JEAN BAUDRILLARD (Cahier de l'Herne)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le Cahier de l'Herne, dirigé par François l'Yvonnet, qui a été consacré en 2005 à Jean Baudrillard, brosse le portrait paradoxal d'une œuvre et d'un homme qui revendiquent, sur fond de désenchantement, une irréductible singularité. Sa pensée – « géniale et dingue », selon les mots d'Edgar Morin – n'aura cessé de travailler (sur) les limites de la modernité. Les changements d'époque ne vont jamais sans mal, ni sans mystifications diverses (interprétations rétrospectives, anticipations frauduleuses). Être attentif aux « événements » exige une écoute créative aux « bruits du temps ». En fidèle disciple de Nietzsche, le philosophe-sociologue doit se faire « médecin de la civilisation » et savoir ausculter les symptômes, anéantir les fausses interprétations, anticiper les possibles ouvertures même si « nous n'aspirons plus à rien [et que] c'est nous qui sommes aspirés par le vide ».

Jean Baudrillard

Jean Baudrillard

Photographie

Jean Baudrillard déploie une analyse caustique du passage de la société de consommation à celle du monde virtuel. 

Crédits : Thomas Koch/ Shutterstock.com

Afficher

Né en 1929, Jean Baudrillard, tel un sismographe, a enregistré, pendant plus de quatre décennies, les moindres soubresauts d'une planète mal en point. S'il y avait un penseur polygraphe duquel il serait possible de le rapprocher, ce serait certainement Lichtenberg (1742-1799) qu'en bon germaniste et humoriste mélancolique il aime à citer. Goût du paradoxe poussé aux extrêmes, esprit enjoué, curiosité insatiable, sens de la formule, désir effréné de lucidité, profondeur de moraliste désabusé les caractérisent tous deux. « Ceux qui vont droit devant eux ne sauront jamais d'où ils viennent », dit un aphorisme de Cool Memories V (2005).

Jean Baudrillard n'est pas de ceux qui vont « tout droit ». Les « lignes d'erre » ont sa préférence, tant il faut avoir le sens de « la réversibilité, du défi, de la séduction » afin de pouvoir mettre à nu les structures fascinées de nos sociétés sans altérité. Nul mieux que lui ne sait pointer du doigt les ruptures radicales et les disparitions imperceptibles par le moyen des instruments traditionnels de la critique. La « fin de l'histoire », dont Francis Fukuyama s'était fa [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages






Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Francis WYBRANDS, « JEAN BAUDRILLARD (Cahier de l'Herne) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 31 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-baudrillard/