BAVIÈRE (histoire)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'État de Bavière

Le 7 novembre 1918, le roi Louis III est chassé par la révolution qui a éclaté à Munich. Les mois qui suivent sont troublés : gouvernement du socialiste indépendant Kurt Eisner, assassiné le 21 février 1919, auquel succède le social-démocrate Hoffmann ; « République des conseils », proclamée en avril par des communistes bavarois, bientôt débordés par des Russes ; reconquête de Munich par les troupes bavaroises, mais aussi wurtembergeoises et prussiennes, auxquelles a dû faire appel Hoffmann, réfugié à Bamberg (1er et 2 mai). Mais, dans le cadre de la république de Weimar, la Bavière – l'un de ses dix-sept Länder – a perdu beaucoup de son autonomie. Elle a conservé le Palatinat (occupé de 1918 à 1930 par les Français) et acquis Cobourg (1920), mais elle a dû renoncer à la plupart des Sonderrechte. Sous le régime de la Constitution du 12 août 1919, elle possède un Landtag (où dominent les catholiques) et un ministère (dirigé par des personnalités modérées : Kahr, Lerchenfeld, Knilling, Held). Mais le particularisme bavarois, s'il survit sous la forme d'un attachement réel à la personne du prince Ruprecht, fils du dernier roi, ne représente plus une force politique. Bien plus, c'est en Bavière que naît le mouvement qui achèvera l'unité allemande en créant un Reich unitaire et centralisé.

Les origines du national-socialisme sont en effet étroitement liées à l'histoire du Munich d'après guerre, depuis la fondation du Parti ouvrier allemand par Anton Drexler (5 janv. 1919) jusqu'à l'échec du putsch tenté, les 8 et 9 novembre 1923, par Adolf Hitler et le général Ludendorff. Le nazisme est, à l'origine, un phénomène essentiellement bavarois, et il ne l'oubliera jamais : c'est la Bavière qui abritera à la fois la « ville du mouvement » (Munich), la « ville des congrès » (Nuremberg) et la résidence préférée du Führer (Berchtesgaden).

Défilé nazi, 1933

Photographie : Défilé nazi, 1933

Photographie

Défilé des membres du parti nazi à Nuremberg, en 1933. Leurs étendards portent l'emblème du Nationalsozialistische Deutsche Arbeiterpartei : le svastika, connu sous le nom de croix gammée. 

Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Pourtant, dès l'avènem [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Médias de l’article

Amalienburg

Amalienburg
Crédits : John Bethell/ Bridgeman Images

photographie

Défilé nazi, 1933

Défilé nazi, 1933
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : maître assistant à la faculté des lettres et sciences humaines de Rouen

Classification

Voir aussi

Les derniers événements

Allemagne. Retrait de Horst Seehofer de la direction de la CSU. 4 décembre 2017

de l’aile dure de la CSU, à qui il prévoit de céder son poste de ministre-président de Bavière au cours du premier trimestre de 2018. Aux élections législatives de septembre, la CSU a réalisé le plus bas score de son histoire, alors que celui d’Alternative pour l’Allemagne (AfD, extrême droite) progressait. […] Lire la suite

Allemagne. Premier duel électoral télévisé. 25 août 2002

Le chancelier social-démocrate Gerhard Schröder et son adversaire chrétien-démocrate Edmund Stoiber participent au premier face-à-face télévisé de l'histoire électorale allemande. Le chancelier sortant réaffirme son refus de la participation de l'Allemagne à une opération militaire contre l'Irak […] Lire la suite

République démocratique allemande. Remplacement d'Erich Honecker par Egon Krenz. 1er-31 octobre 1989

Le 1er, plus de sept mille Allemands de l'Est en provenance des ambassades de R.F.A. à Prague et à Varsovie arrivent, à bord de sept « trains de la liberté » est-allemands, en Bavière. Ils ont été autorisés à émigrer après un accord conclu à New York, en marge de l'Assemblée […] Lire la suite

République fédérale d'Allemagne. Majorité absolue pour la coalition dirigée par le chancelier Helmut Kohl. 25 janvier 1987

de son histoire : 44,3 p. 100 des voix (− 4,5 p. 100 par rapport à mars 1983) et 223 sièges (− 21). Sa composante bavaroise, la C.S.U., dirigée par Franz-Josef Strauss, passe même en Bavière de 59,5 p. 100 à 53,2 p. 100 (− 6,3 p. 100), ce qui semble traduire une méfiance de l'électorat devant les risques […] Lire la suite

U.R.S.S. Suites de l'accident de Tchernobyl. 2-30 mai 1986

Le 2, le responsable de l'énergie atomique en U.R.S.S., Andronik Petrossiants, admet que l'accident, survenu le 25 avril à la centrale nucléaire de Tchernobyl près de Kiev (Ukraine), est bien le plus grave accident du nucléaire civil de l'histoire, qu'il y a eu fusion du cœur du réacteur et qu'une […] Lire la suite

Pour citer l’article

Michel EUDE, « BAVIÈRE (histoire) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 juin 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/baviere-histoire/