Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

BIOTECHNOLOGIES

Les biotechnologies et l'environnement

Certaines pratiques biotechnologiques ou des produits qui en sont issus, dont les O.G.M., sont accusés de mettre en péril notre environnement en lui faisant courir le risque d'une pollution génique. Cette préoccupation, qui n'est pas totalement infondée, dépend essentiellement du type d'O.G.M. considéré. Elle mérite une attention et une prudence particulières.

En revanche, nombre de pollutions environnementales, qu'elles soient chimiques, biologiques, d'origine industrielle ou autres, sont ou seront traitées par des méthodes biotechnologiques. On utilise déjà des micro-organismes pour dégrader des déchets toxiques en produits non dangereux, en particulier en eau et dioxyde de carbone (biorestauration). Les produits pétroliers sont ainsi dégradés par des agents microbiens spécifiques. Dans une autre approche (biostimulation), on ajoute à un milieu pollué des substances nutritives qui favorisent la prolifération de germes présents dans ce milieu et qui, par leur action, dégraderont les composés dangereux.

Des champignons microscopiques, naturels ou modifiés génétiquement, sont aussi utilisés pour traiter le lisier de porc et ses odeurs. L'eau des égouts est débarrassée de ses matières organiques grâce à la bactérie Streptothrix hyalina. D'autres bactéries, du type Micrococcus, éliminent des dérivés du pétrole (hydrocarbures polycycliques cancérigènes). D'autres encore dégraissent et nettoient des tuyaux d'évacuation. Des plantes (phytorestauration ou phytoremédiation) ainsi que des champignons sont disposés dans des sites pollués afin d'éliminer les substances dangereuses, sans ajouts de produits chimiques ou sans incinération. Des polluants complexes volatiles sont éliminés par filtration dans des colonnes comprenant des micro-organismes qui absorbent et détruisent ces substances lors du passage de l'air contaminé. Ces micro-organismes peuvent faire de même dans des eaux usées. On peut ainsi désodoriser des émanations industrielles ou éliminer des substances chimiques aussi dangereuses que le toluène, l'hexane, le pentane. Certaines algues, avides de métaux lourds, « purifient » des eaux de lavage minières en absorbant ces métaux.

La liste des substances toxiques ou dangereuses traitées par des méthodes biologiques s'allonge rapidement, de même que la variété des micro-organismes, des algues, des plantes ou les technologies imaginées pour venir à bout d'un site pollué. Ces méthodes sont évidemment conçues pour protéger l'environnement et non pour contribuer à déplacer le problème. Il s'agit, dans la plupart des cas, de recycler des produits chimiques complexes en substances plus simples et moins dangereuses pour l'environnement.

L'extraordinaire biodiversité du monde vivant, en particulier des micro-organismes, dont nous ne connaissons qu'une infime partie, permet d'espérer que, dans l'avenir, la plupart des problèmes environnementaux seront traités à la source de la pollution et feront l'objet d'un cycle contrôlé du début à la fin. Des études menées par l'O.C.D.E. en 1998 et 2004 démontrent ainsi la part prépondérante que prendront les biotechnologies dans la plupart des systèmes industriels, non seulement dans le domaine de la santé et de l'agriculture, mais aussi dans la chimie lourde, dans les industries minières, du fait même de cette capacité à s'intégrer dans un cycle où chaque étape fait l'objet d'une attention particulière du point de vue de notre environnement.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

Classification

Pour citer cet article

Pierre TAMBOURIN. BIOTECHNOLOGIES [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Médias

Bertrand Jordan - crédits : Violaine Paquereau

Bertrand Jordan

Biotechnologies rouges - crédits : Encyclopædia Universalis France

Biotechnologies rouges

Biotechnologies vertes - crédits : Encyclopædia Universalis France

Biotechnologies vertes

Autres références

  • ACTINOMYCÈTES

    • Écrit par
    • 3 450 mots
    • 4 médias
    LesActinomycètes sont les plus prolifiques de tous les micro-organismes en tant que producteurs d' antibiotiques. On estime que les deux tiers des quelque six mille antibiotiques isolés jusqu'ici sont produits par les Actinomycètes, et c'est Selman A. Waksman qui, le premier, a démontré la richesse...
  • AGRICOLE RÉVOLUTION

    • Écrit par et
    • 8 076 mots

    « L'habitude s'est prise de désigner, sous le nom de révolution agricole, les grands bouleversements de la technique et des usages agraires qui, dans toute l'Europe, à des dates variables selon les pays, marquèrent l'avènement des pratiques de l'exploitation contemporaine » (Marc Bloch)....

  • ANIMAUX MODÈLES, biologie

    • Écrit par et
    • 9 550 mots
    • 8 médias
    La microfluidique est la technique la plus innovante de toutes, et celle qui, sûrement, révolutionnera tout un pan de la recherche scientifique. Très onéreuse encore au début des années 2020, et donc à la portée seulement d’une petite poignée de laboratoires, la microfluidique permet de répondre aux...
  • ANTICORPS MONOCLONAUX

    • Écrit par et
    • 2 137 mots

    Les anticorps, ou immunoglobines, sont des protéines sécrétées par une famille de cellules, les lymphocytes, dont la principale propriété est de reconnaître le « non-soi ». Les substances chimiques reconnues comme étrangères, qu'elles soient des associations de molécules ou des molécules, sont...

  • Afficher les 62 références