HONNÊTE HOMME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Presque tous les écrivains du xviie siècle ont dessiné, enrichi ou reproduit le portrait idéal de l'honnête homme. Socialement, ce dernier ne se conçoit guère sans une aisance propre à le libérer des travaux « mécaniques ». Méré le verrait aussi bien vivre dans une cabane qu'à la cour : hypothèse hyperbolique qui marque le moment où le type a pris valeur absolue, mais qui ne correspond à aucune réalité admise. L'honnêteté condense les aspirations d'une société polie, solidement tenue par le pouvoir royal, où le courtisan se dépouille de toute ambition politique comme de toute rudesse militaire, où le bourgeois affiné se satisfait d'égaler sur le plan mondain l'aristocrate. Moraliser le courtisan, policer le sage indépendant : deux buts principaux du premier grand traité de L'Honnête Homme, par Faret (1630). « Homme poli et qui sait vivre » (Bussy), l'honnête homme a de plus en plus pour loi « d'exceller en tout ce qui regarde les agréments et les bienséances de la vie » (Méré), bref de plaire. Avant tout ne heurter personne, ni par un égoïsme découvert, ni par l'étalage de connaissances particulières : ne se piquer de rien (La Rochefoucauld), ne pas se raidir en pédant entiché d'une spécialité, car la « qualité universelle » (Pascal) est ce qui plaît dans l'homme. Elle préserve le naturel. « Un honnête homme, c'est un homme mêlé », disait déjà Montaigne. Assurément, point d'honnêteté sans droiture morale. Elle est même « le comble et le couronnement de toutes les vertus », elle suit presque les mêmes voies que la dévotion (Méré). Toutefois les vertus, de ce point de vue, se subordonnent aux bienséances. Du moins visent-elles à rendre heureux l'entourage. S'il fallait limer les saillies d'un moi conquérant, on glisserait dans un excès inverse en éteignant son animation. « Cette parfaite honnêteté demande que l'on se communique à la vie, et que même l'on s'y enfonce » ; ou encore : « bien vivre et se communiquer de bonne grâce, par les discours et par les actions ». Elle garde ainsi chez Méré quelque chaleur venue de son premier maître, Montaigne. Elle résume l'idéal de la communication dans une société qui croit atteindre un point d'équilibre et ne désire le maintenir que pour se perfectionner, plutôt que pour s'en glorifier béatement.

—  Jean MARMIER

Écrit par :

  • : docteur ès lettres, professeur à l'université de Rennes-II-Haute-Bretagne

Classification


Autres références

«  HONNÊTE HOMME  » est également traité dans :

BOURGEOISIE FRANÇAISE

  • Écrit par 
  • Régine PERNOUD
  • , Universalis
  •  • 7 675 mots

Dans le chapitre « La culture bourgeoise »  : […] C'est au xvii e  siècle enfin que se constituent une pensée, une philosophie, un art, une littérature demeurés typiques de la société bourgeoise et perpétués jusqu'à notre temps, à l'exclusion de toute autre forme de culture, dans l'enseignement : culture à base d'humanisme gréco-romain, fondée sur l'usage du raisonnement discursif dans la recherc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bourgeoisie-francaise/#i_20278

LA ROCHEFOUCAULD FRANÇOIS DE (1613-1680)

  • Écrit par 
  • Paul BÉNICHOU
  •  • 1 410 mots

Dans le chapitre « Du héros à l'honnête homme »  : […] Toute cette vision de l'homme trahit à coup sûr un désenchantement, l'expérience d'un temps où l'idée de la grande âme s'est effondrée à l'épreuve des circonstances, où la force, l'intrigue et le faux-semblant se sont déclarés puissances souveraines. Au moins est-ce là le sentiment des tenants du vieux monde à l'avènement de la monarchie louisquatorzienne. Il s'est produit alors comme un éveil des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francois-de-la-rochefoucauld/#i_20278

LITTÉRATURE ÉPISTOLAIRE

  • Écrit par 
  • Alain VIALA
  •  • 6 820 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La lettre privée »  : […] Une génération après l'essor de la lettre éloquente vint celui de la lettre privée, en même temps que l'on assistait à un accès plus large des mondains à la culture écrite. Dès 1552, E. Pasquier incluait dans ses Rimes et prose un groupe de Lettres amoureuses . En 1555 paraissait le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litterature-epistolaire/#i_20278

FRANÇAISE LITTÉRATURE, XVIIe s.

  • Écrit par 
  • Patrick DANDREY
  •  • 7 323 mots

Dans le chapitre « Les moralistes »  : […] Cette dimension morale que présentent aussi le théâtre de Racine ou la poésie de La Fontaine accorde au xvii e  siècle français une place éminente dans la longue histoire de la connaissance de soi, qui avait pris son essor lointain dans la Grèce antique. Un grand héritier de Socrate, Montaigne, veille d’ailleurs aux portes du siècle où la question […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litterature-francaise-xviie-s/#i_20278

MÉRÉ ANTOINE GOMBAUD chevalier de (1607-1684)

  • Écrit par 
  • Jacques PRÉVOT
  •  • 542 mots

Il y a aujourd'hui trois facettes du personnage d'Antoine Gombaud, chevalier de Méré, qui méritent de retenir l'attention : l'« honnête homme », l'interlocuteur de Pascal, l'écrivain. Il est certain que, pour ses contemporains, Méré, hôte régulier des salons de M me de Rambouillet ou de la duchesse de Lesdiguières, un temps rival de Voiture qu'il n'estimait guère, a incar […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antoine-mere/#i_20278

MORALISTES

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 2 456 mots

Dans le chapitre « Entre littérature et philosophie »  : […] Dans son ouvrage pionnier consacré aux Morales du Grand Siècle (1948), Paul Bénichou avait souligné qu'il abordait la littérature en tant que « creuset où notre expérience directe de la vie et de la société s'élabore déjà philosophiquement mais sans rien perdre encore de sa force immédiate ». Il remarquait aussitôt que la littérature française, en général, répondait « plus […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moralistes/#i_20278

Pour citer l’article

Jean MARMIER, « HONNÊTE HOMME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/honnete-homme/