BEWICK THOMAS (1753-1828)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Graveur à Newcastle, Bewick est l'un des « pères » du livre illustré romantique. Il a mis en valeur et fait reconnaître la validité de la technique du bois de bout : la plaque faite d'aubier de buis est coupée perpendiculairement au sens des fibres, et non parallèlement, comme dans le bois de fil. L'utilisation d'un bois dur et la coupe de la plaque autorisent l'emploi de l'outil de la gravure noble, le burin, jusque-là réservé à la gravure sur métal. La technique xylographique, pour le livre illustré, a l'avantage de pouvoir être tirée dans le texte, à partir d'une plaque de l'épaisseur d'un caractère typographique, et de permettre des tirages bien plus importants que la gravure sur cuivre. Bewick est en outre l'inventeur d'une manière, qui eut plus de répercussions en Angleterre qu'en France, celle de la « taille-blanche » (white-line engraving), où le motif se détache en blanc sur le fond sombre.

Enfin, il a développé une nouvelle conception de l'illustration, celle de la vignette qui devait s'imposer en Occident au cours de la première moitié du xixe siècle : jusque-là, une hiérarchie d'espaces figurés distinguait dans le livre la planche hors-texte, narrative ou descriptive, réservée à la gravure sur métal, et de petits espaces dans le texte, tels ceux du bandeau et du cul-de-lampe, considérés comme des ornements et gravés sur bois. Bewick a bouleversé cette convention, en particulier dans le traitement de ses culs-de-lampe (tail-pieces, littéralement, « éléments de queue ») qu'il se plaisait à appeler par jeu de mots tale-pieces, c'est-à-dire « éléments de conte » : dans l'espace minuscule offert par l'aubier de buis, guère plus grand qu'une empreinte digitale, Bewick parvenait à créer une petite scène animée de personnages minuscules, et nullement appelés par le contexte imprimé. Ces sujets étaient disposés sur un espace ovale aux contours irréguliers, traité comme un petit nuage, à la différence d'autres illustrations de fabliers ou d'abécédaires, qu'il encadrait d'un filet noir. Bewick est ainsi l'inventeur de cette « vignette » romantique, que les illustrateurs français comme Grandville et Tony Johannot devaient par la suite assimiler à une image de l'imaginaire, évocatrice de l'œil du dedans.

Dès 1775, un prix de gravure sur bois fut décerné à Bewick par la Société des arts de Londres (pour The Bull), et son atelier devint très célèbre. Ce graveur, qui a laissé une autobiographie (Memoir by Himself, Newcastle, 1862), n'en travaillait pas moins dans une ville de province, pour un public composite, qui allait des lecteurs de la littérature de colportage (chapbooks) aux lettrés des sociétés savantes de sa ville natale (A General History of Quadrupeds, 1790). Les vignettes de Bewick s'adressaient non seulement à des milieux socio-culturels différents au gré des commandes et des projets, mais aussi à diverses classes d'âge, à l'enfant comme à l'adulte. Et cette prise en considération de la lecture enfantine (The Fables of Aesop, 1823), dans laquelle l'Angleterre avait précédé la France, est une autre composante de l'édition romantique.

Le meilleur témoignage de la nouveauté de la vignette de Bewick, dans sa conception comme dans sa réception, reste un extrait du début de Jane Eyre où Charlotte Brontë parle de l'enfance de son héroïne : « L'Histoire des oiseaux des îles Britanniques (The History of British Birds, 1797 et 1804) ne m'intéressait guère, mais j'étais sensible aux images montrant les repaires des oiseaux de mer. [...] Chaque gravure racontait une histoire. C'était aussi intéressant que les contes féeriques de Bessie pendant les soirs d'hiver. »

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : professeur des universités, membre de l'I.U.F., professeur d'histoire de l'art contemporain à l'université de Paris-ouest Nanterre-La Défense

Classification

Autres références

«  BEWICK THOMAS (1753-1828)  » est également traité dans :

BOIS DE BOUT, gravure

  • Écrit par 
  • Ségolène LE MEN
  •  • 883 mots

Après avoir connu de grandes heures dans les débuts du livre illustré, la gravure sur bois n'a survécu aux xvii e et xviii e  siècles qu'à titre ornemental dans le texte. Elle était réservée aux fleurons, bandeaux et culs-de-lampe, tandis que la gravure sur métal, plus noble, dominait pour les planches d'illustration proprement dite, présentées en hors-texte ; le bois gravé était presque tombé en […] Lire la suite

ROMANTISME

  • Écrit par 
  • Henri PEYRE, 
  • Henri ZERNER
  •  • 22 151 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Les arts graphiques et le livre illustré »  : […] Une place de choix doit être faite, au contraire, aux arts graphiques. On pouvait les traiter plus librement que les arts « majeurs ». Le retour à Rembrandt et à Dürer, la gloire de Piranèse, en qui les romantiques anglais et français découvrent et exaltent l'auteur des Prisons , l'exemple initiateur de Goya sont à l'origine d'un renouveau de l' eau-forte. Autour des aquafortistes des années trent […] Lire la suite

GRAVURE

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT, 
  • Michel MELOT
  •  • 8 561 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La gravure en relief »  : […] Les premières gravures occidentales apparaissent dans les derniers siècles du Moyen Âge. Ce sont des gravures sur bois, matière première peu coûteuse, facile à trouver et à travailler. Le procédé repose sur l'impression d'un dessin en relief : le graveur en dégage les lignes à l'aide de gouges et de ciseaux. La planche est ensuite encrée, la presse utilisée étant analogue à la presse typographique […] Lire la suite

Pour citer l’article

Ségolène LE MEN, « BEWICK THOMAS - (1753-1828) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/thomas-bewick/