MARGUERITE PORÈTE (morte en 1310)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Brûlée le 1er juin 1310 à Paris, Marguerite Porète a laissé avec Le Miroir des simples âmes l'un des rares témoignages de première main sur les opinions qui caractérisent le mouvement du Libre-Esprit. Son enseignement, perpétué par Bloemardinne de Bruxelles (morte en 1335) et peut-être inspiré par Hadewijch d'Anvers (milieu du xiiie s.), identifie Dieu à un éternel flux d'amour, dont chaque être humain participe dès l'instant qu'il épure sa nature des obligations spirituelles et matérielles, entraves à sa liberté.

Originaire du Hainaut, Marguerite Porète (ou Porrette, ou Poirrette) est qualifiée tantôt de béguine clergesse très savante, tantôt de pseudo-mulier, terme appliqué aux béguines errantes. Elle-même se décrit comme une « mendiante créature » en désaccord avec l'ensemble du clergé : « Béguines disent que je suis dans l'erreur, ainsi que prêtres, clercs et prêcheurs, augustins et carmes et les frères mineurs. » Un premier ouvrage, écrit par elle sur « l'être de l'affinée amour », est brûlé vers la fin du xiiie siècle, à Valenciennes, sur les ordres de l'évêque de Cambrai, qui interdit à Marguerite de diffuser d'autres livres et doctrines sous peine d'être jugée hérétique et relapse. Dénoncée à l'inquisiteur de Haute-Lorraine pour avoir récidivé avec un ouvrage intitulé Le Mirouer des simples âmes anienties et qui seulement demourent en vouloir et désir d'amour, elle est arrêtée et comparaît en 1307 devant Guillaume Humbert, inquisiteur général de France et futur responsable du procès des Templiers. Fidèle à « cette âme libre qui ne répond à nul si elle ne le veut », elle refuse de prêter serment et, après un an et demi d'emprisonnement, est condamnée comme hérétique et relapse. Les extraits incriminés du Miroir serviront de base à la rédaction du décret Ad nostrum dont le concile de Vienne (1311) se servira contre les bégards et béguines. [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  MARGUERITE PORÈTE (morte en 1310)  » est également traité dans :

BLOEMARDINNE (morte en 1335)

  • Écrit par 
  • Raoul VANEIGEM
  •  • 167 mots

Parfois confondue par erreur avec Hadewijch d'Anvers et connue par l'hostilité dont le mystique Jan Ruysbroeck fit montre à son égard, Bloemardinne passe pour avoir propagé les idées du Libre-Esprit à Bruxelles, dans la première moitié du xiv e siècle. Fille de l'échevin Wilhelmus Bloemart, Heilwige Bloemardinne est née sans doute entre 1260 et 1 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bloemardinne/#i_92365

LIBRE-ESPRIT MOUVEMENT DU

  • Écrit par 
  • Raoul VANEIGEM
  •  • 3 154 mots

Dans le chapitre « Les doctrines »  : […] Le mouvement du Libre-Esprit n'échappe pas à l'histoire. Il apparaît dans les cités où la bourgeoisie naissante développe la conscience de l'individu ; il disparaît quand se forme une espérance de progrès social qui désacralise les millénarismes tout en leur conservant le caractère religieux d'une communauté chiliastique. Il n'a pas sa place dans le collectivisme nationaliste, ni dans le collectiv […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mouvement-du-libre-esprit/#i_92365

Pour citer l’article

Raoul VANEIGEM, « MARGUERITE PORÈTE (morte en 1310) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/marguerite-porete/