CAP-VERT (CABO VERDE)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Nom officielRépublique de Cabo Verde (CV) 1
Note : Précédemment appelée en français République du Cap-Vert ; le nom officiel a changé en octobre 2013.
Chef de l'ÉtatJorge Carlos Fonseca (depuis le 9 septembre 2011)
Chef du gouvernementUlisses Correia e Silva (depuis le 22 avril 2016)
CapitalePraia
Langue officielleportugais 3
Note : Le créole cap-verdien est la langue nationale
Unité monétaireescudo cap-verdien (CVE)
Population544 300 (estim. 2018)
Superficie (km2)4 033

Une population en évolution

Naguère qualifié, à tort d'ailleurs, de « laboratoire du luso-tropicalisme », le Cap-Vert se caractérise ethniquement par un métissage variant selon les îles, mais néanmoins accentué. Les Blancs n'ont jamais été très nombreux. Ils ne représentaient pas 3 p. 100 de la population au moment de l'indépendance. Le fonds racial est négro-africain, provenant des centaines de milliers d'esclaves arrachés par les Portugais aux côtes de Guinée, soit pour être exportés vers le Brésil, soit pour travailler dans les anciennes plantations locales. Il est probable que la grande île de São Tiago est encore majoritairement noire, tandis que plusieurs îles ont une population beaucoup plus proche des ancêtres lusitaniens. La dominante est cependant métisse (environ 60 p. 100), tout au moins en milieu urbain. Il s'est longtemps agi d'une population jeune, en croissance excessive, essentiellement rurale et sans débouchés sur place ; il en est résulté une émigration extraordinairement intense puisque le nombre des expatriés dépasse largement celui des habitants actuels. Aujourd'hui, la population est en transition démographique, avec, par exemple, un taux de fécondité par femme passé de 7 à 2,5 (2011), une population urbaine atteignant 61 p. 100 (2010) et une mortalité infantile ramenée à 25 p. 1 000 (2013). L'émigration reste néanmoins vivace, permettant d'absorber en partie l'augmentation de la population, dont le taux de croissance annuelle était de 1,4 p. 100 en 2010. Sur les quelque 700 000 émigrés, la plupart vivent aux États-Unis (500 000), au Portugal (100 000), au Sénégal (30 000), en France (30 000), aux Pays-Bas, en Italie.

L'importance de la diaspora cap-verdienne ne saurait être sous-estimée puisqu'elle représente pour l'économie du pays un atout maître : ses envois de devises représentent 10 p. 100 du P.I.B., venant immédiatement a [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages



Médias de l’article

Cap-Vert : carte physique

Cap-Vert : carte physique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Cap-Vert : drapeau

Cap-Vert : drapeau
Crédits : Encyclopædia Universalis France

drapeau

Cap-Vert : superficie et population

Cap-Vert : superficie et population
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau





Écrit par :

Classification


Autres références

«  CAP-VERT (CABO VERDE)  » est également traité dans :

CABRAL AMILCAR (1924-1973)

  • Écrit par 
  • Françoise BARRY
  •  • 556 mots

Originaire des îles du Cap-Vert, Amilcar Cabral, métis d'origine, réussit à faire des études agronomiques supérieures brillantes à Lisbonne où il rencontre Agostinho Neto et Mario de Andrade, futurs dirigeants du mouvement de libération angolais. Devenu un des très rares cadres guinéens, il crée le Centre d'études africaines ; nommé directeur du Centre expérimental agricole de Bissau, il sillonne […] Lire la suite

ÉVORA CESÁRIA (1941-2011)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 526 mots

La chanteuse capverdienne Cesária Évora naît le 27 août 1941 à Mindelo, sur l'île de São Vicente, au nord-ouest de l'archipel du Cap-Vert, et y passe toute son enfance. Après avoir perdu son père, musicien, à l'âge de sept ans, elle est élevée par sa mère et sa grand-mère. Cesária commence à chanter dès son plus jeune âge et, devenue adulte, se produit régulièrement dans les cafés de sa ville nat […] Lire la suite

GUINÉE-BISSAU

  • Écrit par 
  • Francis SIMONIS
  •  • 3 629 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La colonisation portugaise »  : […] La colonisation portugaise débute au milieu du xv e  siècle avec la création d’établissements côtiers chargés d’organiser la traite des esclaves et le commerce de l’or et de l’ivoire. L’État du Gabu, alors à son apogée, exerce une forte pression sur les peuples côtiers. Les navigateurs portugais s’installent dans l’estuaire de la Casamance avant d’atteindre « les rivières du Sud ». Ils fondent des […] Lire la suite

ÎLES

  • Écrit par 
  • Guy LASSERRE
  • , Universalis
  •  • 5 314 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Les climats insulaires »  : […] Il est bien difficile de dégager des traits climatiques communs aux îles, tant leur variété est grande. La latitude et la situation géographique jouent un rôle prépondérant pour définir les types de climats : polaire, froid, océanique, désertique, tropical, etc. Si les Kerguelen n'ont pas été colonisées de manière permanente, alors qu'elles ont une superficie de 7 000 kilomètres carrés, c'est lar […] Lire la suite

PORTUGAL

  • Écrit par 
  • Roger BISMUT, 
  • Cristina CLIMACO, 
  • Michel DRAIN, 
  • José-Augusto FRANÇA, 
  • Michel LABAN, 
  • Jorge MORAÏS-BARBOSA, 
  • Eduardo PRADO COELHO
  •  • 40 038 mots
  •  • 27 médias

Dans le chapitre « Littératures africaines d'expression portugaise »  : […] Bien que nées dans la seconde moitié du xix e  siècle, les littératures des anciennes colonies portugaises d'Afrique ne s'affirment qu'à partir de 1936 avec, dans les îles du Cap-Vert, la création de la revue Claridade – où sont publiés notamment quelques chapitres du roman Chiquinho , de Baltasar Lopes, qui révèle un archipel victime de la sécheresse, délaissé par la métropole, mais possédant u […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

René PELISSIER, « CAP-VERT (CABO VERDE) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/cap-vert/