AUGUSTE CAÏUS JULIUS CAESAR OCTAVIANUS AUGUSTUS ou OCTAVE (63 av. J.-C.14 apr. J.-C.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La politique d'Auguste

L'idée centrale du règne est la nécessité d'une remise en ordre, dans tous les domaines, avec une volonté très nette de conservatisme social. Auguste restaura le prestige du Sénat, en épurant plusieurs fois l'Assemblée, en donnant parfois de l'argent aux sénateurs. Le cens minimal fut fixé à 1 000 000 ou 1 200 000 sesterces. C'est, comme il est normal, parmi les sénateurs que l'empereur choisit ses légats dans ses provinces, les membres de son conseil... Auguste restaura aussi l'ordre équestre, en l'épurant, en remettant en vigueur de vieilles cérémonies : pour avoir le titre de chevalier, il fallait un cens minimal de 400 000 sesterces, mais – comme au temps de la République – l'octroi officiel du titre de chevalier était nécessaire. Les deux ordres réunis (pas plus de 10 000 familles peut-être) sont étroitement associés au règne, dans l'optique du consensus.

L'Italie est aussi l'objet de tous ses soins et d'un certain nombre de privilèges, ainsi que les colonies dans les provinces. Auguste fut très avare du droit de cité, restreignit l'octroi de l'affranchissement, s'efforça de diminuer les distributions de blé et d'huile à la plèbe. Il voulait un monde fortement hiérarchisé, ses préférences allant au milieu des grandes familles municipales, ou aux dynastes hellénisés d'Orient ; sa politique est une politique de classe, en faveur des riches. Mais, en même temps, il entend lutter contre la liberté des mœurs et la décadence de ces mêmes milieux, et édicte, à partir de 19, toute une série de lois morales sur le mariage, sur l'adultère, sur l'obligation d'avoir des enfants. Il se peut aussi qu'il ait été constamment frappé par le manque d'hommes capables et compétents dont Rome pouvait disposer.

L'armée et les finances sont aussi organisées par lui sur des bases nouvelles. Il stabilise les effectifs autour de 25 légions, composées de citoyens engagés volontaires en principe, qui servent d'abord seize, puis vingt ans. Les chevaliers et les sénateurs fournissent les cadres supérieurs (tribuns, préfets), les anciens magistrats sont légats. Pour les deux ordres supérieurs, le service militaire demeure une obligation très contraignante : l'Empire s'appuie sur une caste en partie militaire. Les soldats ont la possibilité d'accéder au centurionat qui permet, en général, à la retraite, de jouir d'une belle aisance et d'un grand prestige, parfois d'entrer dans l'ordre équestre.

En matière de finances apparaît, sous Auguste, la distinction entre le trésor public, alimenté par les revenus des provinces sénatoriales et les quelques impôts directs et indirects qui pèsent sur les citoyens, et le fiscus, caisse impériale et militaire, alimentée par certains impôts directs, en fait d'ailleurs addition des divers fisci, qui sont les caisses locales des provinces. Mais Auguste, en tant que proconsul, devait aussi avoir le droit de tirer certaines sommes régulièrement votées de l'aerarium, et, en pratique, c'est le prince qui a la haute main sur les finances, administrées soit par le Sénat, soit par ses propres services.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages

Médias de l’article

L'empereur Auguste

L'empereur Auguste
Crédits : Peter Willi/ Bridgeman Images

photographie

Statue d'Auguste dite de Prima Porta

Statue d'Auguste dite de Prima Porta
Crédits : Csaba Peterdi/ Shutterstock

photographie

-200 à 200 apr. J.-C. La loi romaine

-200 à 200 apr. J.-C. La loi romaine
Crédits : Encyclopædia Universalis France

chronologie

La bataille d'Actium

La bataille d'Actium
Crédits : MPI/ Getty Images

photographie

Afficher les 5 médias de l'article


Écrit par :

  • : maître de conférences à la faculté des lettres et sciences humaines de Caen

Classification

Autres références

«  AUGUSTE CAÏUS JULIUS CAESAR OCTAVIANUS AUGUSTUS ou OCTAVE (63 av. J.-C. - 14 apr. J.-C.)  » est également traité dans :

MOI, AUGUSTE, EMPEREUR DE ROME (exposition)

  • Écrit par 
  • Gilles SAURON
  •  • 1 104 mots

Le bimillénaire de la mort d’Auguste (63 av. J.-C.-14 apr. J.-C.) a été l’occasion d’une manifestation franco-italienne à la mesure du personnage célébré. Les musées du Capitole, avec son ancien directeur, Eugenio La Rocca, et son successeur, Claudio Parisi Presicce, se sont associés aux conservateurs du département des Antiquités étrusques, romaines et grecques du musée du Louvre, Daniel Roger et […] Lire la suite

STATUE D'AUGUSTE DITE DE PRIMA PORTA

  • Écrit par 
  • Gilles SAURON
  •  • 237 mots
  •  • 1 média

Découverte à Prima Porta, dans une villa que possédait Livie sur l'antique territoire de Véies, la statue d'Auguste conservée dans la galerie Chiaramonti des musées du Vatican est sans doute la copie du nouveau type statuaire adopté par Auguste à la suite de la restitution des enseignes romaines par les Parthes en — 20. À l'époque de la bataille d'Actium, le […] Lire la suite

ACTIUM BATAILLE D' (31 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Xavier LAPRAY
  •  • 254 mots
  •  • 1 média

La bataille d'Actium met un terme à un siècle d'affrontements intérieurs qui ont déchiré la République romaine, et permet au vainqueur de fonder un nouveau régime, l'Empire. Depuis l'assassinat de César, en — 44, deux hommes prétendent recueillir l'héritage politique du dictateur : Octave et Antoine. Dans un premier temps, ils parviennent à un accord pour se partager le pouvoir, Antoine régnant s […] Lire la suite

AGRIPPA MARCUS VIPSANIUS (63-12 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Yann LE BOHEC
  •  • 463 mots

Marcus Vipsanius Agrippa fait partie de ces hommes peu nombreux qui ont vu la chance passer à leur portée, et qui ont su la saisir. Il est né vers ~ 63 dans une famille modeste. Le hasard lui sourit pour la première fois à Apollonia d'Illyrie en ~ 44 : à dix-neuf ans, il rencontra Octave, dont il resta jusqu'à sa mort le lieutenant fidèle et dévoué ; il n'eut jamais à le regretter. Il accompagna s […] Lire la suite

ANTOINE ou MARC ANTOINE, lat. MARCUS ANTONIUS (83-30 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Joël SCHMIDT
  •  • 660 mots

Marc Antoine, général et homme politique des dernières années de la République romaine, est resté dans l'histoire comme le fidèle lieutenant de Jules César, qui tomba amoureux de la reine d'Égypte Cléopâtre et fut vaincu par Octave (futur empereur Auguste) à la bataille d'Actium (31 av. J.-C.). À travers les portraits que les historiens en tracent, Marc Antoine apparaît comme une sorte de force de […] Lire la suite

APOTHÉOSE

  • Écrit par 
  • Catherine SALLES
  •  • 735 mots

C'est la « transformation en dieu ». L'apothéose désigne la divinisation des empereurs romains après leur mort. Cette notion, étrangère en elle-même aux conceptions religieuses des Romains, était cependant connue par des précédents « historiques » (disparition de Romulus lors d'une séance du Sénat et sa transformation en être divin) et philosophiques (les stoïciens, les platoniciens et les pythago […] Lire la suite

CALENDRIERS

  • Écrit par 
  • Jean-Paul PARISOT
  •  • 9 874 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Évolution du calendrier romain »  : […] Un dicton très populaire dit que : « À la sainte-Luce les jours allongent d'un saut de puce ». La sainte-Luce se fêtant le 13 décembre, cela est faux, car la durée du jour est la plus courte au solstice d'hiver, ce qu'il est facile de vérifier sur tout calendrier. Cette tradition populaire est une survivance du calendrier julien, qui a été réformé en 1582 sur ordre du pape Grégoire XIII pour donn […] Lire la suite

CÉSARISME

  • Écrit par 
  • Yann LE BOHEC
  •  • 759 mots

La recherche récente tend à négliger le terme de « césarisme », auquel elle préfère ceux de « principat » et de « dominat », ces deux derniers mots recouvrant deux aspects du premier. Il peut néanmoins être conservé avec un sens très général, celui de pratique du pouvoir impérial, ainsi que l'entendait l'historien Suétone quand il intitulait son œuvre Les Vies des douze Césars . L'assassinat de Ju […] Lire la suite

CHEVALIERS ROMAINS

  • Écrit par 
  • Yann LE BOHEC
  •  • 975 mots

Les chevaliers romains constituent un sujet d'étude qui a été entièrement renouvelé dans les années 1970, notamment par deux personnalités, Hans-Georg Pflaum et Claude Nicolet. Aux origines de Rome, les troupes montées étaient exclusivement recrutées dans le patriciat : l'identité cavalier-chevalier était parfaite. Puis la dissociation se fit lentement, mais sans que pût jamais s'effacer le caract […] Lire la suite

CINNA CNAEUS CORNELIUS (Ier s.)

  • Écrit par 
  • Joël SCHMIDT
  •  • 165 mots

Personnage qui n'aurait sans doute jamais passé à la postérité s'il n'avait été utilisé par Sénèque dans son traité De clementia pour montrer que l'empereur Auguste savait pardonner. Cnæus Cornelius Cinna, arrière-petit-fils du grand Pompée, prend en effet le parti de Marc Antoine contre Octave, le futur empereur Auguste. Celui-ci ne lui en tient pas rigueur et lui permet de faire carrière ; Cinn […] Lire la suite

Pour citer l’article

Claude NICOLET, « AUGUSTE CAÏUS JULIUS CAESAR OCTAVIANUS AUGUSTUS ou OCTAVE (63 av. J.-C. - 14 apr. J.-C.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/caius-julius-caesar-octavianus-augustus-auguste/