Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

CATHOLICISME Le catholicisme contemporain

Prestige externe, crise interne

Jean-Paul II. Voyage en Pologne - crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

Jean-Paul II. Voyage en Pologne

L'importance de Jean-Paul II est due à ce qu'il a fait preuve d'une grande capacité de mobiliser ces rémanences de l'identité chrétienne. Et cela de plusieurs manières. D'abord en prenant, au-dessus d'un monde livré aux intérêts et à la désillusion, une position d'autorité morale. Il a occupé une place libre : un monde unifié psychologiquement par les médias a besoin d'une instance où se reflète son désir que les peuples ne soient plus abandonnés au jeu cynique des pouvoirs. Ensuite, parce que, venant de l'Est européen, il représentait un peuple qui ne se reconnaissait pas dans son État ; et, parce qu'il était à la tête de la plus grande internationale existante, il s'est comme spontanément placé dans une position qui correspondait à un besoin profond et qui rendait au christianisme (dont l'institution catholique apparaît d'une certaine manière comme le noyau) une place dans la communauté mondiale. La comparaison des discours prononcés par Paul VI en 1965 et par Jean-Paul II en 1979 aux Nations unies est à cet égard instructive. Le premier venait rendre hommage à l'O.N.U. et apporter sa contribution propre à l'œuvre de celle-ci ; le second, s'il commença par exprimer « l'estime » du Saint-Siège pour l'O.N.U., rappela aussitôt que la rencontre des peuples ne pouvait se faire « qu'au nom de l'homme pris dans son intégralité, dans la plénitude et la richesse multiforme de son existence, comme je l'ai dit, précisa-t-il, dans l'encycliqueRedemptorhominis ». C'était implicitement placer l'anthropologie élaborée par la tradition catholique comme fondement de l'ordre international. Ainsi était affirmée la prétention globale du magistère romain au lieu même de l'universalité la plus complète.

Le rapport du pape avec les foules n’a fait seulement que refléter le prestige qui s'attache à sa position, augmenté d'effets « mass-médiatiques » plus ou moins artificiels qui soulignent le talent d'une vedette. Les témoins des voyages pontificaux y ont senti quelque chose de plus sérieux : une extrapolation de la spiritualité bien polonaise du pèlerinage, qui consiste à se déraciner, à se déplacer pour vivre et célébrer le désir d'être meilleur avec les autres, de constituer un peuple marchant vers la cité fraternelle. Le vague des propos tenus à l'occasion de ces grandes rencontres n'en détruisait pas l'efficacité, pourvu que la ferveur jaillît et que, dans la fête, l'image qu'avaient d'eux-mêmes les participants fût modifiée. C'était un catholicisme populaire et festif qui semblait renaître là où passait le pape. Mais on oublie que ce catholicisme n'a peut-être jamais disparu ; en France même, les foules n'ont jamais déserté les grottes de Lourdes.

Prestige externe rétabli, mais crise interne persistante, tel est le diagnostic sommaire que l'on peut avancer du pontificat de Jean-Paul II. Dans une telle contradiction, beaucoup de possibilités restent ouvertes, parmi lesquelles il appartient d'abord au pape de choisir.

Jean-Paul II était évidemment très conscient de la contradiction entre les succès qu'il remportait « hors les murs » et les difficultés auxquelles il se heurtait à l'intérieur. La tactique qu'il essaya intuitivement fut une stratégie populiste : utiliser un charisme consacré par les foules afin de restaurer son autorité sur le clergé (rappelé aux disciplines les plus traditionnelles), sur les théologiens, sur les ordres religieux.

Ce rêve d'une Église qui se saurait propriétaire d'une vérité sur l'homme et qui, par son prestige et sa cohésion, imposerait cette vérité aux sociétés et aux États – rêve qui fut par certains côtés réalité en Pologne –, on a eu parfois[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

Classification

Pour citer cet article

Paul THIBAUD. CATHOLICISME - Le catholicisme contemporain [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Média

Jean-Paul II. Voyage en Pologne - crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

Jean-Paul II. Voyage en Pologne

Autres références

  • ABBÉ PIERRE HENRI GROUÈS dit L' (1912-2007)

    • Écrit par Jean-Claude PETIT
    • 1 094 mots

    L'abbé Pierre, de son vrai nom Henri Grouès, voit le jour à Lyon le 5 août 1912. Il est le cinquième d'une famille de huit enfants qu'il qualifie lui-même de bourgeoise. Cette famille nombreuse lui vaudra d'avoir cent vingt-trois neveux et nièces, tous âges, tous degrés et toutes conditions confondus,...

  • ACTION CATHOLIQUE

    • Écrit par Charles BALADIER
    • 1 474 mots

    Trop multiforme et trop étendue pour constituer une véritable organisation, l'Action catholique est plutôt un ensemble de mouvements obéissant à une sorte d'idée-force ou de loi-cadre qui consiste, dans l'Église contemporaine, à faire participer les laïcs à l'apostolat dont...

  • AMÉRICANISME, catholicisme

    • Écrit par Émile POULAT
    • 375 mots

    Doctrine ou attitude condamnée en 1899 par Léon XIII dans sa lettre Testem benevolentiae. « Hérésie fantôme », diront ceux qui étaient ou se sentaient visés. Opinions nouvelles qui amalgament les vertus américaines avec de vieilles erreurs et font le jeu du protestantisme anglo-saxon, expliqueront...

  • AMÉRIQUE LATINE, économie et société

    • Écrit par Jacques BRASSEUL
    • 13 724 mots
    • 22 médias
    L'Amérique latine est avant tout un continentcatholique : elle porte près de la moitié des fidèles de l'Église de Rome, un tiers de ses évêques. La population est chrétienne à 90 p. 100, et les protestants, en progression, en représentent 20 p. 100, essentiellement au sein des différentes...
  • Afficher les 126 références

Voir aussi