BÉGUINES & BÉGARDS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Origine et développement

L'afflux de mendiants dans les villes, qui draine de la campagne un surplus de main-d'œuvre, a justifié la nécessité d'institutions charitables dont les membres, se consacrant au travail manuel et aux œuvres de piété, offrent de surcroît l'exemple d'une pauvreté volontairement assumée au nom du Christ. D'abord composées de femmes, veuves et déshéritées, auxquelles se mêlent souvent quelques lettrées séduites par la vie contemplative, les communautés connaissent un essor prodigieux. À Liège, où apparaît, vers 1180-1184, le premier établissement du genre, succèdent Tirlemont (1202), Valenciennes (1212), Douai (1219), Gand (1227), Anvers (1230). En 1250, ces communautés comptent un millier d'adhérents à Paris, autant à Cambrai et deux mille à Cologne. À l'imitation des béguines, des confréries d'artisans, principalement les tailleurs, créent des maisons qui accueillent les prolétaires sans travail, mais aussi de riches bourgeois qui renoncent à leurs biens pour accorder leur vie à l'enseignement des Apôtres.

Indépendantes des ordres monastiques et placées sous la seule surveillance de l'évêque, les communautés jouissent d'une liberté d'action et de pensée qui suscite bientôt l'animosité du clergé séculier, des franciscains et des dominicains dépossédés, par le zèle des béguines, de riches donations et d'affaires rentables, en particulier l'ensevelissement des morts. En 1240, Jeanne de Flandre ordonne à ses magistrats de les défendre contre toute spoliation. Innocent IV les prend sous sa protection en 1245. Dix ans plus tard, Urbain IV recommandera encore au doyen de Louvain « de les protéger contre les téméraires qui les affligent, et de ne pas permettre qu'on les moleste par des procès ni dans leur personne ni dans leurs biens ». Cependant, les idées de Libre-Esprit allaient trouver aisément audience dans ce milieu de marginaux que ne liait aucune règle conventuelle et qu'une relative oisiveté prédisposait aux choses de l'amour, telles que le courant court [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  BÉGUINES & BÉGARDS  » est également traité dans :

JEAN DE BRÜNN (XIVe s.)

  • Écrit par 
  • Raoul VANEIGEM
  •  • 650 mots

Après avoir été, pendant vingt ans, membre d'une communauté de bégards à Cologne, Jean de Brünn abjure en présence de l'inquisiteur Gallus Neuhaus et rallie l'ordre des Dominicains. Sa confession (1335), obtenue sans torture, livre de précieuses indications sur la pratique du Libre-Esprit dans une association fondée sur la pauvreté volontaire. En quête d'une vie en accord avec la perfection évangé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-de-brunn/#i_22625

JOHANNES HARTMANN (mort en 1368)

  • Écrit par 
  • Raoul VANEIGEM
  •  • 329 mots

Illustrant la tendance élitiste du Libre-Esprit, Johannes Hartmann a apporté, dans son interrogatoire, d'intéressantes précisions sur la doctrine qu'on attribuait aux bégards et qui fut condamnée en 1311 par le concile de Vienne. Selon toute vraisemblance, il périt sur le bûcher à Erfurt, en 1368. Johannes Hartmann, originaire d'Astmanstett et connu parmi les bégards sous le nom de Spinner (le Tis […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/johannes-hartmann/#i_22625

LIBRE-ESPRIT MOUVEMENT DU

  • Écrit par 
  • Raoul VANEIGEM
  •  • 3 154 mots

Dans le chapitre « Des amauriciens aux ranters »  : […] Jusqu'à plus ample information, il est d'usage de faire remonter le Libre-Esprit aux deux procès intentés, à Paris en 1209 et à Amiens en 1211, aux disciples supposés d' Amaury de Bènes, mort en 1207. Celui-ci s'était attiré la réprobation pontificale pour avoir affirmé que chaque homme est tenu de se considérer comme membre du Christ. Une simple abjuration mettra fin à une querelle qui semble n'a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mouvement-du-libre-esprit/#i_22625

MARGUERITE PORÈTE (morte en 1310)

  • Écrit par 
  • Raoul VANEIGEM
  •  • 677 mots

Brûlée le 1 er juin 1310 à Paris, Marguerite Porète a laissé avec Le Miroir des simples âmes l'un des rares témoignages de première main sur les opinions qui caractérisent le mouvement du Libre-Esprit. Son enseignement, perpétué par Bloemardinne de Bruxelles (morte en 1335) et peut-être inspiré par Hadewijch d'Anvers (milieu du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marguerite-porete/#i_22625

MECHTHILD VON MAGDEBURG (1207 env.-1282)

  • Écrit par 
  • Claude LECOUTEUX
  •  • 626 mots

Nous savons peu de choses sur la vie de Mechthild von Magdeburg. Grâce à quelques remarques disséminées dans son œuvre, on pense qu'elle a dû naître vers 1207. Elle appartient à une noble famille de la Marche et reçoit une éducation courtoise. À l'âge de douze ans, elle a sa première vision. Vers 1230, elle quitte ses parents et se réfugie au béguinage de Magdebourg pour y mener une vie ascétique. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mechthild-von-magdeburg/#i_22625

Pour citer l’article

Marie-Madeleine DAVY, Raoul VANEIGEM, « BÉGUINES & BÉGARDS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/beguines-et-begards/