LEFEBVRE HENRI (1901-1991)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Associé dès les années vingt à la revue Philosophies, à laquelle contribuèrent N. Guterman, P. Morhangue, G. Politzer et G. Friedmann, Henri Lefebvre s'efforce d'organiser le foisonnement d'idées de ce groupe de jeunes philosophes qui essayaient de se frayer un chemin entre le rationalisme académique d'Alain et de Brunschvicg, d'une part, l'intuitionnisme de Bergson, d'autre part. Publié dans cette revue, l'article « Fragments d'une philosophie de la conscience » (1924) préfigure les thèmes principaux de la pensée de Lefebvre : le rapport entre la pensée conceptuelle et l'action, une analyse des opérations de la langue et de la pensée, les rapports ambigus entre les moments (le jeu et l'art, la fête et le quotidien, la jouissance et la répression, la vie et la mort), le concept du possible, le thème de l'Autre qui anticipe la théorie de l'aliénation. Malgré les divergences et les conflits, les relations de Lefebvre et de ses amis avec les surréalistes (Tzara, Eluard, Breton) feront place à un dialogue fécond développé en particulier à propos de l'idée de la révolution et de la critique du quotidien. La revue Esprit, qui succède à Philosophies, développe la question de la nature et celle du lien entre le corps et la conscience. De la lecture comparée de Spinoza et de Schelling jaillit, toujours dans la revue, un autre thème majeur de la pensée de Lefebvre : la dialectique du conçu et du vécu.

La tension angoissante entre la négation absolue de la réalité existante et l'aspiration à un monde nouveau poussera Lefebvre, et ses amis philosophes et poètes, à rechercher des formes efficaces d'intervention dans la réalité. Adhérant au marxisme et au P.C.F., ils crurent devoir rejeter leurs idées « bourgeoises ». Lefebvre, cependant, tout en acceptant la base de l'interprétation officielle de la pensée de Marx, insistera sur le côté humaniste de l'œuvre de Marx : le problème de l'aliénation, l'idée de l'homme total, le problème de la liberté et de la théorie du dépérissement de l'État. Dans cette lignée s'inscrivent avant tout Le Matérialisme dialectique (1939) et La Conscience mystifiée (1936), qui lui vaudront d'être critiqué aussi bien par les communistes que par les nazis. Le même sort, d'ailleurs, sera réservé à ses recherches sur la « pensée poétique » de Nietzsche. Le Nationalisme contre les nations (1937) et surtout Hitler au pouvoir, bilan de cinq années de fascisme en Allemagne (1938) témoignent de l'engagement de Lefebvre. Son aspiration à intervenir dans une réalité menacée par la montée du fascisme prendra la forme d'une participation active à la Résistance.

L'activité philosophique et sociologique de Lefebvre, après la Libération, sera marquée par un élargissement et un approfondissement progressif de sa pensée, dont l'axe sera le projet d'une conception métaphilosophique. Au lieu de s'attarder à une restructuration du matérialisme dialectique comme Weltanschauung (vision du monde), Lefebvre met en question la philosophie elle-même. La critique des limites essentielles des formes traditionnelles de la pensée n'implique pas l'abolition positiviste et scientiste de la philosophie, mais vise à l'élaboration d'une pensée plus riche et plus complexe, qui, dépassant les bornes disciplinaires, intégrerait des connaissances prises dans divers domaines (sociologie, psychologie, histoire, linguistique, économie, etc.). La pensée métaphilosophique ne veut pas être « discours sur le discours », enfermé sur soi dans sa cohérence totale, mais une « pensée-action », ouverte à des recherches sur les aspects nouveaux du monde contemporain (le quotidien, le rural, l'urbain, le mondial, etc.). Une des sources principales de son inspiration métaphilosophique provient de la pensée poétique de Nietzsche, qui éclaire notamment la genèse des nouveaux rapports entre le corps et la conscience, entre le conçu et le vécu, entre la pensée conceptuelle et l'imagination. Cette inspiration s'appuie sur la confrontation de l'œuvre de Nietzsche avec celle de Hegel et de Marx (La Métaphilosophie, 1965 ; Hegel, Marx, Nietzsche, 1975).

De longues années de recherches théoriques et empiriques, jalonnées par l [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

Classification

Autres références

«  LEFEBVRE HENRI (1901-1991)  » est également traité dans :

ANTHROPOLOGIE URBAINE

  • Écrit par 
  • Thierry BOISSIÈRE
  •  • 4 896 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L’anthropologie urbaine en France : une reconnaissance tardive »  : […] En France, l’anthropologie urbaine ne se constitue comme discipline universitaire qu’au début des années 1980. Quelques chercheurs ont travaillé auparavant sur le phénomène urbain, mais leurs démarches, plus sociologiques qu’anthropologiques, sont restées relativement isolées. Ainsi Maurice Halbwachs, un sociologue proche de Durkheim et travaillant notamment sur Paris et la condition ouvrière, fu […] Lire la suite

BAUDRILLARD JEAN (1929-2007)

  • Écrit par 
  • Jean-Claude BUSSIÈRE
  •  • 1 041 mots
  •  • 1 média

Sociologue et philosophe, Jean Baudrillard est né le 20 juillet 1929 à Reims dans une famille d'origine paysanne. Fils unique et studieux, il est remarqué par ses instituteurs, qui soutiennent son dossier de bourse. Il intègre le lycée Henri-IV, à Paris, où il prépare le concours d'entrée à l'École normale supérieure, qu'il interrompt pour devenir ouvrier. Cette expérience terminée, il achève ses […] Lire la suite

SITUATIONNISTES

  • Écrit par 
  • Rémi HEISS
  •  • 1 007 mots

Revue qui a marqué profondément les années 1960, l' Internationale situationniste a eu douze numéros entre 1958 et 1969 (repris en volume, Champ libre, 1975) et a influé, par ses critiques idéologiques, sociales et politiques, sur le mouvement de mai 1968. Le principal animateur du groupe situationniste fut Guy Debord (1931-1994), qui découvrit dans les années 1950 la pensée du philosophe marxist […] Lire la suite

Pour citer l’article

Muhamedin KULLASHI, « LEFEBVRE HENRI - (1901-1991) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 février 2023. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/henri-lefebvre/