FONTENELLE BERNARD DE (1657-1757)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Sous le couvert du bel esprit – qu'il resta jusqu'au bout –, donnant même dans la préciosité, Fontenelle entra en science comme on chausse une mode. Venu pour divertir, il instruit réellement.

En l'annexant à la littérature, loin de la confondre avec elle, il veut que la science devienne assimilable à l'honnête homme qui a le droit d'être initié, mais aussi le devoir de s'ouvrir aux disciplines nouvelles.

Convaincu de l'avantage des Modernes, mû par l'idée du progrès comme s'il pressentait l'ère de mutation constante qui est nôtre, il s'en prend à la tradition, à l'autorité, à tout système, toute fixation qui refuse la leçon des faits, le mouvant de l'histoire.

Jongleur du rationalisme critique, le fin de sa pensée ne vise qu'une aristocratie de l'esprit, mais atteint, par-delà, un public toujours plus vaste de curieux.

Aussi, malgré les limites qui sont celles de son siècle, l'apparition de Fontenelle dans ce qu'il appelait lui-même « l'histoire de l'esprit humain » fut un événement. Type même du précurseur, Fontenelle devança le siècle des Lumières par des œuvres dont la méthode et l'audace marquaient un jalon dans le développement et l'essor de la pensée du xviiie.

Le départ d'une pensée critique

Bernard de Fontenelle naquit à Rouen d'une famille de robins. Ses oncles du côté maternel étaient Pierre et Thomas Corneille. En mai 1677, ce dernier, propriétaire de la revue Le Mercure galant, engageait son neveu à titre de collaborateur. La Bruyère avait raison de dire que cette revue était « au-dessous de zéro ». Les contributions du jeune rédacteur n'avaient guère l'envergure nécessaire pour élever le niveau du Mercure. Après Aspar (1680), pièce dont la représentation fut un échec, Fontenelle retourne dans sa ville natale ; en effet, à Rouen, son esprit se refaisait et s'approfondissait. De 1682 à 1687, il publia des œuvres qui devaient fonder sa gloire, [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages


Écrit par :

  • : membre de l'Académie des sciences, professor of art history, Hunter College, New York

Classification


Autres références

«  FONTENELLE BERNARD DE (1657-1757)  » est également traité dans :

ANCIENS ET MODERNES

  • Écrit par 
  • Milovan STANIC, 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 5 036 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « De l'« imitation » au « naturel » »  : […] La « querelle » des Anciens et des Modernes fut donc pour ceux qui la vécurent un débat très intense, virulent – et pas seulement une dispute entre érudits. Elle ne cesse, dans le dernier quart du xvii e  siècle, de prendre de l'ampleur. Boileau vole au secours de Phèdre (1676) – quitte à y reconnaître un « sublime » nettem […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anciens-et-modernes/#i_37049

GÉOLOGIE - Histoire

  • Écrit par 
  • François ELLENBERGER
  •  • 6 538 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Le XVIIIe siècle »  : […] La géologie ne démarre en France que vers 1710, en bénéficiant de toute la prudence un peu sceptique de Fontenelle, très influent par ses chroniques résumant et commentant l'activité de l'Académie royale des sciences. Il se rallie à l'idée de l'ancien séjour tranquille des mers sur nos terres. Antoine de Jussieu en 1718, étudiant une flore fossile houillère, pensait « herboriser dans un autre mon […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/geologie-histoire-des-sciences-de-la-terre/#i_37049

MALEBRANCHE NICOLAS (1638-1715)

  • Écrit par 
  • Ginette DREYFUS
  •  • 8 465 mots

Dans le chapitre « Les années de formation »  : […] Nicolas Malebranche fut, selon l'expression heureuse de Voltaire, l'un des plus profonds méditatifs qui aient jamais écrit. Il naquit à Paris un mois avant Louis XIV. Et sa philosophie porte, plus que toute autre, cet « air grand et magnifique » (le mot est d'Arnauld, parlant de Malebranche) qui scelle le règne de ce prince. Il sortait d'une famille de parlementaires. Son père était conseiller du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nicolas-malebranche/#i_37049

PROGRÈS

  • Écrit par 
  • Bernard VALADE
  •  • 8 634 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Des Anciens aux Modernes »  : […] L'idée d'un progrès cumulatif, celle d'une loi de perfectionnement ainsi que la théorie des âges du monde ont été appliquées, à partir de la Renaissance, non plus à la croissance de l'Église mais à l'avancement des sciences. Ce changement de plan est à rapporter au glissement, qui ne pouvait pas ne pas se produire, dans une chrétienté déféodalisée, du sens chrétien au sens profane de l'histoire. P […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/progres/#i_37049

Voir aussi

Pour citer l’article

Werner KRAUSS, « FONTENELLE BERNARD DE - (1657-1757) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/bernard-de-fontenelle/