AUGUSTE CAÏUS JULIUS CAESAR OCTAVIANUS AUGUSTUS ou OCTAVE (63 av. J.-C.14 apr. J.-C.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'évolution du régime

Soumis en principe à la règle du renouvellement décennal, ce régime subit aussi, durant la longue durée du règne, des changements qui n'en modifièrent pas les fondements, mais furent destinés à faciliter certaines choses. La principale de ces modifications eut lieu en 23, à la suite d'événements assez graves : procès d'un gouverneur de province, complot où était compromis le collègue d'Auguste au consulat, maladie du prince. Ce dernier se démit du consulat (qu'il ne devait désormais revêtir à nouveau que deux fois, brièvement, pour présenter au peuple ses petits-fils et héritiers), il remit les comptes de l'Empire au nouveau consul, et désigna sans doute Agrippa comme son héritier. Mais, d'un autre côté, ayant ainsi apparemment rétabli à Rome même la constitution sénatoriale, il se fait donner la puissance tribunicienne entière qui va lui permettre d'agir directement avec le peuple, et, en particulier, de proposer des lois. Ainsi semble restauré, à Rome et en Italie, un régime tout à fait indépendant du prince ; de fait, il y aura comme une renaissance de l'agitation politique autour des élections, si bien qu'à plusieurs reprises le peuple ou le Sénat voulurent offrir à Auguste la dictature ; peut-être était-ce là son vœu secret : il apparaissait à la fois comme indispensable et comme modéré. Ainsi, à partir de 23, Auguste n'est plus magistrat : il a des puissances ou des pouvoirs de magistrat, mais il n'est plus inséré dans les magistratures officielles. Après lui, tous les empereurs dateront leur règne par les années de leur puissance tribunicienne.

En bien d'autres occasions, profitant des circonstances ou s'y soumettant, Auguste recueillit encore des pouvoirs particuliers : pouvoirs censoriaux, soin de mettre à jour la liste du Sénat, cura morum. Il refusa obstinément la dictature, la censure, le consulat en eux-mêmes, mais accepta pour un temps une partie des pouvoirs que ces magistratures impliquaient.

En fait, tous ces pouvoirs se chevauchent sans coïncider tout à fait, pour permettre au prince, selon l'occasion, de laisser la constitution traditionnelle fonctionner, ou au contraire d'intervenir sans appel. En fin de compte, appuyée sur les bases solides d'un imperium à coup sûr total et général (ce qui lui donne le droit de publier des edicta, et un droit de regard sur toute la hiérarchie de l'État), sur une auctoritas qui deviendra de plus en plus institutionnelle, et en même temps sur un prestige moral et même religieux (nom d'Augustus, culte impérial dans les provinces, culte du génie d'Auguste en Italie), la toute-puissance d'Auguste est manifeste. Elle s'exerce aussi dans le domaine législatif : il a le droit de proposer des lois grâce à la tribunicia potestas  ; le droit de publier des édits ou des mandata, applicables même dans les provinces du Sénat grâce à l'imperium  ; le droit de proposer au Sénat des textes qu'il fera appliquer en tant que magistrat – ce qui donne au Sénat une nouvelle importance législative ; enfin, il prend dans son conseil des décisions qui seront destinées à devenir, au iie siècle, la source essentielle du droit romain. Cette toute-puissance s'exerce également dans le domaine judiciaire, par l'extension du « droit d'appel à César », qui lui permet d'évoquer presque toute sorte de procès. Elle se manifeste enfin dans la vie politique, en ce sens que pratiquement, et sauf exceptions à certaines périodes du règne d'Auguste, c'est lui qui peut régler l'élection des magistrats.

Mais cette toute-puissance se prétend fondée surtout sur l'adhésion spontanée des masses, ce qu'on appelle le consensus universorum  ; elle se veut acceptée et même sollicitée : c'est ainsi qu'à la mort de Lépide (12 av. J.-C.), Auguste sera élu grand pontife, mais à la suite de manifestations de loyalisme dans toute l'Italie.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages

Médias de l’article

L'empereur Auguste

L'empereur Auguste
Crédits : Peter Willi/ Bridgeman Images

photographie

Statue d'Auguste dite de Prima Porta

Statue d'Auguste dite de Prima Porta
Crédits : Csaba Peterdi/ Shutterstock

photographie

-200 à 200 apr. J.-C. La loi romaine

-200 à 200 apr. J.-C. La loi romaine
Crédits : Encyclopædia Universalis France

chronologie

La bataille d'Actium

La bataille d'Actium
Crédits : MPI/ Getty Images

photographie

Afficher les 5 médias de l'article


Écrit par :

  • : maître de conférences à la faculté des lettres et sciences humaines de Caen

Classification

Autres références

«  AUGUSTE CAÏUS JULIUS CAESAR OCTAVIANUS AUGUSTUS ou OCTAVE (63 av. J.-C. - 14 apr. J.-C.)  » est également traité dans :

MOI, AUGUSTE, EMPEREUR DE ROME (exposition)

  • Écrit par 
  • Gilles SAURON
  •  • 1 104 mots

Le bimillénaire de la mort d’Auguste (63 av. J.-C.-14 apr. J.-C.) a été l’occasion d’une manifestation franco-italienne à la mesure du personnage célébré. Les musées du Capitole, avec son ancien directeur, Eugenio La Rocca, et son successeur, Claudio Parisi Presicce, se sont associés aux conservateurs du département des Antiquités étrusques, romaines et grecques du musée du Louvre, Daniel Roger et […] Lire la suite

STATUE D'AUGUSTE DITE DE PRIMA PORTA

  • Écrit par 
  • Gilles SAURON
  •  • 237 mots
  •  • 1 média

Découverte à Prima Porta, dans une villa que possédait Livie sur l'antique territoire de Véies, la statue d'Auguste conservée dans la galerie Chiaramonti des musées du Vatican est sans doute la copie du nouveau type statuaire adopté par Auguste à la suite de la restitution des enseignes romaines par les Parthes en — 20. À l'époque de la bataille d'Actium, le […] Lire la suite

ACTIUM BATAILLE D' (31 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Xavier LAPRAY
  •  • 254 mots
  •  • 1 média

La bataille d'Actium met un terme à un siècle d'affrontements intérieurs qui ont déchiré la République romaine, et permet au vainqueur de fonder un nouveau régime, l'Empire. Depuis l'assassinat de César, en — 44, deux hommes prétendent recueillir l'héritage politique du dictateur : Octave et Antoine. Dans un premier temps, ils parviennent à un accord pour se partager le pouvoir, Antoine régnant s […] Lire la suite

AGRIPPA MARCUS VIPSANIUS (63-12 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Yann LE BOHEC
  •  • 463 mots

Marcus Vipsanius Agrippa fait partie de ces hommes peu nombreux qui ont vu la chance passer à leur portée, et qui ont su la saisir. Il est né vers ~ 63 dans une famille modeste. Le hasard lui sourit pour la première fois à Apollonia d'Illyrie en ~ 44 : à dix-neuf ans, il rencontra Octave, dont il resta jusqu'à sa mort le lieutenant fidèle et dévoué ; il n'eut jamais à le regretter. Il accompagna s […] Lire la suite

ANTOINE ou MARC ANTOINE, lat. MARCUS ANTONIUS (83-30 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Joël SCHMIDT
  •  • 660 mots

Marc Antoine, général et homme politique des dernières années de la République romaine, est resté dans l'histoire comme le fidèle lieutenant de Jules César, qui tomba amoureux de la reine d'Égypte Cléopâtre et fut vaincu par Octave (futur empereur Auguste) à la bataille d'Actium (31 av. J.-C.). À travers les portraits que les historiens en tracent, Marc Antoine apparaît comme une sorte de force de […] Lire la suite

APOTHÉOSE

  • Écrit par 
  • Catherine SALLES
  •  • 735 mots

C'est la « transformation en dieu ». L'apothéose désigne la divinisation des empereurs romains après leur mort. Cette notion, étrangère en elle-même aux conceptions religieuses des Romains, était cependant connue par des précédents « historiques » (disparition de Romulus lors d'une séance du Sénat et sa transformation en être divin) et philosophiques (les stoïciens, les platoniciens et les pythago […] Lire la suite

CALENDRIERS

  • Écrit par 
  • Jean-Paul PARISOT
  •  • 9 874 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Évolution du calendrier romain »  : […] Un dicton très populaire dit que : « À la sainte-Luce les jours allongent d'un saut de puce ». La sainte-Luce se fêtant le 13 décembre, cela est faux, car la durée du jour est la plus courte au solstice d'hiver, ce qu'il est facile de vérifier sur tout calendrier. Cette tradition populaire est une survivance du calendrier julien, qui a été réformé en 1582 sur ordre du pape Grégoire XIII pour donn […] Lire la suite

CÉSARISME

  • Écrit par 
  • Yann LE BOHEC
  •  • 759 mots

La recherche récente tend à négliger le terme de « césarisme », auquel elle préfère ceux de « principat » et de « dominat », ces deux derniers mots recouvrant deux aspects du premier. Il peut néanmoins être conservé avec un sens très général, celui de pratique du pouvoir impérial, ainsi que l'entendait l'historien Suétone quand il intitulait son œuvre Les Vies des douze Césars . L'assassinat de Ju […] Lire la suite

CHEVALIERS ROMAINS

  • Écrit par 
  • Yann LE BOHEC
  •  • 975 mots

Les chevaliers romains constituent un sujet d'étude qui a été entièrement renouvelé dans les années 1970, notamment par deux personnalités, Hans-Georg Pflaum et Claude Nicolet. Aux origines de Rome, les troupes montées étaient exclusivement recrutées dans le patriciat : l'identité cavalier-chevalier était parfaite. Puis la dissociation se fit lentement, mais sans que pût jamais s'effacer le caract […] Lire la suite

CINNA CNAEUS CORNELIUS (Ier s.)

  • Écrit par 
  • Joël SCHMIDT
  •  • 165 mots

Personnage qui n'aurait sans doute jamais passé à la postérité s'il n'avait été utilisé par Sénèque dans son traité De clementia pour montrer que l'empereur Auguste savait pardonner. Cnæus Cornelius Cinna, arrière-petit-fils du grand Pompée, prend en effet le parti de Marc Antoine contre Octave, le futur empereur Auguste. Celui-ci ne lui en tient pas rigueur et lui permet de faire carrière ; Cinn […] Lire la suite

Pour citer l’article

Claude NICOLET, « AUGUSTE CAÏUS JULIUS CAESAR OCTAVIANUS AUGUSTUS ou OCTAVE (63 av. J.-C. - 14 apr. J.-C.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/caius-julius-caesar-octavianus-augustus-auguste/