Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ANTOINE ou MARC ANTOINE, lat. MARCUS ANTONIUS (83-30 av. J.-C.)

Marc Antoine, général et homme politique des dernières années de la République romaine, est resté dans l'histoire comme le fidèle lieutenant de Jules César, qui tomba amoureux de la reine d'Égypte Cléopâtre et fut vaincu par Octave (futur empereur Auguste) à la bataille d'Actium (31 av. J.-C.). À travers les portraits que les historiens en tracent, Marc Antoine apparaît comme une sorte de force de la nature, doué d'une bravoure impétueuse, d'une vigueur physique redoutable, aimant les ripailles et les femmes, les plaisanteries grossières et la familiarité. Au sein d'une Rome profondément troublée par les luttes civiles et par une crise de confiance envers le régime républicain, un homme tel que lui ne peut que séduire. César, fin psychologue, le comprend, qui se l'attache comme questeur en Gaule en 53 av. J.-C. Marc Antoine, toujours prêt à prendre de téméraires résolutions, n'est sans doute pas totalement étranger à la décision de César de franchir le Rubicon. Après avoir reçu le gouvernement de l'Italie, Marc Antoine élimine les partisans de Pompée à Pharsale en 48 av. J.-C. Maître de cavalerie, premier lieutenant de César, il se comporte à Rome comme un véritable dictateur en second et il est récompensé de ses services par le consulat en 44 av. J.-C., l'année même de la mort de César. Aux ides de mars, il sait apparaître comme le légataire universel de la pensée politique du dictateur défunt et, devant le bûcher funéraire, il tient un discours qui appelle à la vengeance, en même temps qu'il brandit la tunique ensanglantée de César. Cependant il trouve dans le jeune Octavien, le futur empereur Auguste, un rival inattendu ; celui-ci le fait déclarer ennemi public par le Sénat et le défait à la bataille de Modène en avril 43 av. J.-C. Une autre armée commandée par Lépide s'apprête à donner le coup de grâce aux partisans de Marc Antoine. Mais, comprenant tous les trois qu'ils ne peuvent espérer un jour proche s'éliminer les uns les autres, Octave, Antoine et Lépide concluent en 43 av. J.-C. une alliance, appelée second triumvirat. Leurs ennemis respectifs sont proscrits et Cicéron, auteur des Philippiques, pamphlets virulents contre Marc Antoine, tombe lui aussi victime des assassins. Ayant réussi à écraser les armées des deux principaux meurtriers de César, Brutus et Cassius, à Philippes en 42 av. J.-C., les triumvirs se partagent le monde romain. Marc Antoine obtient l'Orient ainsi que la main d'Octavie, sœur d'Octave.

C'est alors que Marc Antoine se laisse séduire par l'Orient fabuleux, par le rêve oriental qui a hanté tous les dictateurs de l'Antiquité. Auprès de Cléopâtre, reine d'Égypte, qu'il aime passionnément, il oublie Rome, Octave, la politique pour se tailler une sorte de royaume personnel comprenant la Phénicie, la Judée, la Cilicie, Chypre. Il partage ces territoires entre les enfants qu'il a eus de Cléopâtre. Il revient parfois en Italie, mais à ses yeux la capitale du monde est désormais Alexandrie, ville où il mène une existence joyeuse et fastueuse, s'entourant de tout le cérémonial réservé aux despotes asiatiques. Marc Antoine a ainsi lassé nombre de ses partisans et c'est le moment qu'Octave choisit pour abattre le dernier rival qui lui reste. Lors de la bataille navale d'Actium en 31 av. J.-C., la flotte de Marc Antoine est entièrement détruite. Le triumvir a en effet abandonné ses vaisseaux et ses marins lorsqu'il a vu Cléopâtre s'enfuir avec ses galères. La passion amoureuse, en l'emportant sur la passion politique, entraîne Marc Antoine jusqu'à Alexandrie où il met fin à ses jours lorsque Octave, en 30 av. J.-C., s'apprête à entrer victorieusement dans la capitale de l'Égypte.

— Joël SCHMIDT

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : diplômé d'études supérieures d'histoire, directeur de collections historiques

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • ACTIUM BATAILLE D' (31 av. J.-C.)

    • Écrit par Xavier LAPRAY
    • 254 mots
    • 1 média

    La bataille d'Actium met un terme à un siècle d'affrontements intérieurs qui ont déchiré la République romaine, et permet au vainqueur de fonder un nouveau régime, l'Empire.

    Depuis l'assassinat de César, en — 44, deux hommes prétendent recueillir l'héritage politique...

  • AUGUSTE CAÏUS JULIUS CAESAR OCTAVIANUS AUGUSTUS ou OCTAVE (63 av. J.-C. - 14 apr. J.-C.)

    • Écrit par Claude NICOLET
    • 6 081 mots
    • 5 médias
    ...clientèles. Ce projet se heurte naturellement aux ambitions de l'homme qui, dans les mois qui suivent les ides de mars, s'est imposé comme le maître à Rome, Antoine. Ce dernier gérait normalement le consulat, et avait réussi fort habilement à discréditer et à éloigner les « tyrannoctones ». Appuyé sur l'armée...
  • CLÉOPÂTRE (69-30 av. J.-C.)

    • Écrit par André BERNAND
    • 3 586 mots
    La rencontre de Cléopâtre et d'Antoine devait avoir lieu quand ce dernier vint en Orient, après Philippes, pour y faire fortune et rétablir l'ordre trois ans après le meurtre de César : avant de régler le problème parthe, Antoine voulait connaître les intentions de la reine d'Alexandrie. Celle-ci était...
  • ÉGYPTE ANTIQUE (Histoire) - L'Égypte ptolémaïque

    • Écrit par André BERNAND
    • 3 470 mots
    • 1 média
    ...vainqueur de ce Ptolémée, César, selon Florus et Orose, aurait envoyé dans la ville la cuirasse d'or du souverain. Quant aux jumeaux que Cléopâtre eut d'Antoine, Alexandre Hélios et Cléopâtre Séléné, ils figurèrent en 29 au triomphe d'Octavien (Auguste), avant de finir de façon obscure, loin du royaume...
  • Afficher les 10 références

Voir aussi