AUGUSTE CAÏUS JULIUS CAESAR OCTAVIANUS AUGUSTUS ou OCTAVE (63 av. J.-C.14 apr. J.-C.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les pouvoirs d'Auguste

D'abord, le prince est imperator ; il l'est en quelque sorte par droit d'héritage, parce qu'il est fils de César, et il porte ce titre comme un prénom qui fait partie de son état civil (depuis 29 av. J.-C.). Mais il l'est aussi parce qu'il a reçu, en 28 sans doute, un imperium total sur toutes les armées romaines (comme il l'avait, en 32, sur celles de l'Occident). Il joint donc au pouvoir consulaire (purement civil depuis Sylla) un imperium militaire, qu'il garde en permanence. Le droit de commandement sur les troupes, où qu'elles se trouvent, sera une des marques essentielles du régime impérial. Ce pouvoir lui a été sans doute dévolu par une loi, une lex de imperio, qui, renouvelée plus tard, sera la véritable charte d'investiture de l'Empire. Il s'agit donc, avant tout, d'un pouvoir militaire.

En outre, Auguste est aussi consul (il le restera sans interruption jusqu'en 23, année où le régime subit d'importantes modifications). Cette magistrature lui permet d'exercer une sorte de présidence de la République assez souple sur Rome, l'Italie, et sur les autres magistrats, avec droit de regard éventuel sur les provinces proconsulaires. Exerçant le consulat de façon continue, il a donc, en fait, le pas sur son collègue, et il est une sorte de « premier consul ». Ce « principat consulaire », qui semble sauvegarder la légalité républicaine, coïncide en réalité avec une période autoritaire du régime.

Il est également, on l'a dit, proconsul de toutes les provinces importantes du point de vue militaire, pendant une période de dix ans. Il se peut qu'il n'y ait pas eu de coïncidence chronologique entre les deux délégations de pouvoir : celle, générale, de l'imperium consulaire, dévolue en 28 et renouvelable en 18 ; celle, particulière, de l'imperium proconsulaire sur certaines provinces, renouvelable en 17, mais renouvelée en fait, par anticipation, en 18. On voit donc qu'Auguste joue sur les mots lorsqu'il déclare dans son testament qu'il n'a pas eu de « pouvoirs » supérieurs à ceux des autres magistrats, et qu'il ne leur a été supérieur que par « l [...]


Médias de l’article

L'empereur Auguste

L'empereur Auguste
Crédits : Peter Willi/ Bridgeman Images

photographie

Statue d'Auguste dite de Prima Porta

Statue d'Auguste dite de Prima Porta
Crédits : Csaba Peterdi/ Shutterstock

photographie

-200 à 200 apr. J.-C. La loi romaine

-200 à 200 apr. J.-C. La loi romaine
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

La bataille d'Actium

La bataille d'Actium
Crédits : MPI/ Getty Images

photographie

Tous les médias



1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages




Écrit par :

  • : maître de conférences à la faculté des lettres et sciences humaines de Caen

Classification


Autres références

«  AUGUSTE CAÏUS JULIUS CAESAR OCTAVIANUS AUGUSTUS ou OCTAVE (63 av. J.-C. - 14 apr. J.-C.)  » est également traité dans :

MOI, AUGUSTE, EMPEREUR DE ROME (exposition)

  • Écrit par 
  • Gilles SAURON
  •  • 1 104 mots
  •  • 1 média

Le bimillénaire de la mort d’Auguste (63 av. J.-C.-14 apr. J.-C.) a été l’occasion d’une manifestation franco-italienne à la mesure du personnage célébré. Les musées du Capitole, avec son ancien directeur, Eugenio La Rocca, et son successeur, Claudio Parisi Presicce, se sont associés aux conservateurs du département des Antiquités étrusques, romaines et grecques du musée du Louvre, Daniel Roger et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moi-auguste-empereur-de-rome/#i_2540

STATUE D'AUGUSTE DITE DE PRIMA PORTA

  • Écrit par 
  • Gilles SAURON
  •  • 237 mots
  •  • 1 média

Découverte à Prima Porta, dans une villa que possédait Livie sur l'antique territoire de Véies, la statue d'Auguste conservée dans la galerie Chiaramonti des musées du Vatican est sans doute la copie du nouveau type statuaire adopté par Auguste à la suite de la restitution des enseignes romaines par les Parthes en — 20. À l'époque de la bataille d'Actium, le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/statue-d-auguste-dite-de-prima-porta/#i_2540

ACTIUM BATAILLE D' (31 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Xavier LAPRAY
  •  • 254 mots
  •  • 1 média

La bataille d'Actium met un terme à un siècle d'affrontements intérieurs qui ont déchiré la République romaine, et permet au vainqueur de fonder un nouveau régime, l'Empire. Depuis l'assassinat de César, en — 44, deux hommes prétendent recueillir l'héritage politique du dictateur : Octave et Antoine. Dans un premier temps, ils parviennent à un accord pour se partager le pouvoir, Antoine régnant s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bataille-d-actium/#i_2540

AGRIPPA MARCUS VIPSANIUS (63-12 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Yann LE BOHEC
  •  • 463 mots

Marcus Vipsanius Agrippa fait partie de ces hommes peu nombreux qui ont vu la chance passer à leur portée, et qui ont su la saisir. Il est né vers ~ 63 dans une famille modeste. Le hasard lui sourit pour la première fois à Apollonia d'Illyrie en ~ 44 : à dix-neuf ans, il rencontra Octave, dont il resta jusqu'à sa mort le lieutenant fidèle et dévoué ; il n'eut jamais à le regretter. Il accompagna s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marcus-vipsanius-agrippa/#i_2540

ANTOINE ou MARC ANTOINE, lat. MARCUS ANTONIUS (83-30 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Joël SCHMIDT
  •  • 660 mots

Marc Antoine, général et homme politique des dernières années de la République romaine, est resté dans l'histoire comme le fidèle lieutenant de Jules César, qui tomba amoureux de la reine d'Égypte Cléopâtre et fut vaincu par Octave (futur empereur Auguste) à la bataille d'Actium (31 av. J.-C.). À travers les portraits que les historiens en tracent, Marc Antoine apparaît comme une sorte de force de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antoine-marc-antoine/#i_2540

APOTHÉOSE

  • Écrit par 
  • Catherine SALLES
  •  • 735 mots

C'est la « transformation en dieu ». L'apothéose désigne la divinisation des empereurs romains après leur mort. Cette notion, étrangère en elle-même aux conceptions religieuses des Romains, était cependant connue par des précédents « historiques » (disparition de Romulus lors d'une séance du Sénat et sa transformation en être divin) et philosophiques (les stoïciens, les platoniciens et les pythago […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/apotheose/#i_2540

CALENDRIERS

  • Écrit par 
  • Jean-Paul PARISOT
  •  • 9 872 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Évolution du calendrier romain »  : […] Un dicton très populaire dit que : « À la sainte-Luce les jours allongent d'un saut de puce ». La sainte-Luce se fêtant le 13 décembre, cela est faux, car la durée du jour est la plus courte au solstice d'hiver, ce qu'il est facile de vérifier sur tout calendrier. Cette tradition populaire est une survivance du calendrier julien, qui a été réformé en 1582 sur ordre du pape Grégoire XIII pour donn […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/calendriers/#i_2540

CÉSARISME

  • Écrit par 
  • Yann LE BOHEC
  •  • 759 mots

La recherche récente tend à négliger le terme de « césarisme », auquel elle préfère ceux de « principat » et de « dominat », ces deux derniers mots recouvrant deux aspects du premier. Il peut néanmoins être conservé avec un sens très général, celui de pratique du pouvoir impérial, ainsi que l'entendait l'historien Suétone quand il intitulait son œuvre Les Vies des douze Césars . L'assassinat de Ju […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cesarisme/#i_2540

CHEVALIERS ROMAINS

  • Écrit par 
  • Yann LE BOHEC
  •  • 975 mots

Les chevaliers romains constituent un sujet d'étude qui a été entièrement renouvelé dans les années 1970, notamment par deux personnalités, Hans-Georg Pflaum et Claude Nicolet. Aux origines de Rome, les troupes montées étaient exclusivement recrutées dans le patriciat : l'identité cavalier-chevalier était parfaite. Puis la dissociation se fit lentement, mais sans que pût jamais s'effacer le caract […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chevaliers-romains/#i_2540

CINNA CNAEUS CORNELIUS (Ier s.)

  • Écrit par 
  • Joël SCHMIDT
  •  • 165 mots

Personnage qui n'aurait sans doute jamais passé à la postérité s'il n'avait été utilisé par Sénèque dans son traité De clementia pour montrer que l'empereur Auguste savait pardonner. Cnæus Cornelius Cinna, arrière-petit-fils du grand Pompée, prend en effet le parti de Marc Antoine contre Octave, le futur empereur Auguste. Celui-ci ne lui en tient pas rigueur et lui permet de faire carrière ; Cinn […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinna-cnaeus-cornelius/#i_2540

CIVILISATION ROMAINE (notions de base)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 4 275 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Les nouveaux pouvoirs du prince »  : […] Soucieux de mettre un terme aux guerres civiles, l’imperator Octave (63 av.-14 apr. J.-C.), victorieux de ses adversaires, fonda un nouveau régime, le principat. Tirant les leçons de l’échec de son oncle, Jules César, assassiné parce qu’il voulait être roi, il masqua la vraie nature du nouveau régime, monarchique, pour se présenter comme le restaurateur des institutions républicaines. En 27 avant […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/civilisation-romaine/#i_2540

CLÉOPÂTRE (69-30 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • André BERNAND
  •  • 3 570 mots

Dans le chapitre « César, Antoine et la mort »  : […] Quand elle rencontra César, Cléopâtre, de trente ans plus jeune que lui, ne régnait que depuis trois ans. Son père, Ptolémée XII Neos Dionysos Aulète, mort en mars 51 avant J.-C., avait légué par testament le royaume d'Égypte à l'aîné de ses fils, Ptolémée XIII, âgé de dix ans, et à sa fille Cléopâtre, âgée de dix-sept ans, que le jeune roi devait épouser. Ces trois premières années de règne n'av […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cleopatre/#i_2540

CURSUS HONORUM

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre MARTIN
  •  • 382 mots

La notion légale de cursus honorum , ordre hiérarchisé des magistratures électives permettant l'accès au Sénat, apparut à Rome en ~ 180. Jusqu'alors, un citoyen pouvait briguer n'importe quelle magistrature sans avoir rempli les autres. Quand le Sénat désira contrôler les carrières pour empêcher les favoris de la foule d'arriver directement aux plus hautes charges, il fit voter la lex Villia  : la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cursus-honorum/#i_2540

DRUSUS NERO CLAUDIUS (38-9 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Joël SCHMIDT
  •  • 285 mots
  •  • 1 média

Un certain mystère plane sur la naissance de Drusus Nero en ~ 38, qui ne sera pas sans conséquence historique. Livie avait en effet épousé Tiberius Claudius Nero et avait eu de lui un fils né en ~ 42, qui succédera à Auguste sous le nom de Tibère. Puis, enceinte, elle divorce, épouse Auguste et met au monde trois mois après un autre fils, Claudius Drusus Nero, dont on disait à Rome que le père en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/claudius-drusus-nero/#i_2540

ÉNÉIDE, Virgile - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Marie-Gabrielle SLAMA
  •  • 773 mots
  •  • 1 média

Considéré comme le plus grand poète romain, Virgile (70-19 av. J.-C.) était un amoureux de la nature, se refusant à toute participation active à la vie politique ou administrative : ses deux recueils de poèmes, les Bucoliques (37 av. J.-C.) et les Géorgiques (27 av. J.-C.) témoignent de cette aspiration, où se formule déjà le désir d'un retour aux sources. Mais Virgile est aussi l'auteur de l' É […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eneide/#i_2540

ÉPIGRAPHIE

  • Écrit par 
  • Raymond BLOCH, 
  • Jean POUILLOUX
  • , Universalis
  •  • 7 220 mots

Dans le chapitre « Données générales »  : […] Dans les inscriptions de Rome, le simple particulier apparaît avec son nom, le magistrat avec ses titres, l'empereur avec les dénominations dont il est seul à bénéficier. Parmi les qualités que suppose l'étude épigraphique figurent donc la familiarité avec les noms romains, leur formation et leurs caractères, la connaissance de l'administration romaine et de ses rouages, celle enfin des différents […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/epigraphie/#i_2540

ESCLAVES & AFFRANCHIS IMPÉRIAUX, Rome antique

  • Écrit par 
  • Yann LE BOHEC
  •  • 888 mots

Dans la société romaine, les esclaves et affranchis impériaux ne représentent pas seulement l'aristocratie de la population non libre ; ils se situent même parfois au-dessus des citoyens, souvent à côté d'eux et dans quelques cas en dessous. Leur histoire se divise en deux périodes. La première correspond à une phase d'essor rapide, et elle commence naturellement avec l'œuvre d'Auguste. Trois circ […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/esclaves-et-affranchis-imperiaux-rome-antique/#i_2540

IMPERATOR

  • Écrit par 
  • Jean-Claude DUMONT
  •  • 508 mots

À Rome, à l'origine, l'imperator est celui qui commande ( imperat , étymologiquement : « préparer pour », d'où « ordonner ») ou qui possède l' imperium  ; celui-ci est le pouvoir souverain, délégué par Jupiter ( ?), dont la volonté se manifesterait (au travers du peuple dans le vote des comices) aux consuls et aux préteurs, et, en dehors de la ville, aux proconsuls et aux propréteurs ; c'est un po […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/imperator/#i_2540

LÉPIDE, lat. MARCUS ÆMILIUS LEPIDUS (env. 89-13 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Joël SCHMIDT
  •  • 945 mots

Celui qui devait former avec Antoine et avec Octave en ~ 43 le second triumvirat, Marcus Æmilius Lepidus, appartient à la gens Æmilia qui a donné à la République romaine d'illustres hommes d'État, tel ce Marcus Æmilius Lepidus qui fut consul en ~ 37 et l'un des plus grands orateurs de son temps (Cicéron reconnaît en lui un maître), tel aussi cet autre consul de l'année ~ 78 qui voulut soulever le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lepide-lat-marcus-aemilius-lepidus/#i_2540

L'HISTOIRE VÉGÉTALISÉE. ORNEMENT ET POLITIQUE À ROME (G. Sauron) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Pierre GROS
  •  • 999 mots

Dans le monde submergé d'images vulgairement utilitaires où nous évoluons, nous éprouvons quelque difficulté à admettre que, en d'autres temps, l'œuvre ornementale a assumé une fonction essentielle dans la transmission des messages politiques et religieux. Quand il s'agit de décor architectural, à caractère rythmique ou répétitif, cette difficulté structurelle se double d'une réticence esthétique […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-histoire-vegetalisee-ornement-et-politique-a-rome/#i_2540

PALATIN, Rome, archéologie

  • Écrit par 
  • Manuel ROYO
  •  • 3 889 mots

Dans le chapitre « Le Palatin impérial et la formation des palais »  : […] Le contexte légendaire explique l'installation d'Auguste à l'angle sud-ouest de la colline plutôt que dans sa maison natale, située ailleurs sur le Palatin. Dès 40 avant J.-C., le futur empereur, qui cherche bientôt à apparaître comme un nouveau fondateur de Rome, fait acheter ou confisque plusieurs domus qu'il transforme tout en préservant l'autonomie de certaines. Ainsi la Maison de Livie et ce […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/palatin-rome-archeologie/#i_2540

POLYCHROMIE, histoire de l'art

  • Écrit par 
  • Adeline GRAND-CLÉMENT
  •  • 4 335 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Les couleurs au service du pouvoir impérial »  : […] L’art officiel romain continuait cependant de recourir aux couleurs. Le rôle politique de la polychromie s’est affirmé lors de l’instauration du principat, au tournant de notre ère : Auguste a mis l’art au service de sa propre glorification . Il s’est vanté d’avoir couvert Rome de marbres – colorés – et a envoyé dans les provinces de nombreux portraits sculptés et peints. Les empereurs suivants l’ […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/polychromie-histoire-de-l-art/#i_2540

PROCURATEUR ROMAIN

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre MARTIN
  •  • 325 mots

Titre donné, pendant les trois premiers siècles de l'Empire romain, à de hauts fonctionnaires issus de l'ordre équestre, défini depuis Auguste par un cens de 400 000 sesterces et par le choix de l'empereur lui-même. Les nominations dans les procuratèles et la durée de la charge dépendent du prince qui verse un traitement à chacun. Ainsi se crée, au ii e  siècle, un véritable cursus équestre aux é […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/procurateur-romain/#i_2540

PROSTITUTION EN EUROPE (HISTOIRE DE LA)

  • Écrit par 
  • Yannick RIPA
  •  • 3 064 mots

Dans le chapitre « Prostitution et citoyenneté dans l’Antiquité »  : […] Dans l’Antiquité, la relation entre prostitution et citoyenneté prédomine. Cette dernière repose sur l’autonomie intellectuelle et corporelle de la personne, tandis que la prostitution est considérée comme une soumission au plaisir d’autrui. Ainsi, le citoyen qui se prostitue, assimilé alors à un esclave, perd ses droits civiques. Au contraire, le recours à la prostitution, jamais interdit, s’int […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/prostitution-en-europe-histoire-de-la/#i_2540

PROSTITUTION DANS L'ANTIQUITÉ

  • Écrit par 
  • Violaine SEBILLOTTE CUCHET
  •  • 2 338 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Des marchés sexuels légalement ouverts à tous »  : […] Dans l’Antiquité, le commerce du sexe n’est pas circonscrit à un espace particulier : quelle que soit la ville, à Athènes, dans le port d’Éphèse, à Alexandrie en Égypte, à Rome, à Pompéi, à Ostie ou à Volubilis, les hommes et femmes prostitués se tiennent dans les parcs, près des portes d’accès aux cités, dans les bordels et les tavernes, derrière les tombeaux ou au sein même des armées. L’imbrica […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/prostitution-dans-l-antiquite/#i_2540

PROVINCE ROMAINE

  • Écrit par 
  • Olivier COLLOMB
  •  • 671 mots

À l'origine, la compétence spéciale d'un magistrat romain était sa provincia , son département ministériel, dirions-nous. Après la conquête de la Sicile, en ~ 227, l'un des préteurs en charge fut, chaque année, envoyé pour gouverner l'île qui devint ainsi sa « province ». D'où le sens dérivé : territoire soumis à l'administration d'un magistrat romain. La personnalité du gouverneur faisait alors t […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/province-romaine/#i_2540

RESTRUCTURATION DE ROME

  • Écrit par 
  • Gilles SAURON
  •  • 258 mots
  •  • 1 média

Auguste nous apprend dans ses Res gestae qu'il a reconstruit quatre-vingt-deux temples de Rome au cours de son sixième consulat (— 28). Ce n'était que le début d'une entreprise édilitaire de grande envergure. L'agglomération urbaine fut partagée en quatorze régions, les services urbains furent réorganisés, les adductions d'eau multipliées. Mais c'est surtout l'aspect idéologique de cette entrepri […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/restructuration-de-rome/#i_2540

ROME ET EMPIRE ROMAIN - Le Haut-Empire

  • Écrit par 
  • Yann LE BOHEC, 
  • Paul PETIT
  •  • 35 194 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Le pouvoir impérial »  : […] L'organisation de l'État a été réglée de telle manière qu'il convient de commencer par le sommet. En effet, le pouvoir impérial se présente sous la forme d'une monarchie absolue, et le régime reçut cette caractéristique dès sa naissance, c'est-à-dire dès l'époque d'Auguste. Personne n'admet plus, de nos jours, la théorie élaborée jadis par T.  Mommsen, qui croyait en une « dyarchie », système dans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rome-et-empire-romain-le-haut-empire/#i_2540

ROME ET EMPIRE ROMAIN - L'art romain

  • Écrit par 
  • Gilbert-Charles PICARD
  •  • 14 633 mots
  •  • 33 médias

Dans le chapitre « L'essor de l'architecture romaine »  : […] C'est vers le milieu du ii e  siècle avant J.-C. que l'architecture romaine acquiert les moyens qui vont lui permettre de s'affirmer comme fondamentalement différente de l'architecture grecque. Ces moyens sont d'abord d'ordre technique. Désormais, le matériau de base sera le blocage, composé d'un ciment très dur dans lequel sont noyés des moellons irréguliers. Comme cet appareil n'est pas agréabl […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rome-et-empire-romain-l-art-romain/#i_2540

ROME, L'AGONIE DE LA RÉPUBLIQUE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Xavier LAPRAY
  •  • 418 mots

— 60 Premier triumvirat : accord privé entre les trois hommes forts de Rome, César, Pompée et Crassus, afin de se partager le pouvoir contre le Sénat. — 59 Consulat de César, qui s'achève par l'attribution, pour lui, d'un grand commandement proconsulaire, d'une durée de cinq ans, en Gaule. — 55 Renouvellement, pour cinq ans, du commandement de César en Gaule, tandis que Pompée reçoit un command […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rome-l-agonie-de-la-republique-reperes-chronologiques/#i_2540

SUCCESSION IMPÉRIALE, Rome

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre MARTIN
  •  • 390 mots

Auguste avait établi sa puissance sur la force et la fidélité de son armée et sur la reconnaissance de ses pouvoirs par le Sénat et par le peuple. Cet aspect « républicain » se devait de subsister et, pour tous les successeurs, existèrent, pas toujours en même temps ni dans le même ordre, la reconnaissance par l'armée, l'investiture du Sénat et la confirmation par le peuple ( lex de imperio ). Mai […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/succession-imperiale-rome/#i_2540

TIBÈRE, lat. TIBERIUS CLAUDIUS NERO (42 av. J.-C. - 37 apr. J.-C.) empereur romain (14-37)

  • Écrit par 
  • Yann LE BOHEC
  •  • 666 mots

La personnalité de Tibère a toujours fasciné les historiens, mais l'abondance de la bibliographie ne facilite pas l'étude du personnage et du règne. Tiberius Claudius Nero appartenait, comme son nom l'indique, à la très aristocratique gens Claudia . Sa mère, Livie, se remaria avec Auguste, et le fondateur de l'Empire sut deviner les talents de général que possédait son beau-fils. Il l'utilisa en G […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tibere-lat-tiberius-claudius-nero-empereur-romain/#i_2540

TRIBUN DE LA PLÈBE

  • Écrit par 
  • Yann LE BOHEC
  •  • 503 mots

La notion de plèbe a évolué : aux origines de la République romaine, elle recouvrait un groupe social comprenant riches et pauvres, mais tous également exclus des honneurs ; aux deux derniers siècles avant notre ère, elle ne s'appliquait plus qu'aux hommes libres et démunis. Le tribun exerçait la fonction de défenseur de leurs intérêts face au pouvoir politique. L'origine de cette institution doit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tribun-de-la-plebe/#i_2540

VARUS PUBLIUS QUINCTILIUS (50 av. J.-C. env.-9)

  • Écrit par 
  • Yann LE BOHEC
  •  • 464 mots

Publius Quinctilius Varus (appelé souvent, à tort, Quintilius, sans c ) est né au milieu du ~ i er siècle dans une famille aristocratique et traditionaliste : son père, Sextus Quinctilius Varus, un ancien questeur, se suicida après la bataille de Philippes qui, en ~ 42, vit la défaite des républicains Brutus et Cassius face aux césariens. Après sa victoire d'Actium, en ~ 31, Octave devint seul ma […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/publius-quinctilius-varus/#i_2540

VIRGILE (70-19 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Jacques PERRET
  •  • 4 784 mots

Déjà célèbre en son temps, tenu en haute estime par l'empereur Auguste, Virgile est apparu très tôt comme le plus grand poète de Rome. Il l'est assurément par la perfection technique de tout ce qu'il a écrit, par l'étendue de sa sensibilité, la profondeur de ses intuitions. De surcroît, les Romains ont eu l'impression de recevoir de lui l'image idéale qu'ils avaient à se former d'eux-mêmes. Après […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/virgile/#i_2540

Voir aussi

Pour citer l’article

Claude NICOLET, « AUGUSTE CAÏUS JULIUS CAESAR OCTAVIANUS AUGUSTUS ou OCTAVE (63 av. J.-C. - 14 apr. J.-C.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/caius-julius-caesar-octavianus-augustus-auguste/