BAVIÈRE (histoire)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La dignité électorale

La guerre de Trente Ans marque une étape majeure dans les progrès de l'État bavarois. Après son équipée malheureuse en Bohême, le Palatin Frédéric V se voit dépouillé par l'empereur Ferdinand II à la fois de la dignité électorale et de ses possessions territoriales, qui sont attribuées à Maximilien de Bavière (1623). Lors du règlement de 1648, le fils de Frédéric V recouvre le titre d'Électeur et le Palatinat rhénan, mais Maximilien conserve la dignité électorale et le Haut-Palatinat.

La Bavière est devenue une puissance dont Habsbourg et Bourbons se disputent l'alliance. Ferdinand-Marie (1651-1679), Maximilien-Emmanuel (1679-1726), Charles-Albert (1726-1745) hésitent entre Versailles (le Grand Dauphin, fils de Louis XIV, épouse une princesse bavaroise) et Vienne, dont ils redoutent les convoitises (l'alliance française vaut à la Bavière de devenir théâtre d'opérations pendant les premières années de la guerre de Succession d'Espagne). Mais guerres et diplomatie n'épuisent pas la politique des Électeurs. Ils embellissent leur capitale, et Munich devient un des centres de l'art baroque : de leurs règnes datent les aménagements de la Résidence, l'église des Théatins et l'Asamkirche, le château de Nymphenburg et le Neues Schloss de Schleissheim.

Amalienburg

Photographie : Amalienburg

Photographie

Amalienburg, pavillon construit dans le parc du Nymphenburg, près de Munich. Salon des Glaces. Architecte : François de Cuvilliés. 

Crédits : John Bethell/ Bridgeman Images

Afficher

Charles-Albert se croit assez puissant pour ajouter à la dignité électorale celle d'empereur. Après la mort de Charles VI (1740), l'appui de la France lui permet de se faire élire en 1742 contre François de Lorraine, époux de Marie-Thérèse ; pour la première fois depuis 1438, la couronne échappe aux Habsbourg. Succès éphémère : il meurt en 1745 et son fils Maximilien-Joseph renonce à se porter candidat.

Ce dernier meurt sans héritier en 1777. D'après des arrangements familiaux, la Bavière revient à l'Électeur palatin Charles-Théodore, qui vient s'ins [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Médias de l’article

Amalienburg

Amalienburg
Crédits : John Bethell/ Bridgeman Images

photographie

Défilé nazi, 1933

Défilé nazi, 1933
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : maître assistant à la faculté des lettres et sciences humaines de Rouen

Classification

Voir aussi

Les derniers événements

Allemagne. Retrait de Horst Seehofer de la direction de la CSU. 4 décembre 2017

de l’aile dure de la CSU, à qui il prévoit de céder son poste de ministre-président de Bavière au cours du premier trimestre de 2018. Aux élections législatives de septembre, la CSU a réalisé le plus bas score de son histoire, alors que celui d’Alternative pour l’Allemagne (AfD, extrême droite) progressait. […] Lire la suite

Allemagne. Premier duel électoral télévisé. 25 août 2002

Le chancelier social-démocrate Gerhard Schröder et son adversaire chrétien-démocrate Edmund Stoiber participent au premier face-à-face télévisé de l'histoire électorale allemande. Le chancelier sortant réaffirme son refus de la participation de l'Allemagne à une opération militaire contre l'Irak […] Lire la suite

République démocratique allemande. Remplacement d'Erich Honecker par Egon Krenz. 1er-31 octobre 1989

Le 1er, plus de sept mille Allemands de l'Est en provenance des ambassades de R.F.A. à Prague et à Varsovie arrivent, à bord de sept « trains de la liberté » est-allemands, en Bavière. Ils ont été autorisés à émigrer après un accord conclu à New York, en marge de l'Assemblée […] Lire la suite

République fédérale d'Allemagne. Majorité absolue pour la coalition dirigée par le chancelier Helmut Kohl. 25 janvier 1987

de son histoire : 44,3 p. 100 des voix (− 4,5 p. 100 par rapport à mars 1983) et 223 sièges (− 21). Sa composante bavaroise, la C.S.U., dirigée par Franz-Josef Strauss, passe même en Bavière de 59,5 p. 100 à 53,2 p. 100 (− 6,3 p. 100), ce qui semble traduire une méfiance de l'électorat devant les risques […] Lire la suite

U.R.S.S. Suites de l'accident de Tchernobyl. 2-30 mai 1986

Le 2, le responsable de l'énergie atomique en U.R.S.S., Andronik Petrossiants, admet que l'accident, survenu le 25 avril à la centrale nucléaire de Tchernobyl près de Kiev (Ukraine), est bien le plus grave accident du nucléaire civil de l'histoire, qu'il y a eu fusion du cœur du réacteur et qu'une […] Lire la suite

Pour citer l’article

Michel EUDE, « BAVIÈRE (histoire) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/baviere-histoire/