BONIFACE VIII (1235-1303)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La bulle « Unam sanctam »

Parmi les nombreux documents émanés de Boniface, la bulle Unam sanctam, du 18 novembre 1302, mérite une très particulière attention, et sa rédaction même manifeste que, au-delà de la fièvre des circonstances, elle revêt la forme et la valeur d'une « constitution ». Elle se présente, en effet, comme un exposé doctrinal des principes qui règlent les rapports entre le pouvoir spirituel de l'Église et les pouvoirs temporels. Quant au fond, rien de neuf, par rapport aux textes promulgués depuis Grégoire VII. Ce qui lui vaut sa notoriété, c'est, avec l'ampleur de ses considérants, sa conclusion solennelle, selon la clausule officielle des énoncés dogmatiques : « Il est de nécessité de salut de croire que toute créature humaine est soumise au pontife romain : nous le déclarons, l'énonçons et le définissons. »

Sous cette formule abrupte, c'est la logique de l'économie chrétienne qui, sans surprise ni nouveauté, est ainsi définie. Toute réalité humaine, personnelle ou collective, entre, pour le croyant, dans le processus de sanctification et de divination, et donc dans la communauté de grâce que l'Église constitue ; ainsi relève-t-elle de cette Église. Les États comme les hommes sont justiciables de leurs actes devant la conscience, devant Dieu, devant son Église et les organes majeurs de son autorité. Aucun domaine ne peut être mis à part ; il n'y a pas de justice politique hors la morale ; l'ordre politique est au service des hommes, dans le salut de Dieu comme dans la promotion du bien commun.

Ce qui fait de cette doctrine élémentaire un absolutisme théocratique, ce sont, plus encore que les circonstances, les considérants qui l'introduisent et prétendent la légitimer. Dans leur solennelle abondance, ils relèvent, eux, d'une élaboration théologique où l'autonomie des réalités terrestres, en particulier de l'ordre politique, est complètement niée. De fait, c'était alors, sauf chez un Jean de Paris, disciple de Thomas d'Aquin, sauf aussi bientôt dans le De monarchia de Dante, parfait contexte de cette problém [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  BONIFACE VIII (1235-1303)  » est également traité dans :

ANNÉE SAINTE

  • Écrit par 
  • Régis HANRION
  •  • 655 mots

D'après le Lévitique, xxv , 8-55, l'année sainte est envisagée comme une tentative de redressement social, où l'esclave retrouvait sa liberté et l'homme endetté son patrimoine : « Tu compteras 7 semaines d'années, c'est-à-dire le temps de 7 semaines d'années, 49 ans ; le 7 e mois, le 10 e jour, tu feras retentir l'appel […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/annee-sainte/#i_17855

ANAGNI ATTENTAT D' (1303)

  • Écrit par 
  • Vincent GOURDON
  •  • 216 mots

Au tournant du xiii e  siècle, plusieurs querelles éclatent entre le pape Boniface VIII et le roi de France Philippe IV le Bel. À propos de la levée d'une décime sur le clergé (1296) ou de la volonté du roi de juger un évêque, celui de Pamiers, Bernard Saisset (1301), le pape affirme la thèse de la supériorité du spirituel sur le temporel et la vo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/attentat-d-anagni/#i_17855

CÉLESTIN V saint, PIETRO ANGELERI dit aussi PIETRO DEL MORRONE (1215-1296) pape (5 juill.-13 déc. 1294)

  • Écrit par 
  • André DUVAL
  •  • 253 mots

Né à Isernia (Campobasso), Pierre de Morrone devient moine bénédictin au monastère de Faifoli (province de Bénévent) ; il en sera l'abbé de 1276 à 1279. À plusieurs reprises, il fait de longues expériences de vie érémitique en plusieurs endroits, notamment sur le mont Morrone, dans les Pouilles, et sur le mont Maiella, près de Sulmona. Le 5 juillet 1294, il est élu pape pour succéder à Nicolas IV […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/celestin-v-saint-pietro-angeleri-dit-aussi-pietro-del-morrone-pape/#i_17855

NOGARET GUILLAUME DE (1260 env.-1313)

  • Écrit par 
  • Jean FAVIER
  •  • 479 mots

Homme de loi, originaire du Languedoc, Guillaume de Nogaret fut d'abord professeur de droit romain à l'université de Montpellier et conseiller juridique de divers seigneurs, et notamment du roi de Majorque. Entré au service de Philippe le Bel vers 1292-1295, il s'entremit lors de l'achat par le roi de la part qu'avait dans la seigneurie de Montpellier l'évêque de Maguelonne, puis fut juge-mage de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guillaume-de-nogaret/#i_17855

PHILIPPE IV LE BEL (1268-1314) roi de France (1285-1314)

  • Écrit par 
  • Jacques LE GOFF
  •  • 5 052 mots

Dans le chapitre « Difficultés avec la papauté (1296-1312) »  : […] Avec le pape Boniface VIII (1295-1309), les relations s'étaient d'abord maintenues avec des hauts et des bas et, par égard pour le roi de France, le pape avait en 1298 canonisé son grand-père, Louis IX. Mais les sollicitations financières de plus en plus pressantes faites par Philippe le Bel à l'Église de France se heurtaient aux sollicitations symétriques des finances pontificales, elles aussi a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/philippe-iv-le-bel/#i_17855

Voir aussi

Pour citer l’article

Marie-Dominique CHENU, « BONIFACE VIII (1235-1303) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/boniface-viii/