causes est sans doute la perte de relief du catholicisme. Mais l'autre cause en est le déclin des idéologies qui prétendaient condamner ce dernier. Les philosophies du progrès, le matérialisme marxiste connaissent en effet de leur côté une crise encore plus brutale et plus radicale que le catholicisme. Les idées qui ont prédit la fin du christianisme, qui étaient censées pouvoir le remplacer, se sont effondrées : le marxisme, avec la découverte des impostures qu'étaient toutes les formes connues du « socialisme réalisé » ; le scientisme, avec cette crise de l'activisme matériel occidental que révèle le sursaut écologique.

Le christianisme en Occident n'a donc plus de successeur, cette constatation oblige à relativiser tout ce qu'on peut dire de sa crise. Cela entraîne aussi cette conséquence que la référence au christianisme tend dans une certaine mesure à redevenir un « lieu commun » dans la société française. Sans qu'on s'en aperçoive beaucoup, la laïcité de l'État républicain a été peu à peu infléchie dans un sens qui fait sa part à une sorte d'identité chrétienne supposée commune à tous les Français, identité dont l'évocation semble curieusement liée à la fonction présidentielle : on rappelle, au moins pendant la campagne électorale, qu'on a reçu une sérieuse éducation chrétienne, ensuite on assiste à la messe dominicale et, pour finir, on est enterré solennellement à Notre-Dame de Paris... Il ne s'agit pas là, comme certains incroyants le disent, d'un retour du cléricalisme, mais plutôt du fait, quasi technique, que l'État doit pouvoir désigner symboliquement une référence ultime : ce qui ne saurait être remis en cause. En ce sens, il semble avoir besoin, tout laïque qu'il se dit, d'une « religion civile » – selon l'expression de Rousseau –, d'une métaphysique. L'État de la IIIe République aussi avait une métaphysique, et même des métaphysiques, bien qu'il ne les avouât pas comme telles : la métaphysique du progrès et la métaphysique nationaliste. Toutes deux sont bien émoussées et fatiguées, alors que le grand nombre se découvre culturellement chrétien. Telle est la voie qu'ont d'une manière plus déclamatoire empruntée les nouveaux philosophes. En face de ce consensus, l'indo-européisme redécouvert par la « nouvelle droite » fait plutôt figure de contrepoint comique.

L'important, du point de vue social, c'est que nos contemporains semblent désormais faire une place légitime au religieux, aussi bien dans la vie collective que dans la vie personnelle. Cela réduit considérablement, à l'intérieur du monde proprement catholique, l'attrait de certains composés idéologiques qui ont fait florès autour de 1970 et qui avaient pour effet de convertir l'énergie religieuse en énergie politique. Ainsi la « théologie de la libération » apparaît-elle désormais une affaire spécifiquement latino-américaine. Lorsqu'on l'évoque en France, ce n'est plus en tout cas pour mettre l'Évangile au service de la révolution socialiste, mais plutôt pour opposer à la théologie romaine déductive et dogmatique une perspec [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  CATHOLICISME  » est également traité dans :

CATHOLICISME - Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • Régis BURNET
  •  • 1 225 mots

Avec le protestantisme, l'anglicanisme et l'orthodoxie, le catholicisme est l'une des principales formes de la religion chrétienne. Son nom officiel, « Église catholique apostolique et romaine », résume ses principales caractéristiques. « Catholique » vient du grec katholikos, qui signifie « universel » : le catholicisme affirme sa vocation à convertir tous les hommes. « Aposto […] Lire la suite

CATHOLICISME - Histoire de l'Église catholique des origines au pontificat de Jean-Paul II

  • Écrit par 
  • Jean DANIÉLOU, 
  • André DUVAL
  •  • 16 423 mots
  •  • 9 médias

Au cours du IIe concile du Vatican, l'Église catholique romaine, dans une prise de conscience renouvelée de sa mission, de sa nature, de ses structures, a cherché à se définir de manière assez neuve dans son rapport au monde : plus lucidement respectueuse de la liberté des consciences et davantage sensibilisée aux urgences du service de […] Lire la suite

CATHOLICISME - La crise postconciliaire

  • Écrit par 
  • Michel de CERTEAU
  •  • 5 636 mots

Le singulier du terme « Église » contraste avec des pratiques et des croyances de plus en plus diversifiées – ou contradictoires – entre catholiques. Ces différences prolifèrent à mesure que s'épuise l'activité postconciliaire, fondée sur une utopie longtemps mobilisatrice. Elles se multiplient ou, simplement, elles réapparaissent dans le paysage où s'efface lentement, soleil couchant, le mythe ré […] Lire la suite

CATHOLICISME - L'organisation et la vie de l'Église

  • Écrit par 
  • René COSTE, 
  • Pierre LIÉGÉ
  • , Universalis
  •  • 9 167 mots

Pour comprendre les institutions actuelles de l'Église catholique, il faut partir du fait historique qui explique son origine : la conviction d'un petit groupe d'hommes et de femmes, dans les années 30 à 40 du premier siècle, que Jésus de Nazareth, récemment crucifié sur ordre de Ponce Pilate, procurateur de Judée, était ressuscité, qu'il était le fils de Dieu, Dieu lui-même, l'Homme-Dieu, seigneu […] Lire la suite

CATHOLICISME - Les nouveaux mouvements ecclésiaux

  • Écrit par 
  • Salvatore ABBRUZZESE
  •  • 2 470 mots

Les nouveaux mouvements ecclésiaux qui s'affirment au sein de l'Église catholique à partir des années 1970 signalent la reprise d'une spiritualité laïque. Ils s'expriment sous la forme de groupements communautaires à l'heure d'une société apaisée dans ses rapports avec l'Église et « désidéologisée » dans ses pratiques culturelles. L'exigence d'une foi retrouv […] Lire la suite

CATHOLICISME - Le pontificat de Benoît XVI

  • Écrit par 
  • Giancarlo ZIZOLA
  •  • 5 804 mots
  •  • 1 média

Aprèsle long règne de Jean-Paul II, les cardinaux réunis en conclave en 2005 ont sans doute ressenti la nécessité de passer d'une papauté itinérante à une « papauté de trône », plus soucieuse d'intérioriser la foi catholique que de poursuivre une politique spectaculaire d'affirmatio […] Lire la suite

ABBÉ PIERRE HENRI GROUÈS dit L' (1912-2007)

  • Écrit par 
  • Jean-Claude PETIT
  •  • 1 087 mots

L'abbé Pierre, de son vrai nom Henri Grouès, voit le jour à Lyon le 5 août 1912. Il est le cinquième d'une famille de huit enfants qu'il qualifie lui-même de bourgeoise. Cette famille nombreuse lui vaudra d'avoir cent vingt-trois neveux et nièces, tous âges, tous degrés et toutes conditions confondus, qui lui demanderont de répondre à leurs questions à l'occasion du cinquantième anniversaire de s […] Lire la suite

ACTION CATHOLIQUE

  • Écrit par 
  • Charles BALADIER
  •  • 1 454 mots

Trop multiforme et trop étendue pour constituer une véritable organisation, l'Action catholique est plutôt un ensemble de mouvements obéissant à une sorte d'idée-force ou de loi-cadre qui consiste, dans l'Église contemporaine, à faire participer les laïcs à l'apostolat dont le pape et les évêques sont les premiers responsables. Les mouvements très variés qui ont tenté de mettre en œuvre ce dessein […] Lire la suite

AMÉRICANISME, catholicisme

  • Écrit par 
  • Émile POULAT
  •  • 376 mots

Doctrine ou attitude condamnée en 1899 par Léon XIII dans sa lettre Testem benevolentiae . « Hérésie fantôme », diront ceux qui étaient ou se sentaient visés. Opinions nouvelles qui amalgament les vertus américaines avec de vieilles erreurs et font le jeu du protestantisme anglo-saxon, expliqueront ceux qui jugeaient cette mesure nécessaire. Simple tactique d'apostolat où l'on a voulu chercher une […] Lire la suite

AMÉRIQUE LATINE, économie et société

  • Écrit par 
  • Jacques BRASSEUL
  •  • 13 692 mots
  •  • 23 médias

Dans le chapitre « L'Église »  : […] L'Amérique latine est avant tout un continent catholique : elle porte près de la moitié des fidèles de l'Église de Rome, un tiers de ses évêques. La population est chrétienne à 90 p. 100, et les protestants, en progression, en représentent 20 p. 100, essentiellement au sein des différentes églises évangéliques. Le Brésil est le premier pays catholique du monde avec 136 millions de fidèles, soit […] Lire la suite

Pour citer l’article

Paul THIBAUD, « CATHOLICISME - Le catholicisme contemporain », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/catholicisme-le-catholicisme-contemporain/