BODY ART

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Corps public et corps social

C'est dans la Vienne de l'après-guerre que se met en place un art fortement ritualisé désignant le corps comme mesure de toute chose : du langage, de l'espace, des structures sociales. Faisant suite au projet d'une forme d'art total qu'il avait esquissé en 1957 avec son Théâtre des orgies et des mystères, l'artiste Hermann Nitsch entreprend des « actions » avec les peintres Otto Muehl et Günter Brus. Engagés dans un expressionnisme gestuel, ils passent de la peinture à l'acte, prennent à leur compte l'antiformalisme qui caractérise le happening naissant tout en y ajoutant un caractère fortement blasphématoire. Dès leurs premières manifestations, en 1962, ils choisissent de travailler sur le corps humain maltraité, mettent en scène des pulsions élémentaires en convoquant, à l'occasion, des signes provenant de la symbolique chrétienne profanée et n'hésitent pas à s'adresser à un large public. Partageant le projet théorique de la mise en danger du corps, solitaire ou collectif, les actionnistes viennois font scandale et connaissent de nombreux démêlés avec la justice de leur pays. Leur aptitude à porter à un point ultime la puissance vitaliste de la sexualité, à œuvrer au seuil de l'interdit de la vie organique en recourant au sang, aux cadavres d'animaux et aux excréments est l'une des spécificités de leur démarche. Dans une Autriche qui se remet difficilement du nazisme, le phénomène « actionniste » s'affirme en tant qu'acte de protestation créatrice doté d'un fort caractère de nécessité.

Nourri d'une culture germanique, intéressé par les symboles d'un monde archaïque, Joseph Beuys construit une œuvre multiforme mais fortement marquée par la récurrence de certains thèmes. En quelques années, il impose un type d'actions « chamaniques », par lesquelles il reconsidère de façon symbolique les éléments qui constituent notre approche du monde par delà les clivages de la pensée civilisée : nature/culture, animalité/humanité, matière/pensée. Comment expliquer la peinture à un lièvre mort (1965), action de trois heures durant laquelle il explique, le visage recouvert de miel et de poudre d'or, le sens de l'art à un lièvre mort, se déroule dans une galerie fermée au public, qui doit en suivre la retransmission par vidéo à l'extérieur. Durant la plupart de ses actions, Beuys est séparé du public par des limites discernables, ce qui lui permet de représenter l'espace de la concentration psychique. Son action new-yorkaise I Love America and America likes me (1974) le voit vivre durant un mois dans une galerie en compagnie d'un coyote sauvage avec pour toute protection une couverture de feutre et une canne. Le coyote, animal totémique des Indiens, symbolise la vision transculturelle de l'Amérique, dans une fraternisation spectaculaire entre Blanc et Indien, homme et animal.

D'autres contextes politiques donnent forme à un art du corps interprété, cette fois, comme une réaction face à une société répressive. En 1962, à Prague, à une époque où la société tchèque jouit d'un climat un peu plus libéral, Milan Knizak, qui sera plus tard le représentant de Fluxus et le fondateur du groupe Aktual, ouvre la porte de son atelier et se couche sur la chaussée au milieu d'une grande quantité d'objets qu'il y a déversés. Cet acte anticonformiste, qui s'oppose à l'inertie des comportements convenus, ouvre la voie d'une communication alternative avec le public. Deux ans plus tard, Knizak, aidé par un groupe d'amis, fait évoluer son projet vers des happenings collectifs qui, à l'aide de jeux apparemment absurdes, interrogent l'identité uniforme de l'individu dans un réel régi dans tous ses aspects par une norme écrasante. Dans l'art tchèque des années 1970, les actions inutiles de Peter Stembera, telle celle qui le conduit à porter sur son dos deux lourdes pierres attachées par une corde (Transmission des pierres, 1971), traduisent de manière symbolique le destin de l'homme en proie aux contraintes et errements de l'histoire. Ses propres actions, comme celles de son compatriote Jan Mloch, peuvent se lire comme une réponse à la fragilité de l'ordre établi, et expriment une position critique en regard de la tradition rationaliste qui prévaut dans ces années totalitaires. L [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  BODY ART  » est également traité dans :

ABRAMOVIC MARINA (1946- )

  • Écrit par 
  • Bénédicte RAMADE
  •  • 632 mots

Marina Abramovic née à Belgrade (Serbie) s'est imposée depuis les années 1970 comme l'une des références du body art aux côtés des américains Vito Acconci et Chris Burden. Ses performances parfois extrêmes, documentées par des photographies en noir et blanc commentées, sont restées uniques. Dès 1973, date de ses premières expérimentations sur son propre corps souvent mis à nu, Marina Abramovic p […] Lire la suite

ACCONCI VITO (1940-2017)

  • Écrit par 
  • Jacinto LAGEIRA
  •  • 1 072 mots

Artiste protéiforme, Vito Acconci s'est d'abord consacré à la « poésie concrète », à la photographie et aux performances pour se tourner ensuite vers la vidéo. Chez lui, cette dernière est essentiellement constituée par la mise en scène du corps, tant dans le rapport au langage que dans le rapport aux gestes. Il s'agit le plus souvent de performances – filmées pour la plupart – au cours desquelles […] Lire la suite

ACTIONNISME VIENNOIS

  • Écrit par 
  • Matthias SCHÄFER
  •  • 2 244 mots

Dans le chapitre « L'actionnisme viennois et l'art corporel »  : […] L'actionnisme n'est pas un mouvement isolé. Il s'inscrit dans l'univers créé par les happenings de John Cage et d'Allan Kaprow aux États-Unis au cours des années 1950, par les performances de Chris Burden au début des années 1970. En Europe, Michel Journiac réalise ses premières performances à Paris en 1968, Gina Pane en 1969, et Jürgen Klauke à Cologne en 1972. Des similitudes s'imposent entre c […] Lire la suite

BARNEY MATTHEW (1965- )

  • Écrit par 
  • Caroline CROS
  •  • 1 061 mots

Dans le chapitre « Un parcours sans faute »  : […] Né en 1965 à San Francisco, élevé dans l'Idaho, formé à l'université Yale à New Haven, Matthew Barney, athlète de haut niveau, se fait connaître en 1991 lors de sa première exposition personnelle à la galerie Barbara Gladstone à New York. Il la transforme en salle de sport et en chambre froide ( Transexualis ), aux murs et au plafond percés de harnais auxquels l'artiste, à moitié nu, s'agrippe ( B […] Lire la suite

BEECROFT VANESSA (1969- )

  • Écrit par 
  • Bénédicte RAMADE
  • , Universalis
  •  • 774 mots

Les performances organisées par cette italienne née à Gênes en 1969 et résidant actuellement à Los Angeles (Californie) ont durablement défrayé la chronique dans les années 1990. Si rares sont ceux à avoir assisté à ses « grands-messes », l'artiste s'est toujours plu à dilater les formats de ses photographies et à filmer ses « tableaux vivants » avec une esthétique affirmée. Dès 1993, date de ses […] Lire la suite

BRUS GÜNTER (1938- )

  • Écrit par 
  • Matthias SCHÄFER
  •  • 834 mots

L’artiste autrichien Günter Brus (né en 1938 à Ardning) est à la fois peintre, graphiste et essayiste. Au début des années 1960, l’artiste se situe dans le sillage de l’ Action painting et recouvrit son propre corps de peinture. Cette « autopeinture » se transforme en action corporelle, dont l’un des thèmes majeurs est l’automutilation. En tant que membre fondateur de l’ actionnisme viennois (avec […] Lire la suite

BURDEN CHRIS (1946- )

  • Écrit par 
  • Bénédicte RAMADE
  •  • 822 mots

Né le 11 avril 1946 à Boston (Massachusetts), l’Américain Chris Burden est entré dans la légende dès ses toutes premières performances. Étudiant en art et architecture au Pomona College puis à l’université d’Irvine, il a incarné durant toutes les années 1970 la frange la plus extrême du body art et l'esprit californien, débridé et excessif. Sa toute première action, il la réalise en s'enfermant d […] Lire la suite

CRAVAN FABIAN AVENARIUS LLOYD dit ARTHUR (1887-1920)

  • Écrit par 
  • Charles SALA
  •  • 531 mots

D'une certaine manière, l'œuvre de Cravan a incarné la face la plus nihiliste et la plus négatrice du dadaïsme. Né à Lausanne, sujet britannique, Fabian Avenarius Lloyd arrive à Paris en 1909 et adopte le pseudonyme d'Arthur Cravan. Il va fréquenter dans la capitale plusieurs écrivains et peintres, parmi lesquels Van Dongen, Salmon et Cendrars. En 1912, il fait paraître la revue Maintenant , parti […] Lire la suite

FABRE JAN (1958- )

  • Écrit par 
  • Delphine JAUNASSE
  •  • 1 152 mots

Dans le chapitre « Corps glorieux »  : […] Jan Fabre mène ensuite ses principales investigations sur le terrain du corps. Là, les pratiques plastiques et scéniques se distinguent en se complétant. En dehors d'une matérialisation du passage du jour à la nuit où se nouent les processus de disparition et d'apparition chers au plasticien, la série de dessins L'Heure bleue s'attache au support comme peau, à ses transformations et blessures sur […] Lire la suite

GILBERT ET GEORGE GILBERT PROESCH (1943- ) et GEORGE PASSMORE (1942- ), dits

  • Écrit par 
  • Bernard MARCADÉ
  • , Universalis
  •  • 1 592 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Sculptures vivantes »  : […] Gilbert et George (Gilbert Proesch est né dans les Dolomites, Italie, en 1943 et George Passmore dans le Devon, Grande-Bretagne, en 1942) se sont rencontrés en 1967 à Londres, à la St. Martin's School of Art où ils suivent l'enseignement du sculpteur Anthony Caro et où ils ont comme camarades de promotion Hamish Fulton, Barry Flanagan et Bruce McLean. Issus tous deux de la petite bourgeoisie provi […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Anne TRONCHE, « BODY ART », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/body-art/