CŒUR JACQUES (1395 env.-1456)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Grand bourgeois parvenu du Moyen Âge finissant, Jacques Cœur aura connu, comme Nicolas Fouquet deux siècles plus tard, une ascension éclatante et une chute exemplaire ; comme lui, il aura confondu, dans son rôle de grand argentier, les finances de la France avec les siennes propres ; comme lui, il aura profité pour s'enrichir des troubles intérieurs et de la guerre extérieure. Mais le personnage de Jacques Cœur est plus dur, plus intéressé et parfois environné d'ombres maléfiques. C'est en 1418 que se décide la fortune de ce fils d'un pelletier de Bourges lorsque, après la victoire du parti bourguignon et la signature du traité de Troyes, le futur Charles VII s'installe avec sa cour dans la capitale du Berry. En 1420, son mariage avec la petite-fille du maître de la monnaie de Bourges l'introduit dans les milieux officiels de la ville et de la cour. En 1429, tandis que Jeanne d'Arc mène le dauphin se faire sacrer à Reims, Jacques Cœur, devenu fermier des Monnaies, émet trois cents marcs d'argent au-dessous du titre fixé et garde pour lui la différence. Condamné puis grâcié par le roi, il va devenir le fournisseur de la cour et le pourvoyeur d'argent du roi lui-même qui, en retour, le comblera de ses faveurs et ignorera ses abus. En 1435, il est nommé maître de la Monnaie de Bourges ; en 1439, argentier du roi ; il est anobli en 1441, puis nommé commissaire royal près les états du Languedoc et, en 1445, il reçoit en outre la charge de visiteur général des gabelles en Languedoc. Il est enfin membre du Conseil royal, investi de la confiance d'Agnès Sorel qui le nomme son exécuteur testamentaire, et il reçoit plusieurs missions diplomatiques, notamment auprès du sultan d'Égypte et du pape Nicolas V. De chacune de ces charges, de chacune de ces missions, Jacques Cœur tire profit et avantage.

La misère qui sévit à la fin de la guerre de Cent Ans excite le peuple contre une fortune aussi rapide qu'insolente ; les hauts personnages de l'entourage royal et jusqu'au roi lui-même lui doivent des sommes fabuleuses, scrupuleusement notées dans ses comptes, et sont par là intéressés à le noircir et à le perdre ; les curés l'accusent de vendre des armes au sultan d'Égypte ; porte-parole des marchands, Jean Jouvenel l'accuse d'avoir « empoigné toute la marchandise de ce royaume » ; les seigneurs fieffés, enfin, ne peuvent qu'éprouver de l'aversion pour un homme qui rachète les riches terres de ceux que la guerre a ruinés. Victime de la jalousie générale, de l'ingratitude royale, ou frappé au contraire du juste châtiment de ses exactions, Jacques Cœur est arrêté en juillet 1451 sous l'accusation d'avoir empoisonné la favorite Agnès Sorel, morte l'année précédente, et qui lui avait toujours manifesté son amitié. Amitié ou sentiment d'une autre nature comme le suggère le bas-relief de la maison de Jacques Cœur figurant dans la salle du trésor : il représente Tristan et Iseult endormis et séparés par l'épée, tandis qu'au-dessus d'eux le roi Marc les observe ; Tristan et Iseult ont les traits de Jacques Cœur et d'Agnès Sorel, le roi Marc ceux de Charles VII. Quoi qu'il en soit, lavé de cette accusation, le grand argentier est convaincu de malversations, emprisonné, condamné à payer 400 000 écus en amende et restitution. En 1454, il s'évade du château de Poitiers et demande asile au pape Nicolas V qui lui accorde sa protection. Quelques mois plus tard, le nouveau pontife Calixte III lui confie une flotte pour aller combattre les Turcs, expédition au cours de laquelle il trouve la mort dans l'île de Chio.

Quel est le bilan de cette vie exceptionnelle ? Jacques Cœur a certainement contribué à rétablir la confiance dans la monnaie (gros de Jacques Cœur) et à donner au négoce une nouvelle impulsion ; Aigues-Mortes, Marseille, Montpellier, Lyon, Bourges, entre autres, se sont enrichis à la faveur de ses activités marchandes ; il a participé à l'établissement de la taille générale et permanente dans tout le royaume et financé aussi les campagnes de Charles VII contre les Anglais. Les historiens ont retenu ce mot : « Sire, tout ce que j'ai est vôtre », prononcé juste avant la reconquête de la Normandie. Jacques Cœur est aussi le créateur qui a fait construire à Bourges l'hôtel qui porte son nom et recèle peut-être son secret, celui d'un initié au grand art alchimique et que confirmerait sa devise : « Faire, dire, taire. » Mais il apparaît aussi sous les traits de l'homme impitoyable qui imagine la rafle des vagabonds pour les faire ramer de force sur ses galères ; celui qui, en échange de ses ventes d'armes au sultan d'Égypte, reçoit franchises et protection pour son commerce avec le Levant et qui n'hésite pas, pour préserver ces bonnes relations, à lui renvoyer un esclave chrétien évadé qui avait demandé asile sur l'un de ses navires ; celui encore qui, contrairement à la tradition des riches bourgeois de son temps, ne fera aucune place dans son testament à ceux, si nombreux, qu'il avait lésés. Charles VII ne se montra pas « ingrat » envers son grand argentier ; il provoqua sa chute au moment où l'utilité de celui-ci devenait moins évidente que n'étaient compromettants pour la couronne ses abus et le mécontentement général qu'ils avaient engendré.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Les derniers événements

14 janvier 2007 France. Investiture de Nicolas Sarkozy comme candidat de l'U.M.P. à l'élection présidentielle

cœur de la société » et « la morale au cœur de la politique ». Longtemps frontalement opposé à Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy a enregistré le ralliement de nombreux fidèles du chef de l'État, parmi lesquels Alain Juppé, Jean-Pierre Raffarin et Michèle Alliot-Marie.  […] Lire la suite

24 avril 1996 France. Adoption des ordonnances sur la réforme de la Sécurité sociale

cœur » de la réforme de la Sécurité sociale annoncée par le Premier ministre Alain Juppé en novembre 1995. Les deux premières ordonnances, déjà adoptées, concernaient des mesures d'urgence et le remboursement de la dette sociale (R.D.S.). L'ordonnance sur la maîtrise des dépenses de médecine libérale prévoit des sanctions individuelles et collectives […] Lire la suite

3-29 juillet 1991 France. Vote de la loi d'orientation sur la ville et de la réforme hospitalière

cœur des agglomérations. Au cours de la même séance, les députés votent, par 287 voix contre 280 et 7 abstentions, le texte sur la réforme hospitalière. Deux des abstentionnistes centristes grâce auxquels le texte peut être définitivement adopté, Gérard Vignoble et Jacques Jegou, sont exclus du groupe U.D.C. Le 29, le Conseil constitutionnel, saisi […] Lire la suite

24-28 novembre 1982 France. Retour de Valéry Giscard d'Estaing au cœur de l'opposition

Le 24, un déjeuner réunit Valéry Giscard d'Estaing et Jacques Chirac, à l'initiative du député apparenté R.P.R., Pierre de Bénouville. Cette rencontre a pour but de sceller la réconciliation entre les deux courants de l'opposition. Les 27 et 28 se réunit à Pontoise (Val-d'Oise) le IIIe congrès national de l'U.D.F.. C'est l'occasion pour Valéry Giscard […] Lire la suite

Pour citer l’article

Solange MARIN, « CŒUR JACQUES (1395 env.-1456) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-coeur/