Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

BRAHMANISME

Témoignages écrits et évolution historique

On a vu que les limites de ce qu'on nomme brahmanisme se révélaient flottantes ; on peut toutefois estimer que ses débuts ont coïncidé avec le surgissement, vers le vie siècle avant l'ère chrétienne, des réformes bouddhiques et jaïn, d'une part, et, d'autre part, avec la composition des upaniṣad anciennes par des groupes de penseurs n'appartenant pas forcément à la caste sacerdotale. Ces upaniṣad forment une véritable plaque tournante de la spéculation indienne : elles expriment encore la tradition sacrificielle antérieure, insistant sur le côté ésotérique et symbolique déjà sensible dans les brāhmaṇa et les āraṇyaka. Mais les croyances ont évolué hors de la perspective plus étroite du symbolisme rituel de ceux-ci.

Les deux grandes épopées – Mahābhārata et Rāmāyaṇa – dont la forme actuelle a dû s'élaborer tout au long de six ou sept siècles, apportent des témoignages sur les croyances, sinon de l'époque lointaine et mythique qu'elles sont censées rappeler, du moins de leur temps, où les deux divinités Śiva et Viṣṇu commençaient à prendre leur pleine stature et où, probablement, se constituaient déjà des groupements particuliers d'ordre sectaire qui s'épanouiront après les débuts de notre ère. Cependant les coutumes anciennes persistaient partiellement, attestées par des sūtra (formules mnémotechniques et didactiques) traitant des rites solennels ou familiers et par des recueils juridiques (dharmaśāstra) qu'on a continué de rédiger pendant des siècles.

Il existe, du reste, une catégorie de fidèles brahmaniques – brâhmanes pour la plupart, mais non organisés en secte – qui se déclarent smārta, c'est-à-dire traditionalistes et prétendent représenter l'orthodoxie, tout en incorporant au rituel ancien le culte de cinq divinités : Viṣṇu, Śiva, Durgā, Sūrya, Ganeśa. À cette tendance se rattachent les adeptes de Śaṅkara. Vers la fin de la période médiévale indienne a été tentée sur leur modèle une résurrection de l'état ancien. Entre le xiiie et le xvie siècle s'était en effet formé au centre du Dekkan l'empire hindou de Vijayanagar, qui opposait une barrière à l'influence islamique du Nord et de l'Ouest. D'abord coloré de shivaïsme, plus tard de vichnouisme, son comportement religieux officiel est surtout marqué par l'effort de renouvellement, en accord avec les traditions smārta, du sacrifice et des coutumes védiques.

C'est aussi en prônant le retour au Veda que s'affirma l' Ārya Samāj, mouvement fondé au xixe siècle par Dayānanda Sarasvati. Celui-ci s'instruisit auprès de plusieurs sages, rallia l'ordre de Śaṅkara, puis mena la vie d'ascète itinérant, combattant par sa prédication le culte des images et tout ce qui lui paraissait incompatible avec le Veda. Il mêlait d'ailleurs à ses croyances des éléments postvédiques, comme les notions de saṃsāra et de karman, ce qui le rapproche beaucoup du brahmanisme ancien. Son audience a été grande, surtout dans le Nord, mais son influence a décru depuis la Partition.

— Anne-Marie ESNOUL

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : directeur d'études honoraire à l'École pratique des hautes études (Ve section)

Classification

Pour citer cet article

Anne-Marie ESNOUL. BRAHMANISME [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Autres références

  • ADVAITA

    • Écrit par
    • 1 551 mots
    La doctrine de l'unicité de l'Être universel et de l'identité de soi-même avec cet Être est évoquée par les Upaniṣad, textes fondamentaux de la philosophie brahmanique. Elle est condensée dans une suite d'aphorismes, les Brahmasūtra de Bādarāyaṇa (iiie siècle après...
  • AFGHANISTAN

    • Écrit par , , , , , , et
    • 37 316 mots
    • 19 médias
    Par ailleurs, à la suite de l'infiltration des Hindous et de l'établissement de la dynastie connue sous le nom des Kaboul Shah, le brahmanisme réussit enfin à supplanter le bouddhisme comme religion dominante et s'opposa pendant à peu près deux siècles à l'extension du pouvoir musulman dans la région...
  • APPAYYADĪKṢITA

    • Écrit par
    • 638 mots

    Brahmane né dans une famille de lettrés qui était illustre dès le xve siècle et qui appartenait aux cercles cultivés du pays tamoul, le Bharadvājakula, Appayyadīkṣita est la figure la plus marquante de l'histoire religieuse et littéraire du xvie siècle. Il naquit dans le village...

  • AVATĀRA

    • Écrit par
    • 850 mots

    Viṣṇu, dieu de la stabilité, mainteneur des êtres et de l'univers, revêt des formes temporelles pour combattre les forces du mal.

    Les légendes des avatāra se juxtaposent à d'autres, archaïques, attestées dès les plus anciens textes : certaines sont connues des Brāhmaṇa (xe-...

  • Afficher les 36 références