AYYŪBIDES (XIIe-XIIIe s.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Famille princière dont les membres régnèrent sur l'Égypte, la Syrie, la Mésopotamie et le Yémen, les Ayyūbides tirent leur dénomination du Kurde Ayyub, père du monarque connu en Europe sous l'appellation de Saladin, calquée sur son surnom arabe Salah al-din. Ce dernier avait installé le nouveau régime en Égypte, sans bruit, ordonnant de substituer dans le prône le nom du pontife sunnite de Bagdad à celui du calife fatimide. Celui-ci mourait trois jours plus tard, le 13 septembre 1171, sans avoir peut-être connu sa déchéance. La révolution s'était déroulée dans le calme.

1100 à 1200. Croisades et Khwarazm

Vidéo : 1100 à 1200. Croisades et Khwarazm

Croisades. Les shahs du Khwarazm supplantent les Seldjoukides. Apogée anasazi en Amérique du Nord.Malgré ses rivalités internes, opposant notamment les rois capétiens à l'État anglo-angevin des Plantagenets, l'Occident chrétien s'étend en Méditerranée.Les Almohades, qui ont remplacé... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Saladin (1137-1193)

Saladin Ier fut bien le fondateur de la dynastie des Ayyūbides, car, peu après avoir pris le pouvoir en 1171, il mit au point la répartition des principautés et en désigna les premiers titulaires. Ce choix créa des frictions, et, pendant près d'un siècle, les principautés furent loin de vivre en bonne entente. Une difficulté est inhérente au point de départ et à la personnalité de Saladin : le monarque, installé au Caire, prétend faire figure de suzerain vis-à-vis des princes syriens qui, eux, s'efforcent d'accentuer leur autonomie. D'ailleurs Saladin ne plaisantait pas avec ses parents, qu'il faisait valser de région en région selon les fluctuations de sa confiance en eux.

Deux de ces principautés émergent quelque peu de l'histoire. La création du petit royaume du Yémen n'est pas dépourvue d'ambiguïté : on peut penser que c'est un premier jalon d'une politique panislamique de Saladin, qui s'assura ainsi le contrôle des Lieux saints de l'islam sans l'inconvénient de la résidence au Hedjaz, trop turbulent. La principauté de Haute-Mésopotamie, avec sa capitale à Hiṣn Kayfa, aura le triste privilège de fournir à l'Égypte son dernier sultan, Tūrānshāh : le maintien invraisemblable de cette seigneurie jusqu'au début du xvie siècle montre bien que son territoire se situait hors de la zone des grands conflits.

La puissance ayyūbide, par l'intermédiaire du prince zenguide d'Alep Nūr al-din, se rattache au mouvement de rénovation sunnite implanté en Mésopotamie par les Saldjūkides. Son originalité va se manifester d'une double façon : dans le domaine religieux, par la suppression radicale du shī‘isme au moyen des madrasa, collèges d'État, qui vont dès lors pulluler en Égypte et dans les grandes villes syriennes ; dans le domaine militaire, par la mise en œuvre de toutes les ressources en vue de la lutte contre les croisés.

La disparition du chef de la famille, en 1193, laissa voir à nu l'ambition jalouse des petits princes qui vont passer leur temps à faire et défaire des alliances, à guetter les faiblesses de leurs émules et adversaires. En Syrie, énumérons : la principauté éphémère de Baalbek ; les principautés de Homs (Ḥimṣ), de Banyas, de Karak qui disparaîtront avec les premiers Mamlouks ; celles de Damas et d'Alep, qui finirent par être réunies sur la même tête et tiendront jusqu'en 1260 ; celle de Ḥamā, que les Mamlouks laisseront vivre jusqu'en 1341.

La grande affaire des Ayyūbides, c'est le voisinage des croisés, et c'est souvent sur ce point précis que l'on est amené à porter des jugements sévères sur leurs dissensions. On ne relatera pas ici les campagnes victorieuses de Saladin, qui aboutissent à la conquête de Jérusalem. Mais il convient d'insister sur la dérobade des princes syriens lors de la croisade de Philippe Auguste : si Acre fut reprise par les Francs, on le doit en grande partie à l'abandon des troupes syriennes ramenées dans leurs domaines respectifs.

Mais ces jalousies mesquines éclatèrent surtout après la mort de Saladin, dont le prestige personnel n'avait donc pas toujours suffi à maintenir le calme. Les intrigues furent permanentes et constituèrent la faiblesse irrémédiable de la famille ; elles ne cesseront qu'à la chute de la branche qui règne au Caire. Au fond, les querelles de ces roitelets sont très monotones : simplement on se met à deux contre un et l'isolé se préoccupe, souvent avec succès, de dissoudre la coalition d'en face ; puis l'on recommence. Du point de vue islamique, c'est lamentable, car les croisés occupent en force le littoral palestinien et deux sièges de Damiette montrent qu'ils continuent à présenter un grave danger. La titulature officielle des divers princes en fait des égaux, car si Saladin ne porta jamais le titre de sultan, ce titre est dévolu, sans aucune exception et sans distinction de préséance, à tous les princes ayyūbides.

Ainsi l'histoire des Ayyūbides n'est qu'un récit tourmenté des intrigues des divers membres de la famille, chacun d'eux ayant une ambition territoriale égale à celle du voisin, tous les princes syriens, ou presque tous, ayant convoité la possession de Damas. La capitale de la Syrie, enjeu des luttes qui se dérouleront pendant plus de soixante ans, va devenir le centre de la politique égyptienne, syrienne et mésopotamienne.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : membre de l'Institut, professeur honoraire au Collège de France

Classification

Autres références

«  AYYUBIDES ( XII e -XIII e s.)  » est également traité dans :

AFRIQUE (Histoire) - De l'entrée dans l'histoire à la période contemporaine

  • Écrit par 
  • Hubert DESCHAMPS, 
  • Jean DEVISSE, 
  • Henri MÉDARD
  •  • 9 666 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « L'Afrique septentrionale »  : […] Après la mort du Prophète, les Arabes, maîtres du Proche-Orient, envahissent l'Égypte en 640, puis la Cyrénaïque d'où ils lancent des reconnaissances jusqu'aux abords du lac Tchad. En 670, ils fondent Kairouan, dans l'ancienne province d'Africa, alors dénommée Ifriqiya. Ayant vaincu les résistances berbères les plus dures, en 711, les Arabes passent en Espagne. En Ifriqiya, point d'appui fort des […] Lire la suite

CAIRE LE

  • Écrit par 
  • Éric DENIS, 
  • Gaston WIET
  •  • 5 841 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Construction de la Citadelle »  : […] L'avènement de la dynastie ayyoubide (1171), et particulièrement de son fondateur Saladin, constitue une révolution pour l'univers musulman d'Orient, pour l'Égypte et aussi pour Le Caire. Mettant fin à la puissance schismatique des Fatimides, Saladin s'assura d'une place forte où il pût établir sa résidence ; il fit choix d'un contrefort de la colline qui domine Le Caire à l'est, le Moqattam, pou […] Lire la suite

DAMAS

  • Écrit par 
  • Nikita ELISSÉEFF, 
  • Éric VERDEIL
  •  • 3 392 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les époques zankide et ayyūbide »  : […] De l'avènement des Abbāsides en Iraq en 750 à la prise du pouvoir par les Būrides à Damas en 1104, ce fut le règne de l'anarchie. À l'époque des croisades, Damas joue un grand rôle et, avec Nūr al-Dīn puis Saladin, elle apparaît comme la capitale de la réaction sunnite face aux Francs et aux hérésies musulmanes. Nūr al-Dīn remanie l'enceinte, renforce les portes, notamment Bāb Saghīr et Bāb al-Djā […] Lire la suite

ÉGYPTE - L'Égypte arabe

  • Écrit par 
  • Gaston WIET
  •  • 8 896 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Saladin et l'apogée des Ayyoubides »  : […] La puissance ayyoubide était née, et son originalité se fit sentir dans tous les domaines : militaire, par la mise en œuvre de toutes les ressources pour chasser les croisés de Syrie ; religieux, par la suppression du shi‘isme et l'institution d'un enseignement unifié à l'aide de la madrasa  ; artistique, par la forme plus austère de l'architecture et une décoration plus proche de la géométrie, sa […] Lire la suite

ISLAM (La civilisation islamique) - L'art et l'architecture

  • Écrit par 
  • Marianne BARRUCAND
  •  • 16 022 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « L'art des Mamlouks (1250-1517) »  : […] La basse extraction des sultans mamlouks – d'origine servile (Turcs d'Asie centrale au xiii e  siècle, Caucasiens au milieu du xiv e ), ils seront toujours contestés – amena ceux-ci à une politique d'auto-affirmation, et l'architecture devint un moyen de légitimation du pouvoir. Le Caire s'agrandit et se couvrit de monuments de prestige – mosquées, médersas, mausolées, hôpitaux, palais, terrains […] Lire la suite

KHĀN ou CARAVANSÉRAIL

  • Écrit par 
  • Nikita ELISSÉEFF
  •  • 771 mots
  •  • 1 média

Le khān ou caravansérail est une institution en relation avec l'organisation commerciale dans les pays islamiques. On en connaît fort mal l'évolution, car les khāns sont situés bien souvent loin des routes actuelles. Le khān naquit du besoin de se protéger contre le pillage dans des régions où nomades et montagnards faisaient régner l'insécurité. Distants en général d'une journée de marche, les kh […] Lire la suite

SALADIN (1137-1193)

  • Écrit par 
  • Claude CAHEN
  •  • 1 569 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les débuts de la reconquête »  : […] Au xii e  siècle, ce qui restait de Syrie musulmane était aux mains de princes turcs, dont le plus important, Nūr ed-dīn (1146-1174), avait clairement défini et propagé le programme de la reconquête  : réunification politique pour se donner les moyens de la guerre sainte favorisée par la propagande rendant impopulaires les princes refusant de s'y engager ; lutte, dans le même esprit de réunificat […] Lire la suite

SULTANAT MAMELOUK

  • Écrit par 
  • Pascal BURESI
  •  • 206 mots
  •  • 1 média

Les Mamelouks héritent de la principauté syro-égyptienne mise en place par Saladin en 1171 et dirigée par les Ayyoubides jusqu'en 1250. À cette date, ces esclaves militaires, qui constituent le régiment enrôlé au Caire par le dernier prince ayyoubide, se révoltent contre leurs maîtres. En 1260, l'un des chefs mamelouks, Baybars, après avoir participé à la victoire de ‘Ayn Djalūt contre les Mongol […] Lire la suite

SULTANAT MAMELOUK - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Pascal BURESI
  •  • 313 mots

1171 Fondation de la principauté syro-égyptienne par Saladin. Début du règne des princes ayyoubides. 1250 Révolte du régiment de mamelouks « bahrites » du prince ayyoubide al-Sālih Ayyūb contre le fils de celui-ci qui vient de lui succéder et veut les écarter. 1260 Victoire mamelouke d'‘Ayn Djālūt sur les Mongols. Baybars, un officier mamelouk, assassine le prince Kutūz et prend sa place. 1277 […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Gaston WIET, « AYYŪBIDES (XIIe-XIIIe s.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/ayyubides/