BUCER ou BUTZER MARTIN KUHHORN dit (1491-1551)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le principal réformateur et chef de l'Église strasbourgeoise a eu des débuts modestes. Né à Sélestat, Bucer y fait ses humanités avant d'entrer dans l'ordre des Dominicains, où il poursuit pendant dix ans des études de théologie scolastique. À l'université de Heidelberg, il apprend à connaître l'humanisme d'Érasme et rencontre Luther (1518), dont il devient un disciple ardent. Délié de ses vœux monastiques, il rejoint les nobles humanistes groupés autour de Hütten. Après l'échec de leur révolte, il gagne à la Réforme la ville de Wissembourg, puis il s'installe à Strasbourg, où il organise des cours bibliques. Un an plus tard, il est choisi comme pasteur de la paroisse Sainte-Aurélie et publie ses premiers écrits. Bucer devient rapidement le porte-parole de l'Église strasbourgeoise et s'impose comme un des principaux théologiens d'Allemagne du Sud, particulièrement à l'occasion des conflits sur la cène et des conflits avec les anabaptistes : il a réussi à persuader les magistrats d'intervenir contre ceux-ci. Par des contacts nombreux et par des études historiques approfondies, il a acquis la conviction que le pluralisme dans les formes et les moyens est une source de richesse, d'où son souci de la conciliation. Entre les conceptions luthériennes et les conceptions zwingliennes il est l'homme d'une voie moyenne influencée par l'humanisme, qui s'exprime dans la Confession dite Tétrapolitaine remise à Charles Quint lors de la Diète de 1530. Animé par un esprit pratique, il est plus préoccupé de réalisations que de théories. Soucieux d'une véritable discipline paroissiale, il introduit la fonction de kirchenpfleger pour le service de l'église de rétablir et tente la confirmation. Par opposition aux enthousiastes, Bucer insiste de plus en plus sur la Parole, les sacrements et le ministère. En 1533, il obtient la convocation d'un synode qui élabore, sous son impulsion, une ordonnance ecclésiastique qui fixe [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

  • : docteur ès lettres, professeur d'histoire de l'Alsace à l'université de Strasbourg-II

Classification


Autres références

«  BUCER ou BUTZER MARTIN KUHHORN dit (1491-1551)  » est également traité dans :

CALVIN JEAN (1509-1564)

  • Écrit par 
  • Jean CADIER, 
  • André DUMAS
  •  • 5 315 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « De l'étudiant timide au chef d'Église »  : […] Peu après la publication de 1536, Calvin, qui avait définitivement réglé ses affaires dans son pays natal, formait le projet de se rendre à Strasbourg pour y continuer paisiblement ses études. La route directe de Paris en Alsace, par la Champagne, étant fermée par les guerres, il fut obligé de faire un détour par la Suisse. Arrivé à Genève, il pensait n'y passer qu'une nuit. Mais, sa présence aya […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-calvin/#i_11273

CAPITON WOLFGANG FABRICIUS KÖPFEL dit (1478-1541)

  • Écrit par 
  • Bernard VOGLER
  •  • 307 mots

Collaborateur de Bucer, Capiton est plus un savant qu'un homme d'Église. Il a fait des études solides de médecine, de droit (à Ingolstadt) et de théologie (à Fribourg-en- Brisgau). Trois fois docteur, il devient en 1515 prédicateur à la cathédrale de Bâle et professeur de théologie à l'université. Il est très apprécié d'Érasme pour sa science hébraïque et devient son collaborateur pour l'édition d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/capiton/#i_11273

INSTITUTION DE LA RELIGION CHRÉTIENNE, Jean Calvin - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Marianne CARBONNIER-BURKARD
  •  • 958 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Premières formes »  : […] La première édition, publiée à Bâle en 1536, se présente comme un gros catéchisme, 524 pages de petit format : le titre lui-même, Institutio , signifie à la fois instruction et commencement. En ouverture, une épître au roi François I er supposé mal informé, où Calvin fait l'apologie de la doctrine exposée qui est celle-même de la parole de Dieu. L'ex […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/institution-de-la-religion-chretienne/#i_11273

RÉFORME

  • Écrit par 
  • Bernard VOGLER
  •  • 8 459 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les Réformes zwinglienne et bucérienne »  : […] À côté de Wittenberg, Zurich et Strasbourg devinrent très rapidement deux autres pôles importants de la Réforme, avec Zwingli et Bucer, lesquels ont exercé sur les communautés urbaines de la haute Allemagne et de la Suisse une autorité spirituelle qui éclipsa celle de Luther lui-même. Leur théologie a été influencée de façon décisive, en particulier à propos de la doctrine de l'État et de celle d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/reforme/#i_11273

WITTENBERG CONCORDE DE (1536)

  • Écrit par 
  • Bernard ROUSSEL
  •  • 618 mots

Série d'entretiens qui se déroulèrent, du 22 au 29 mai 1536, entre les théologiens protestants à Wittenberg. Y sont présents, d'une part, des délégués d'Églises d'Allemagne du Sud — Ulm (M. Frecht), Augsbourg (W. Musculus, B. Lycosthenes), Esslingen, Memmingen, Fürfeld, Francfort — conduits par les Strasbourgeois W. Capiton et Bucer ; d'autre part, Luther, entouré notamment de Melanchthon, de J. J […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/concorde-de-wittenberg/#i_11273

Pour citer l’article

Bernard VOGLER, « BUCER ou BUTZER MARTIN KUHHORN dit (1491-1551) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/bucer-butzer/