BOIS DE BOUT, gravure

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Après avoir connu de grandes heures dans les débuts du livre illustré, la gravure sur bois n'a survécu aux xviie et xviiie siècles qu'à titre ornemental dans le texte. Elle était réservée aux fleurons, bandeaux et culs-de-lampe, tandis que la gravure sur métal, plus noble, dominait pour les planches d'illustration proprement dite, présentées en hors-texte ; le bois gravé était presque tombé en désuétude au début du xixe siècle en France : il continuait à être pratiqué en province dans les milieux de graveurs-imagiers et dans les centres cartiers (où l'on fabriquait les cartes à jouer), où il était réservé aux éditions de colportage et aux « bilboquets » des imprimeurs de ville (petits travaux divers, étiquettes et en-têtes commerciaux).

Cependant, en Angleterre, dans le dernier quart du xviiie siècle, un graveur de Newcastle, Thomas Bewick, avait favorisé l'essor d'une nouvelle technique, la gravure sur bois de bout : la plaque de buis était découpée perpendiculairement aux fibres du bois et gravée au burin. Tout le « renouveau » du bois gravé au xixe siècle est parti de là, puisque désormais la technique xylographique — la seule à l'époque qui permettait de faire le tirage à la fois du texte et de l'image, parce qu'elle était comme lui gravée en relief — pouvait s'améliorer grâce à l'emploi de bois durs, d'un grain fin, et ainsi donner des résultats aussi satisfaisants que la gravure sur métal. Deux améliorations techniques ont permis de parfaire les résultats : le polytypage (début du xixe s.) et le cliché (années 1820), transfert du motif sur une matrice en plomb ; ainsi étaient obtenus des tirages plus importants, et les vignettes, mises en vente par le fondeur ou par l'atelier de gravure, devenaient aisément susceptibles de réemploi. La mise en train — procédé mis au point en 1838 par le compagnon-imprimeur Aristide (La Gravure sur bois en France au XIXe siècle, Gusman, éd. Albert Morancé, Paris, 1929) —, qui consistait à caler, au moyen de « hausses » et de « découpages », le bois à des hauteurs différentes, suivant la qualité des plans souhaités, permettait d'obtenir des tirages où les noirs et les parties claires étaient mieux différenciés.

Bien que certaines gravures aient pu être tirées pendant plus d'un demi-siècle, la chronologie de la gravure sur bois romantique, dont la monarchie de Juillet marque l'apogée, est scandée d'étapes bien distinctes. Pendant les trente premières années du siècle, on assiste à une phase d'expérimentation, encouragée par les pouvoirs publics, soucieux de concurrencer la production anglaise et de favoriser une industrie nationale liée à l'essor de la presse et de l'édition : en 1805, en 1808 et en 1810, la Société d'encouragement pour l'industrie nationale organise un concours de gravure sur bois, dont le lauréat est, en 1805 et 1810, Duplat. Bougon, de Beauvais, concourt sans succès, mais réalise en 1809 la première gravure française sur bois de bout au burin, une vignette représentant le jardin d'Ermenonville. Les années 1828-1835 correspondent à une première période, caractérisée par la vignette de titre unique, qui sert d'emblème aux nouveautés et vient illustrer d'une image où domine l'intensité dramatique, le caractère sentimental ou un contenu fantasmagorique les romans à la mode du jour. À partir de 1833, dans les magasins (que nous appellerions aujourd'hui « magazines »), et de 1835, dans le livre, débute la période de l'illustration plurielle, où les vignettes, à raison de plusieurs centaines par volume, interviennent à tout moment et en tout lieu de l'espace typographique. Dès 1830, L'Histoire du roi de Bohême et de ses sept châteaux, de Nodier, illustrée de cinquante vignettes gravées par Porret d'après Tony Johannot, avait annoncé la formule. Après 1835, les dessinateurs de caricatures lithographiques trouvent dans le livre illustré un nouveau débouché à leur art proscrit par la censure. Vers 1840, le livre illustré devient une entreprise collective, et les rôles des différents collaborateurs sont coordonnés par l'éditeur maître d'œuvre. Dans les années 1850, les faillites des éditeurs de « pittoresques » favorisent les cessions des bois gravés aux éditeurs populaires des « livraisons à quatre sous » qui préconisent le réemploi de bois plus anciens, [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : professeur des universités, membre de l'I.U.F., professeur d'histoire de l'art contemporain à l'université de Paris-ouest Nanterre-La Défense

Classification

Autres références

«  BOIS DE BOUT, gravure  » est également traité dans :

BEWICK THOMAS (1753-1828)

  • Écrit par 
  • Ségolène LE MEN
  •  • 662 mots

Graveur à Newcastle, Bewick est l'un des « pères » du livre illustré romantique. Il a mis en valeur et fait reconnaître la validité de la technique du bois de bout : la plaque faite d'aubier de buis est coupée perpendiculairement au sens des fibres, et non parallèlement, comme dans le bois de fil. L'utilisation d'un bois dur et la coupe de la plaque autorisent l'emploi de l'outil de la gravure nob […] Lire la suite

CASTELLI HORACE (1825-1889)

  • Écrit par 
  • Laura NOESSER
  •  • 516 mots

Horace Castelli appartient à l'école de graveurs sur bois de bout qui, dans le sillage étincelant de Gustave Doré, poursuit la tradition du livre illustré romantique entre 1860 et 1880. Travaillant principalement pour la Bibliothèque rose illustrée dont il est un des plus vivants imagiers, il réussit à dominer la contrainte du format uniforme par l'alternance éprouvée du hors-texte et de l'« image […] Lire la suite

DORÉ GUSTAVE (1832-1883)

  • Écrit par 
  • Bernard PUIG CASTAING
  •  • 847 mots
  •  • 5 médias

L'art du noir et blanc connut au xix e siècle, avec le sentiment romantique du fantastique et la renaissance de la gravure, un épanouissement remarquable. L'un des plus grands maîtres du genre est le dessinateur et graveur français Gustave Doré. Popularisé par le livre, son style déploie dans une veine épique, tragique et comique, des prodiges d'imagination, les ressources intarissables d'un rêv […] Lire la suite

GRAVEURS SUR BOIS ROMANTIQUES

  • Écrit par 
  • Ségolène LE MEN
  •  • 959 mots
  •  • 1 média

La gravure sur bois de bout a été importée en France par un graveur anglais, Charles Thompson. Appelé par Ambroise Firmin Didot en 1817, il forma un atelier avec des compatriotes et, peu à peu, des disciples français, et suscita rapidement une émulation sur place avec des graveurs concurrents, comme Brevière à Rouen ou Durouchail à Paris. Tout au long de la période romantique, le rôle des graveurs […] Lire la suite

GRAVURE

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT, 
  • Michel MELOT
  •  • 8 561 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La gravure en relief »  : […] Les premières gravures occidentales apparaissent dans les derniers siècles du Moyen Âge. Ce sont des gravures sur bois, matière première peu coûteuse, facile à trouver et à travailler. Le procédé repose sur l'impression d'un dessin en relief : le graveur en dégage les lignes à l'aide de gouges et de ciseaux. La planche est ensuite encrée, la presse utilisée étant analogue à la presse typographique […] Lire la suite

ILLUSTRATION

  • Écrit par 
  • Ségolène LE MEN, 
  • Constance MORÉTEAU
  •  • 9 166 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre «  Le siècle de l'illustration »  : […] Bien qu'elle soit issue de modèles anglais offerts par la presse et le livre , c'est en France que l'illustration a trouvé son plein essor au point de devenir momentanément un art majeur. Favorisé par la rencontre de l'écrivain et de l'artiste que suppose le cénacle romantique, cet essor remarquable découle aussi de l'importance accrue du monde des éditeurs : en effet, l'illustration est une lect […] Lire la suite

IMPRIMERIE

  • Écrit par 
  • Isabelle ANTONUTTI, 
  • Jean-Pierre DRÈGE, 
  • Henri-Jean MARTIN
  • , Universalis
  •  • 14 459 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La montée en puissance des images  »  : […] Selon le besoin, le budget, la diffusion, les techniques varient. Il existe ainsi de nombreuses méthodes de reproduction des images. À partir des années 1830, la gravure sur bois de bout est utilisée massivement par la presse périodique et les livres illustrés. Un bois de bout est un motif en relief travaillé au burin. Les images sont imprimées à côté du texte sans avoir besoin d’un second passag […] Lire la suite

LANGLOIS EUSTACHE HYACINTHE (1777-1837)

  • Écrit par 
  • Ségolène LE MEN
  •  • 583 mots

« Je désirais mettre à la suite de saint Julien le vitrail de la cathédrale de Rouen ; il s'agissait de colorier la planche qui se trouve dans le livre de Langlois, rien de plus. Et cette illustration me plaisait précisément parce que ce n'était pas une illustration, mais un document historique. En comparant l'image au texte, on se serait dit : „Je n'y comprends rien. Comment a-t-il tiré ceci de c […] Lire la suite

LIVRE

  • Écrit par 
  • Jacques-Alexandre BRETON, 
  • Henri-Jean MARTIN, 
  • Jean TOULET
  •  • 26 565 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le livre romantique »  : […] Au cours des années 1820-1830, les valeurs et les pratiques sur lesquelles s'établissait l'art du livre sont remises en question tandis que la civilisation du machinisme industriel s'élabore. Sans doute faut-il faire correspondre ces deux phénomènes contemporains, mais il ne s'agit pas vraiment d'une confrontation de l'art et de la technique dont la problématique marquera producteurs et utilisate […] Lire la suite

RICHTER LUDWIG (1803-1884)

  • Écrit par 
  • Laura NOESSER
  •  • 693 mots

Peintre, graveur et dessinateur allemand. Né et mort à Dresde où il enseigne à l'Académie des beaux-arts, Ludwig Richter porte à sa perfection l'art de la gravure sur bois. Il profite de l'invention de l'Anglais Thomas Bewick qui, à la fin du xviii e siècle, avait mis au point la technique sur bois de bout qui permet de rendre les finesses du dessin. C'est à Richter, ainsi qu'à Adolph von Menzel […] Lire la suite

Pour citer l’article

Ségolène LE MEN, « BOIS DE BOUT, gravure », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/bois-de-bout-gravure/