BLACK JAMES (1924-2010)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Pharmacologue britannique, Prix Nobel de physiologie ou médecine en 1988 (conjointement à George Hitchings et Gertrude Elion), pour le développement de deux médicaments importants, le propranolol et la cimétidine.

James Whyte Black est né le 14 juin 1924 à Uddingston (Écosse). Il termine ses études de médecine à l'université de Saint Andrews, en Écosse, en 1946. Il enseigne dans différentes universités, au cours des dix années suivantes, puis, en 1958, devient pharmacologue aux Industries chimiques impériales. En 1964, il prend la direction de la recherche biologique aux laboratoires Smith Kline & French. En 1978, il est directeur de la recherche thérapeutique au laboratoire de recherche Wellcome. En 1984, il devient professeur de pharmacologie analytique au King's College de Cambridge, où il reçoit le titre de professeur émérite en 1993. Depuis 1992, il est chancelier de l'université de Dundee, en Écosse.

C'est l'étude systématique des interactions entre certains récepteurs cellulaires dans l'organisme et des substances chimiques présentes dans le sang et se liant à ces récepteurs qui conduisit James Black sur la piste de ces médicaments. Son objectif était de trouver un médicament pour traiter l'angine de poitrine, c'est-à-dire les douleurs thoraciques intenses survenant lorsque le cœur ne reçoit pas assez d'oxygène.

On savait que la stimulation par l'adrénaline et la noradrénaline des récepteurs bêta présents dans le muscle cardiaque provoque une accélération du rythme cardiaque et accroît la force des contractions, augmentant ainsi les besoins du cœur en oxygène. James Black mit au point un médicament bloquant les sites récepteurs bêta, de manière à empêcher l'adrénaline et la noradrénaline de s'y fixer. Il en résulte une inhibition des effets excitateurs de ces hormones sur le cœur, qui réduit la demande du cœur en oxygène et peut contribuer à calmer la douleur angineuse. D'autres bêta-bloquants ont été développés par la suite pour le traitement de l'infarctus, de l'hypertension artérielle, des migraines et d'autres affections.

James Black utilisa une approche similaire pour développer un médicament contre les ulcères gastriques et duodénaux, qui sont en partie liés à une hypersécrétion d'acides gastriques par l'estomac. Il mit au point un médicament capable de bloquer les récepteurs de l'histamine, substance qui stimule la sécrétion d'acides gastriques. Ce nouveau médicament, la cimétidine, révolutionna le traitement des ulcères gastro-duodénaux.

—  Universalis

Classification


Autres références

«  BLACK JAMES (1924-2010)  » est également traité dans :

HISTAMINE

  • Écrit par 
  • Serge BONFILS, 
  • Bernard HALPERN
  •  • 3 686 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Récepteurs histaminiques H1 et H2 »  : […] La stimulation de la sécrétion gastrique par l'histamine est connue depuis 1920 ; et, depuis cette époque, un débat était ouvert pour savoir s'il s'agissait d'une action purement pharmacologique ou si cette amine jouait un rôle dans la physiologie sécrétoire de l' estomac, comme le voulait C. Code. Fait remarquable, cette action gastrosécrétagogue n'était pas inhibée par les premiers antihistamini […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/histamine/#i_39241

Pour citer l’article

« BLACK JAMES - (1924-2010) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/james-black/