BARYTINE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Sulfate de baryum (BaSO4) cristallisé dans le système orthorhombique. Les cristaux s'assemblent fréquemment en masses lamellaires, par suite du développement de la face (001) ; les cristaux prismatiques sont beaucoup plus rares. Le plus souvent, ce sont des amas granulaires, cryptocristallins. On connaît également des concrétions sphériques et ellipsoïdales à structure fibroradiée ou à structure zonée.

Les cristaux sont quelquefois incolores et transparents, mais généralement la barytine est colorée par des impuretés en jaune, brun ou rouge.

Le clivage est parfait suivant (001), moyen suivant (210) et imparfait suivant (010). Ayant la masse volumique la plus élevée de tous les sulfates courants, elle possède une dureté de 3 à 3,5.

La barytine constitue avec la célestine une série isomorphe, le strontium pouvant se substituer au baryum en toutes proportions. D'autres éléments, dont le calcium et le plomb, peuvent également se substituer au baryum, mais seulement dans des proportions faibles. Elle est insoluble dans l'acide chlorhydrique, même à chaud, soluble dans l'acide sulfurique concentré.

La barytine est le minéral de baryum le plus courant de la nature. Elle est fréquente comme minéral de gangue dans les gîtes hydrothermaux, notamment les gîtes formés à moyenne ou basse température, où elle est associée à la fluorine, la calcite, la dolomie ou le quartz (gisements de Koutaïssi, Bolnissi en république de Géorgie, district de la Limagne en France). Elle est également répandue dans les calcaires et autres roches sédimentaires en veines et lentilles, en remplissage de cavités ou sous formes concrétionnées et noduleuses, comme les « roses de barytine ».

—  Yannick LOZAC'H

Écrit par :

Classification


Autres références

«  BARYTINE  » est également traité dans :

BARYUM

  • Écrit par 
  • Bernard CARTON
  •  • 331 mots

Du grec barus , lourd Symbole chimique : Ba Numéro atomique : 56 Masse atomique : 137,34 g Point de fusion : 725  0 C Point d'ébullition : 1 640  0 C Densité (à 20 0 C) : 3,5. Deuxième membre de la famille des alcalinoterreux (après le calcium), dont C. W. Scheele découvrit la base (baryte) dans la pyr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/baryum/#i_40275

MINÉRALOGIE

  • Écrit par 
  • Claude GUILLEMIN
  •  • 12 132 mots
  •  • 23 médias

Dans le chapitre « Sulfates, chromates, molybdates, tungstates »  : […] Les sulfates (près de 300 espèces ; cf.  sulfates naturels ) peuvent être anhydres, comme la barytine BaSO 4 , l' anhydrite CaSO 4 , l' anglésite PbSO 4 , la célestine (ou célestite ) SrSO 4 , souvent d'origine hydrothermale ; plus fréquemment hydratés, comme le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mineralogie/#i_40275

SULFATES NATURELS

  • Écrit par 
  • André JAUZEIN
  •  • 2 043 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Sulfates d'origine hydrothermale ou sédimentaire »  : […] Les sulfates d'origine hydrothermale ou sédimentaire sont essentiellement la barytine BaSO 4 et la célestite SrSO 4 . Ces deux minéraux sont les principales sources de baryum et de strontium. Ils cristallisent tous deux dans le système orthorhombique (groupe P nma ). Comme ils ont (ainsi que l'anglésite) la même structure , il ex […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sulfates-naturels/#i_40275

Pour citer l’article

Yannick LOZAC'H, « BARYTINE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/barytine/