Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

BERRY

  • Article mis en ligne le
  • Modifié le
  • Écrit par
Centre-Val de Loire : carte physique - crédits : Encyclopædia Universalis France

Centre-Val de Loire : carte physique

Ancienne province du centre de la France, dont Bourges fut la capitale et qui a formé l'essentiel des départements du Cher (chef-lieu : Bourges) et de l'Indre (chef-lieu : Châteauroux). Riche en vestiges préhistoriques (mégalithes), le Berry entre brillamment dans l'histoire. Ses habitants, les Bituriges Cubi, formaient un peuple puissant parmi les Gaulois. On sait comment, par leur refus de détruire Avaricum (Bourges), et malgré une défense héroïque, ils donnèrent à César l'occasion de refaire ses forces. Si leur pays fut englobé sous Auguste dans l'Aquitaine première, Bourges y gagna de devenir la capitale de cet ensemble puis, à l'époque franque, d'être le siège d'un important archevêché. Le Berry fut érigé en comté, au milieu du viiie siècle par Waïfre, duc d'Aquitaine ; mais il n'eut pas de grande dynastie féodale. Les Carolingiens en disposèrent en effet à plusieurs reprises pour leurs fidèles. D'ailleurs ce comté disparut dès 928. Face aux seigneurs de Châteauroux et aux comtes d'Anjou et de Blois, les vicomtes de Bourges imposèrent alors leur autorité sur un territoire plus restreint. Ils sauvegardèrent leur autonomie jusqu'en 1101, date à laquelle la vente de leur seigneurie paracheva la mainmise royale sur les pays d'entre Loire et Cher. Le Berry occidental devait cependant échapper encore à la Couronne en 1152, avec la dot d'Aliénor d'Aquitaine ; il lui revint avec celle de Blanche de Castille. En 1360, Jean le Bon érigea le Berry en duché pour son fils Jean. Sous ce prince ambitieux, fastueux et ami des arts, la province entra dans sa période la plus brillante. Certes, elle fut bientôt ravagée par la guerre ; il n'empêche qu'au xve siècle le « petit roi de Bourges » s'en servit comme base de reconquête pour devenir Charles VII. Sa cour et en particulier le grand argentier, Jacques Cœur, donnèrent un coup de fouet à l'activité économique (commerce, textiles) et continuèrent la tradition de mécénat inaugurée par le duc Jean. La province servit encore souvent d'apanage jusqu'en 1601. Par la suite, le titre de « duc de Berry » devint purement honorifique.

Le Berry forma alors l'une des trente-trois généralités d'Ancien Régime. Après les malheurs des guerres de religion, Sully, qui acheta la terre de ce nom, puis Colbert, qui intégra la généralité dans la zone de libre-échange des « cinq grosses fermes », enfin les intendants, qui établirent des manufactures à Châteauroux et à Bourges, s'efforcèrent de réveiller l'économie d'un pays avant tout agricole. Les parlementaires exilés sous Louis XV et Louis XVI considéraient le Berry comme la province-où-l'on-s'ennuie, avec « des nobles qui meurent aux trois quarts de faim, entichés de leur origine [...], des bourgeois de l'ignorance la plus crasseuse, des femmes bigotes et prétentieuses ». Jugement partial sans doute, mais qui marque la différence avec les fastes d'antan. Cependant Necker y créa, en 1778, sa première assemblée provinciale : par le doublement du tiers et le vote par tête, elle préfigurait, en fait, l'organisation des États généraux de 1789. D'ailleurs, la vie rustique du Berry sera bientôt appréciée à sa juste valeur : elle inspirera George Sand.

— Gabriel LLOBET

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : docteur de troisième cycle, professeur au lycée Léonard-Limosin, Limoges

Classification

Pour citer cet article

Gabriel LLOBET. BERRY [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Média

Centre-Val de Loire : carte physique - crédits : Encyclopædia Universalis France

Centre-Val de Loire : carte physique

Autres références

  • BOURBONNAIS

    • Écrit par
    • 753 mots

    Le point de départ du Bourbonnais a été une petite seigneurie qui ne correspondait ni à un ancien territoire gaulois, ni à une circonscription gallo-romaine. L'ancêtre présumé des sires de Bourbon semble avoir été un familier de Guillaume le Pieux, duc d'Aquitaine, nommé Aimard....

  • BOURGES

    • Écrit par
    • 829 mots
    • 2 médias

    Ancienne capitale de la province royale du Berry, chef-lieu du département du Cher, Bourges comptait, en 2012, 68 727 habitants et son agglomération 82 944 habitants.

    Établi sur un éperon dominant la confluence de deux rivières marécageuses, l'Auron et l'Yèvre, le site de Bourges est très tôt...

  • CENTRE-VAL DE LOIRE, région administrative

    • Écrit par
    • 2 970 mots
    • 1 média
    Le sud, à savoir le Berry et quelques cantons du sud de l'Indre-et-Loire, reste moins marqué par l'influence parisienne. Malgré les aides publiques et en raison d'une accessibilité moins aisée, les déconcentrations industrielles y ont été plus rares et moins modernisatrices. Même les flux migratoires...
  • CHÂTEAUROUX

    • Écrit par
    • 706 mots
    • 1 média

    Chef-lieu du département de l'Indre, la commune de Châteauroux comptait, lors du recensement de 2012, 47 128 habitants, l'agglomération 61 940 et l'aire urbaine 92 723.

    La ville de Châteauroux a été précédée dans l'histoire par Déols, premier centre chrétien (...