DORÉ GUSTAVE (1832-1883)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'art du noir et blanc connut au xixe siècle, avec le sentiment romantique du fantastique et la renaissance de la gravure, un épanouissement remarquable. L'un des plus grands maîtres du genre est le dessinateur et graveur français Gustave Doré. Popularisé par le livre, son style déploie dans une veine épique, tragique et comique, des prodiges d'imagination, les ressources intarissables d'un rêve intérieur. Pourtant, ses plus lyriques inventions, ses effets saisissants de monumentalité et de vertige qui l'ont rendu célèbre, ont pour origine commune le souvenir de son Alsace natale. C'est, de son propre aveu, l'atmosphère pénétrante des montagnes vosgiennes, de la Forêt-Noire et du gothique strasbourgeois qui détermina la sensibilité de son inspiration. Tous les témoignages concordent pour le décrire dessinant dès son plus jeune âge. Il a quinze ans et n'a suivi aucun cours de dessin lorsque paraît son album de lithographies satiriques Les Travaux d'Hercule, aux éditions Aubert. Ainsi introduit auprès de Charles Philipon, il se voit engagé, l'année suivante, au Journal pour rire, et, tout en poursuivant ses études de lycéen à Paris, il y donnera pendant trois ans des séries de charges spirituelles dont le style graphique se cherche encore. À vingt ans, il aborde avec une rapide maestria l'illustration de livres à laquelle son nom reste aujourd'hui attaché. C'est, notamment, le Rabelais de 1853, son premier ouvrage qui ait fait sensation, et Les Contes drolatiques de Balzac (1855), qui demeurent un chef-d'œuvre accompli de rencontre entre le texte et l'image. Il en sera de même pour le poème long et complexe de Dante, La Divine Comédie, sa première très grande entreprise, à caractère purement dramatique et fantastique (1861-1868), ainsi que pour la Bible (1864), de la même encre ambitieuse.

Les Aventures du baron de Münchhausen, G. A. Bürger

Photographie : Les Aventures du baron de Münchhausen, G. A. Bürger

En 1786, l'écrivain allemand G. A. Bürger part du récit de R. E. Raspe pour donner une version très libre des Aventures du baron de Münchhausen. Elle inspirera la traduction en français qui paraît en 1856, avec des gravures de Gustave Doré. 

Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Milton, Le Paradis perdu

Photographie : Milton, Le Paradis perdu

La Chute des anges. Illustration de Gustave Doré (1832-1883) pour Le Paradis perdu (1667), gigantesque épopée biblique de John Milton. 

Crédits : De Agostini/ Getty Images

Afficher

Le Dit du vieux marin

Photographie : Le Dit du vieux marin

Alors que le navire fait voile vers le pôle Sud, un albatros apparaît, joyeusement accueilli par l'équipage. Mais sa mort brutale va faire peser une terrible malédiction sur tout l'équipage. Gravure de Gustave Doré illustrant Le Dit du vieux marin (1798), de Coleridge (1772-1834). 

Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Mais si le succès d'édition de telles réalisations fut immense et lui procura fortune et célébrité, l'esprit irrationnel de ses visions audacieuses déconcerta parfois ses contemporains. L'artiste s'éloigne du texte pour emprunter le cours d'une expression intense et tumultueuse où dominent les contrastes, où se perdent les détails. On a pu l'accuser de faiblesse ; pour une recherche primordiale d'atmosphère, il ne sut pas toujours éviter l'écueil de la trop forte densité ou, à son opposé, celui du flou, de l'imprécision du rendu exact des choses. Mais, parmi plus de cent volumes illustrés par lui, de l'Atala de Chateaubriand (1862) au Roland furieux de l'Arioste (1878), en passant par Les Aventures du baron de Münchhausen (1856), les Contes de Perrault (1862), le Don Quichotte de Cervantes (1863), le Londres de Louis Énault (1876), les réussites visuelles abondent. C'était alors, il est vrai, le temps des naturalistes et non plus celui des romantiques dont il relève indiscutablement encore, mais avec une magistrale indépendance. Intuitif et original dans son style, ambitieux dans ses vues, il fut absolument indépendant. Il imposa le grand format in-folio, rarement pratiqué, mais dont l'ampleur s'accordait à ses projets, servait son goût des grandes compositions ; c'est à lui aussi que la technique de la gravure sur bois, remise à l'honneur vers 1850, doit sa dernière et l'une de ses plus riches utilisations depuis le xvie siècle. Pour mener à bien son énorme production, il avait formé une équipe de collaborateurs, éminents praticiens puisqu'ils devaient graver, sous sa surveillance, l'esquisse faite à la plume et au lavis directement sur la planche de poirier ou de buis et sans le moindre dessin préalable. À partir du Don Quichotte, Gustave Doré eut recours au report photographique de l'esquisse dont il soulignait avec soin, au pinceau, ses fameux effets lumineux qui modèlent les figures ; par la technique de la taille « en teinte », les noirs sur blancs trouvaient des qualités de nuance essentiellement picturales. C'est là, du reste, qu'on reconnaît à l'évidence la nature du peintre qu'il fut, et non dans les grandes toiles qu'il s'obstinait à envoyer au Salon, de 1848 à 1882. Le dessin y révèle mieux qu'ailleurs ses faiblesses, et la couleur faisait dire à Théophile Gautier que l'artiste semblait ne pas avoir pris le temps d'essuyer ses pinceaux. Seule l'Angleterre qui le comblait d'éloges admirait ses tableaux. La sculpture, à laquelle il s'adonne après 1871, n'échappe pas à ces mêmes restrictions (La Danse, pour l'Opéra, de Garnier, à Monaco ; la statue d'Alexandre Dumas, inaugurée après sa mort, place Malesherbes). Mais toute son œuvre témoigne du moins de cette ambition et de cette facilité d'expression qui ont fait de Doré un illustrateur inspiré.

Carmen, Prosper Mérimée

Photographie : Carmen, Prosper Mérimée

Illustration de Gustave Doré pour Carmen, de Prosper Mérimée. 

Crédits : De Agostini/ Getty Images

Afficher

Saladin

Photographie : Saladin

Saladin (1137-1193), sultan d'Égypte et de Syrie. Gravure par Gustave Doré. 

Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Médias de l’article

Les Aventures du baron de Münchhausen, G. A. Bürger

Les Aventures du baron de Münchhausen, G. A. Bürger
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Milton, Le Paradis perdu

Milton, Le Paradis perdu
Crédits : De Agostini/ Getty Images

photographie

Le Dit du vieux marin

Le Dit du vieux marin
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Carmen, Prosper Mérimée

Carmen, Prosper Mérimée
Crédits : De Agostini/ Getty Images

photographie

Afficher les 5 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  DORÉ GUSTAVE (1832-1883)  » est également traité dans :

BANDE DESSINÉE

  • Écrit par 
  • Dominique PETITFAUX
  •  • 17 301 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « De Töpffer à Outcault, ou d'une naissance à l'autre (1833-1896) »  : […] Le « père fondateur » de la bande dessinée sans phylactères est le Suisse francophone Rodolphe Töpffer (1799-1846). Dès 1827, il compose, sans les commercialiser, des « histoires en estampes », admirées par Goethe. En mars 1833, Töpffer publie Histoire de Monsieur Jabot , qui sera suivie de six autres albums. Il est aussi le premier théoricien de ce mode d'expression, dont il définit en 1837 la sp […] Lire la suite

ROMANTISME

  • Écrit par 
  • Henri PEYRE, 
  • Henri ZERNER
  •  • 22 151 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Les arts graphiques et le livre illustré »  : […] Une place de choix doit être faite, au contraire, aux arts graphiques. On pouvait les traiter plus librement que les arts « majeurs ». Le retour à Rembrandt et à Dürer, la gloire de Piranèse, en qui les romantiques anglais et français découvrent et exaltent l'auteur des Prisons , l'exemple initiateur de Goya sont à l'origine d'un renouveau de l' eau-forte. Autour des aquafortistes des années trent […] Lire la suite

GRAVEURS SUR BOIS ROMANTIQUES

  • Écrit par 
  • Ségolène LE MEN
  •  • 959 mots
  •  • 1 média

La gravure sur bois de bout a été importée en France par un graveur anglais, Charles Thompson. Appelé par Ambroise Firmin Didot en 1817, il forma un atelier avec des compatriotes et, peu à peu, des disciples français, et suscita rapidement une émulation sur place avec des graveurs concurrents, comme Brevière à Rouen ou Durouchail à Paris. Tout au long de la période romantique, le rôle des graveurs […] Lire la suite

ILLUSTRATION

  • Écrit par 
  • Ségolène LE MEN, 
  • Constance MORÉTEAU
  •  • 9 166 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « La mémoire des images »  : […] L'éclectisme qui caractérise l'art à partir du second Empire se retrouve aussi dans l'illustration. Dans les livres illustrés de grande circulation, comme dans l'affiche pour l'édition populaire, s'entrecroisent des formes d'image héritées de la tradition romantique et d'autres issues des traditions populaires : la vignette du livret de colportage d'Épinal est tout à la fois un « type » et une va […] Lire la suite

IMPRIMERIE

  • Écrit par 
  • Isabelle ANTONUTTI, 
  • Jean-Pierre DRÈGE, 
  • Henri-Jean MARTIN
  • , Universalis
  •  • 14 459 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La montée en puissance des images  »  : […] Selon le besoin, le budget, la diffusion, les techniques varient. Il existe ainsi de nombreuses méthodes de reproduction des images. À partir des années 1830, la gravure sur bois de bout est utilisée massivement par la presse périodique et les livres illustrés. Un bois de bout est un motif en relief travaillé au burin. Les images sont imprimées à côté du texte sans avoir besoin d’un second passag […] Lire la suite

JEUNESSE LITTÉRATURE POUR LA

  • Écrit par 
  • Jean PERROT
  •  • 7 694 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Les pouvoirs de l'illustration : du conte au documentaire »  : […] Les effets du développement de la caricature et de l'image des années 1830 furent décisifs. P.-J. Hetzel publia en 1841-1842 Scènes de la vie publique et privée des animaux , visions caricaturales avec des illustrations de Grandville, célèbre déjà pour d'autres ouvrages illustrés. Alfred de Musset y publia de son côté Histoire d'un merle blanc , et Balzac Les Amours de deux bêtes , Peines de cœur […] Lire la suite

LIVRE

  • Écrit par 
  • Jacques-Alexandre BRETON, 
  • Henri-Jean MARTIN, 
  • Jean TOULET
  •  • 26 565 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Nouvelle mise en pages »  : […] En 1828, paraît l' Histoire du roi de Bohême et de ses sept châteaux de Charles Nodier. L'auteur a confié l'illustration à un jeune artiste, Tony Johannot. De cette collaboration naîtra une œuvre originale. Les compositions sont gravées sur bois de bout et la possibilité qu'offre cette technique à l'interpénétration du texte et des images est poussée à ses limites extrêmes. De très petites figure […] Lire la suite

SATIRIQUE DESSIN

  • Écrit par 
  • Gilbert LASCAULT
  •  • 2 880 mots

Dans le chapitre « Des typologies agressives et leur critique »  : […] L'opposition entre satire politique et critique des mœurs est courante. En 1865, Jules Vallès déclare préférer les œuvres dans lesquelles Daumier attaque les mœurs plutôt que celles qui atteignent « seulement les gouvernements ». La satire devient éthique. Elle se veut miroir des mœurs du temps, et J. Grand-Carteret peut, à travers elle, décrire vie quotidienne, coutumes et modes de chaque époque. […] Lire la suite

VITRAIL

  • Écrit par 
  • Catherine BRISAC, 
  • Louis GRODECKI
  •  • 5 927 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les XIXe et XXe siècles »  : […] Vers le milieu du xviii e  siècle apparaissent les premiers collectionneurs de vitraux anciens, en Angleterre tout d'abord (Horace Walpole). L'intérêt pour cet art se réveille, comme en témoigne le livre de Pierre Le Vieil (1774). Après la Révolution et les guerres qui ont provoqué de très nombreuses destructions, des tentatives sont faites en France (manufacture de Sèvres), en Angleterre et en Au […] Lire la suite

Pour citer l’article

Bernard PUIG CASTAING, « DORÉ GUSTAVE - (1832-1883) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 30 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/gustave-dore/