ECCLÉSIASTIQUES BIENS & BÉNÉFICES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

On appelle « biens ecclésiastiques » des biens temporels, meubles et immeubles, qui sont la propriété d'une personne morale ecclésiastique (diocèse, paroisse, par exemple) selon le droit canonique, quelle que soit l'affectation de celle-ci : qu'elle ait une fin religieuse, culturelle, caritative, ou qu'elle soit simplement source de revenus. Ces biens sont soumis à des règles précises de gestion où l'on retrouve, avec des modalités différentes parfois, le « droit commun » de la gestion des biens des personnes morales dans la plupart des législations (conseil d'administration, tutelle administrative, etc.).

Ces biens d'Église doivent nécessairement, au moins pour les immeubles, avoir un statut de droit étatique ; or, certaines législations étatiques (en France notamment) n'homologuent pas nécessairement les structures du droit canonique. Cela entraîne des distorsions entre structure canonique et structure étatique (en France, les biens d'Église sont la propriété de sociétés, d'associations — les associations diocésaines en particulier —, qui ne correspondent pas à un support canonique). Des difficultés de divers ordres naissent de cette situation.

En bien des pays, le patrimoine, surtout immobilier, de l'Église tend à diminuer (vétusté, spoliations, etc.). L'Église elle-même s'en dessaisit parfois parce qu'il est improductif ou affecté à des activités (caritatives, culturelles ou autres) qu'elle ne peut ou ne veut plus prendre directement en charge.

Les bénéfices ecclésiastiques constituent une variété très particulière des biens ecclésiastiques : masse de biens, du type de la fondation, dotée de la personnalité morale et gérée par le bénéficier ; les revenus sont affectés à la subsistance de celui-ci, à charge pour lui de remplir un office et d'affecter à des œuvres pies l'excédent de ces revenus par rapport à ce que requiert son « honnête subsistance ». Certains offices sont par eux-mêmes assortis d'un bénéfice (offices d [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : ancien chargé de cours des facultés de droit canonique de l'Institut catholique de Toulouse

Classification

Autres références

«  ECCLÉSIASTIQUES BIENS & BÉNÉFICES  » est également traité dans :

ABBÉ

  • Écrit par 
  • Patrice SICARD
  •  • 1 199 mots

Le mot abbé vient vraisemblablement du syriaque abba , signifiant père, où il traduisait le respect porté à un dignitaire de la société civile ou religieuse. Du syriaque le mot passa, vers le III e siècle, dans la langue du monachisme ancien de l'Orient chrétien. On est alors en présence de deux types d'abbés. Il y a d'abord ces ermites, retirés dans les déserts égyptiens, à qui, en raison de leu […] Lire la suite

ANNATES

  • Écrit par 
  • Marcel PACAUT
  •  • 630 mots

Nom donné, au Moyen Âge, à une taxe levée par la papauté à l'occasion d'une nouvelle collation d'un bénéfice mineur et dont le montant correspondait théoriquement aux revenus d'une année de ce bénéfice, ou « annates ». Cette taxe apparut au cours du xi e et du xii e siècle, lorsque certains évêques obligèrent les nouveaux titulaires des bénéfices qu'ils conféraient à leur abandonner leurs revenu […] Lire la suite

BIENS NATIONAUX

  • Écrit par 
  • Pierre DUPARC
  •  • 962 mots

Les propriétés de l'Église et des contre-révolutionnaires qui ont été saisies, nationalisées et vendues lors de la Révolution française forment les biens nationaux. La nature et l'importance de ces biens sont variables comme le sont les motifs de l'opération. En témoigne la série des lois et décrets qui régissent les biens nationaux. Une littérature abondante s'est attachée à éclairer cette questi […] Lire la suite

CÉLIBAT RELIGIEUX

  • Écrit par 
  • André BAREAU, 
  • Jacques POHIER
  •  • 7 030 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le célibat sacerdotal »  : […] L'histoire du célibat sacerdotal est beaucoup plus complexe. Jusqu'au iii e - iv e  siècle, l'Église ne semble pas avoir attaché une importance spéciale au problème du mariage des prêtres et des évêques. La vertu de chasteté leur est certes spécialement recommandée, mais sans que cela implique une différence de statut entre les prêtres et les laïcs. À partir du iv e  siècle, alors que les Églises […] Lire la suite

DÉPOUILLE DROIT DE

  • Écrit par 
  • Patricia BUIRETTE
  •  • 185 mots

Faculté pour certaines personnes, ayant ou prétendant avoir un droit sur une église, de s'emparer des biens mobiliers des ecclésiastiques décédés. Cette coutume prit naissance aux environs du iv e  siècle, avant de s'implanter très solidement, trois siècles plus tard, dans tout le monde chrétien ; son fondement réside dans les règles de pauvreté et de communauté des biens. Un clerc ne devait rien […] Lire la suite

ECCLÉSIASTIQUES OFFICES & MINISTÈRES

  • Écrit par 
  • Jean PASSICOS
  •  • 509 mots

Le terme « office » utilisé traditionnellement par le droit canonique désigne les principales fonctions, publiques et stables, exercées en vue des fins spirituelles de l'Église catholique. Aujourd'hui, on préfère parler de ministère (ministères de la parole, de la sanctification et du gouvernement pastoral). Dans un sens plus précis, le ministère sert à désigner l'office qui se distingue des simpl […] Lire la suite

FRANCE (Histoire et institutions) - L'État monarchique

  • Écrit par 
  • Jehan de MALAFOSSE
  •  • 7 583 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les cultes »  : […] Le catholicisme est religion d'État. Au Moyen Âge, le royaume de France, comme tous les royaumes occidentaux, était dans l'Église. À partir du xv e  siècle, l'universalisme de la Chrétienté a vécu, l'Église gallicane fait partie du royaume de France et, au siècle suivant, le succès de la Réforme accentuera l'évolution. La papauté ne conserve plus qu'une autorité spirituelle. L'Église de France res […] Lire la suite

HENRI VIII (1491-1547) roi d'Angleterre (1509-1547)

  • Écrit par 
  • Roland MARX
  •  • 3 969 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La réforme religieuse »  : […] Henri VIII fait appel, sur l'avis de son nouveau conseiller, le théologien Thomas Cranmer, au jugement des principales universités d'Europe. Il en retire bien des satisfactions, mais l'intransigeance du pape leur donne une valeur surtout intellectuelle. Un jeu dangereux s'engage de part et d'autre : certains conseillers de Henri, dont Thomas Cromwell, estiment opportun d'associer leurs ambitions […] Lire la suite

INVESTITURES ECCLÉSIASTIQUES

  • Écrit par 
  • Marcel PACAUT
  •  • 242 mots

Terme qui, au Moyen Âge, désigne l'acte par lequel une personne met une autre en possession d'une chose (en latin, vestitura ou investitura qualifie l'acte de vêtir quelqu'un, comme si celui qui reçoit la chose en était vêtu). Le mot fut employé dès le ix e siècle pour signifier la donation et la réception d'une église et, en même temps, de la dignité ecclésiastique qui y était jointe, c'est-à- […] Lire la suite

PATRIMOINE ARTISTIQUE DES ÉGLISES DE PARIS

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL
  •  • 2 818 mots

Un touriste qui parcourrait aujourd'hui les églises de Rome, de Naples ou de Venise en se servant d'un guide du xviii e  siècle trouverait généralement dans son livre l'explication de ce qu'il voit. À Paris, ce ne serait pas le cas. Dans les capitales italiennes, le patrimoine des églises est le produit d'une accumulation lente et continue ; aucune catastrophe n'a bouleversé la sédimentation des s […] Lire la suite

Pour citer l’article

Louis de NAUROIS, « ECCLÉSIASTIQUES BIENS & BÉNÉFICES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/biens-et-benefices-ecclesiastiques/