Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

AYYŪBIDES (XIIe-XIIIe s.)

  • Article mis en ligne le
  • Modifié le
  • Écrit par
1100 à 1200. Croisades et Khwarazm - crédits : Encyclopædia Universalis France

1100 à 1200. Croisades et Khwarazm

Famille princière dont les membres régnèrent sur l' Égypte, la Syrie, la Mésopotamie et le Yémen, les Ayyūbides tirent leur dénomination du Kurde Ayyub, père du monarque connu en Europe sous l'appellation de Saladin, calquée sur son surnom arabe Salah al-din. Ce dernier avait installé le nouveau régime en Égypte, sans bruit, ordonnant de substituer dans le prône le nom du pontife sunnite de Bagdad à celui du calife fatimide. Celui-ci mourait trois jours plus tard, le 13 septembre 1171, sans avoir peut-être connu sa déchéance. La révolution s'était déroulée dans le calme.

Saladin (1137-1193)

Saladin Ier fut bien le fondateur de la dynastie des Ayyūbides, car, peu après avoir pris le pouvoir en 1171, il mit au point la répartition des principautés et en désigna les premiers titulaires. Ce choix créa des frictions, et, pendant près d'un siècle, les principautés furent loin de vivre en bonne entente. Une difficulté est inhérente au point de départ et à la personnalité de Saladin : le monarque, installé au Caire, prétend faire figure de suzerain vis-à-vis des princes syriens qui, eux, s'efforcent d'accentuer leur autonomie. D'ailleurs Saladin ne plaisantait pas avec ses parents, qu'il faisait valser de région en région selon les fluctuations de sa confiance en eux.

Deux de ces principautés émergent quelque peu de l'histoire. La création du petit royaume du Yémen n'est pas dépourvue d'ambiguïté : on peut penser que c'est un premier jalon d'une politique panislamique de Saladin, qui s'assura ainsi le contrôle des Lieux saints de l' islam sans l'inconvénient de la résidence au Hedjaz, trop turbulent. La principauté de Haute-Mésopotamie, avec sa capitale à Hiṣn Kayfa, aura le triste privilège de fournir à l'Égypte son dernier sultan, Tūrānshāh : le maintien invraisemblable de cette seigneurie jusqu'au début du xvie siècle montre bien que son territoire se situait hors de la zone des grands conflits.

La puissance ayyūbide, par l'intermédiaire du prince zenguide d'Alep Nūr al-din, se rattache au mouvement de rénovation sunnite implanté en Mésopotamie par les Saldjūkides. Son originalité va se manifester d'une double façon : dans le domaine religieux, par la suppression radicale du shī‘isme au moyen des madrasa, collèges d'État, qui vont dès lors pulluler en Égypte et dans les grandes villes syriennes ; dans le domaine militaire, par la mise en œuvre de toutes les ressources en vue de la lutte contre les croisés.

La disparition du chef de la famille, en 1193, laissa voir à nu l'ambition jalouse des petits princes qui vont passer leur temps à faire et défaire des alliances, à guetter les faiblesses de leurs émules et adversaires. En Syrie, énumérons : la principauté éphémère de Baalbek ; les principautés de Homs (Ḥimṣ), de Banyas, de Karak qui disparaîtront avec les premiers Mamlouks ; celles de Damas et d'Alep, qui finirent par être réunies sur la même tête et tiendront jusqu'en 1260 ; celle de Ḥamā, que les Mamlouks laisseront vivre jusqu'en 1341.

La grande affaire des Ayyūbides, c'est le voisinage des croisés, et c'est souvent sur ce point précis que l'on est amené à porter des jugements sévères sur leurs dissensions. On ne relatera pas ici les campagnes victorieuses de Saladin, qui aboutissent à la conquête de Jérusalem. Mais il convient d'insister sur la dérobade des princes syriens lors de la croisade de Philippe Auguste : si Acre fut reprise par les Francs, on le doit en grande partie à l'abandon des troupes syriennes ramenées dans leurs domaines respectifs.

Mais ces jalousies mesquines éclatèrent surtout après la mort de Saladin, dont le prestige personnel n'avait donc pas toujours suffi à maintenir le calme. Les intrigues furent permanentes et constituèrent[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : membre de l'Institut, professeur honoraire au Collège de France

Classification

Pour citer cet article

Gaston WIET. AYYŪBIDES (XIIe-XIIIe s.) [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Média

1100 à 1200. Croisades et Khwarazm - crédits : Encyclopædia Universalis France

1100 à 1200. Croisades et Khwarazm

Autres références

  • AFRIQUE (Histoire) - De l'entrée dans l'histoire à la période contemporaine

    • Écrit par , et
    • 9 654 mots
    • 6 médias
    ...le Sud. Pendant ce temps, depuis la fin du xie siècle, les Fatimides ont été remplacés en Égypte par une famille d'obédience sunnite, les Ayyubides, qui conduisent une contre-offensive victorieuse contre les États francs de Syrie-Palestine. Toute l'Afrique septentrionale musulmane s'affaiblit...
  • CAIRE LE

    • Écrit par et
    • 5 853 mots
    • 7 médias
    L'avènement de la dynastie ayyoubide (1171), et particulièrement de son fondateur Saladin, constitue une révolution pour l'univers musulman d'Orient, pour l'Égypte et aussi pour Le Caire. Mettant fin à la puissance schismatique des Fatimides, Saladin s'assura d'une place forte où il pût établir sa...
  • DAMAS

    • Écrit par et
    • 3 384 mots
    • 5 médias
    Sous les Ayyūbides, successeurs de Saladin, Damas est un centre très actif qui rivalise avec Le Caire. En 1206, un frère de Saladin, al-Malik al-‘Ādil, remanie profondément la citadelle qui, de toutes les forteresses médiévales arabes de Syrie, reste la mieux conservée. Ses treize énormes tours crénelées...
  • ÉGYPTE - L'Égypte arabe

    • Écrit par
    • 8 924 mots
    • 2 médias
    La puissance ayyoubide était née, et son originalité se fit sentir dans tous les domaines : militaire, par la mise en œuvre de toutes les ressources pour chasser les croisés de Syrie ; religieux, par la suppression du shi‘isme et l'institution d'un enseignement unifié à l'aide de la ...
  • Afficher les 9 références