BAVIÈRE (histoire)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le royaume de Bavière

Six rois se succèdent de 1806 à 1918 : Max-Joseph (1806-1825), Louis Ier (1825-1848), Maximilien II (1848-1864), Louis II (1864-1886), au tragique destin, Othon (1886-1913), roi nominal (du fait de sa folie), sous la régence de son oncle Luitpold (mort en 1912) puis de son cousin Louis, le futur Louis III (1913-1918), dernier souverain de Bavière. Cent douze années, pendant lesquelles l'évolution de la Bavière se poursuit à l'intérieur des cadres qui seront ceux de l'espace et du peuple allemands.

La Bavière dans la Confédération du Rhin (1806-1813)

Le nouveau royaume devient la pièce maîtresse de l'Allemagne napoléonienne. Il s'agrandit en 1810 de Salzbourg et de Berchtesgaden, de Ratisbonne et de Bayreuth. À l'alliance politique s'ajoutent des liens familiaux, par le mariage d'Eugène de Beauharnais avec la princesse Augusta, fille de Max-Joseph. Sous l'impulsion du ministre Montgelas, qui applique les méthodes du despotisme éclairé, la Bavière devient un État moderne, à l'administration centralisée, cependant que le général de Wrede s'applique à la doter d'une solide armée. À l'apogée du régime napoléonien, la Bavière apparaît comme un pays d'avenir, destiné à jouer dans le sud de l'Allemagne le rôle qu'avait assumé la Prusse au nord.

Mais, dans l'été de 1813, des tractations avec l'Autriche aboutissent au traité de Ried (8 oct. 1813), par lequel la Bavière se retire de la Confédération du Rhin et joint ses forces à celles des Alliés, moyennant la garantie de son indépendance et de son intégrité territoriale ou, du moins, d'un territoire d'une étendue comparable.

La Bavière dans la Confédération germanique (1815-1866)

Plus petit que la Bavière napoléonienne (l'attribution du Palatinat rhénan, séparé du reste du royaume, ne compense pas la rétrocession à l'Autriche de Salzbourg, du Tyrol et du Vorarlberg), l'État qui signe l'acte fédéral de 1815 n'en est pas moins, après l'Autriche et la Prusse, le plus étendu (75 000 km2) et le plus peuplé (3,5 millions d'habitants) du Bund. Aussi le voit-on prendre la tête des « États moyens » qui cherchent à se ménager une place entre les deux puissances hégémoniques d'une part, la poussière des petits États d'autre part. De cet État libéral (par la Constitution de 1818), la capitale Munich devient, sous l'impulsion de Louis Ier, une ville d'art où les architectes Klenze et Gaertner multiplient les édifices de style néo-grec. Pays d'économie surtout agricole, la Bavière profite de l'adhésion au Zollverein (traités de 1829 et 1833) ; elle voit se construire le premier chemin de fer allemand, joignant Furth à Nuremberg en 1835.

La crise révolutionnaire n'épargne pas plus la Bavière que les autres États allemands : abdication de Louis Ier en 1848 (pour des raisons qui tiennent moins à la politique qu'à la vie privée du souverain), insurrection du Palatinat en mai 1849, écrasée par les troupes prussiennes. En 1849-1850, la Bavière, avec les autres États moyens, rejette le plan prussien d'une Allemagne dont serait exclue l'Autriche, et se range aux côtés de celle-ci. Pourtant, une fois restaurée la Confédération telle qu'elle était avant la Révolution (1851), la Bavière – dont la politique est dirigée par le ministre von der Pfordten – se satisfait de la rivalité austro-prussienne, l'équilibre qui en résulte semblant garantir l'indépendance des États moyens. Et, comme elle a refusé en 1850 de construire une Allemagne sans l'Autriche, elle refuse en 1863 d'appliquer sans la Prusse le plan autrichien de réforme du Bund adopté par la conférence de Francfort.

Mais lorsque la tension entre les deux grandes puissances allemandes s'accroît au printemps de 1866, c'est aux côtés de l'Autriche que la Bavière se range. Le 14 juin, elle vote l'exécution fédérale contre la Prusse. Battues à Kissingen le 4 juillet, ses troupes résistent encore le 26 juillet, deux jours avant la signature d'un armistice. Bismarck ménage la Bavière, ne lui impose que des cessions de territoires minimes, et conclut avec elle un traité d'alliance secret (22 août 1866).

La Bavière indépendante (1866-1870)

Par crainte d'un conflit avec la France, Bismarck a dû renoncer à inclure dans la nouvelle Confédération les quatre États au sud du Main, dont la Bavière. Celle-ci fait toujours partie du Zollverein, réorganisé le 8 juillet 1867, [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Médias de l’article

Amalienburg

Amalienburg
Crédits : John Bethell/ Bridgeman Images

photographie

Défilé nazi, 1933

Défilé nazi, 1933
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : maître assistant à la faculté des lettres et sciences humaines de Rouen

Classification

Voir aussi

Les derniers événements

4 décembre 2017 Allemagne. Retrait de Horst Seehofer de la direction de la CSU.

Contesté au sein de sa formation, le président de l’Union chrétienne-sociale (CSU) Horst Seehofer annonce qu’il ne briguera pas de nouveau mandat à la tête de la Bavière lors des élections régionales prévues en 2018. Il désigne à sa succession son ministre des Finances Markus Söder, membre de l’aile dure de la CSU, à qui il prévoit de céder son poste de ministre-président de Bavière au cours du premier trimestre de 2018. […] Lire la suite

25 août 2002 Allemagne. Premier duel électoral télévisé

Par ailleurs, le ministre-président de Bavière dénonce le bilan de Gerhard Schröder, l'accusant notamment de n'avoir pas tenu ses promesses en matière de lutte contre le chômage. Le nombre des chômeurs est repassé au-dessus de la barre des 4 millions en juillet, soit à peine moins que son niveau de septembre 1998, alors que Gerhard Schröder s'était engagé à le réduire sensiblement. […] Lire la suite

1er-31 octobre 1989 République démocratique allemande. Remplacement d'Erich Honecker par Egon Krenz

à Prague et à Varsovie arrivent, à bord de sept « trains de la liberté » est-allemands, en Bavière. Ils ont été autorisés à émigrer après un accord conclu à New York, en marge de l'Assemblée générale de l'O.N.U., entre les deux Allemagnes. Mais, déjà, de nouveaux transfuges les remplacent dans les jardins de l'ambassade de R.F.A. à Prague. Le 2, à Leipzig, plus d'une dizaine de milliers de manifestants défilent dans les rues en réclamant des réformes, à la sortie du service religieux protestant célébré à l'église Saint-Nicolas qui fait de plus en plus figure de quartier général de l'opposition au régime de Erich Honecker. […] Lire la suite

25 janvier 1987 République fédérale d'Allemagne. Majorité absolue pour la coalition dirigée par le chancelier Helmut Kohl

obtient le plus mauvais résultat de son histoire : 44,3 p. 100 des voix (− 4,5 p. 100 par rapport à mars 1983) et 223 sièges (− 21). Sa composante bavaroise, la C.S.U., dirigée par Franz-Josef Strauss, passe même en Bavière de 59,5 p. 100 à 53,2 p. 100 (− 6,3 p. 100), ce qui semble traduire une méfiance de l'électorat devant les risques de dérive droitière du parti. […] Lire la suite

2-30 mai 1986 U.R.S.S. Suites de l'accident de Tchernobyl

Les 18 et 19, sur le chantier du centre de retraitement nucléaire de Wackersdorf en Bavière (R.F.A.), de violents affrontements opposent écologistes et policiers : ils font près de quatre cents blessés en deux jours. Le 29, le docteur Robert Gale, spécialiste américain des greffes de moelle osseuse, qui soigne à Moscou les malades les plus atteints, annonce que vingt-trois personnes sont mortes et que quatorze autres sont toujours dans un état critique. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Michel EUDE, « BAVIÈRE (histoire) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/baviere-histoire/