LIEUX SAINTS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Appellation générique des lieux où l'Écriture et la Tradition situent les scènes essentielles de la vie et de la passion du Christ. La piété des fidèles se porta dès le IIe siècle vers ces lieux — Jérusalem, Bethléem, un peu plus tard Nazareth —, et c'est en vain que l'empereur Hadrien tenta de détourner les pèlerins de la grotte de Bethléem. La plupart de ces lieux furent aménagés en édifices de culte au temps de Constantin, parfois grâce au remploi d'édifices juifs antérieurs au Christ ; à la même époque, des fouilles permirent de découvrir des lieux saints ignorés des premiers siècles, comme le tombeau du Christ. On construisit la basilique de la Nativité à Bethléem, et, à Jérusalem, celle du Saint-Sépulcre (reconstruite au xie siècle), celle d'Eleona ou du mont des Oliviers et celle de Sainte-Sion ou du Cénacle, également considérée comme bâtie sur la maison où saint Jean aurait recueilli la Vierge. Les basiliques de l'Ascension (dont on s'inspira plus tard pour la mosquée d'Omar) et de Gethsémani furent édifiées au cours du ive siècle. Quelques autres suivirent au ve siècle, comme Saint-Étienne, Sainte-Sophie (encore appelée le « prétoire de Pilate »), la piscine de Siloé ou le tombeau de la Vierge. Justinien embellit au vie siècle nombre d'églises et fit élever à Jérusalem Sainte-Marie-la-Neuve.

Église du Saint-Sépulcre, Jérusalem

Église du Saint-Sépulcre, Jérusalem

photographie

Église du Saint-Sépulcre. 335 après J.-C. Jérusalem, Israël 

Crédits : Insight Guides

Afficher

La plupart de ces églises combinaient les deux partis architecturaux de la basilique classique à nefs, lieu de réunion, et du martyrium sur plan central, lieu de vénération, commémorant précisément le lieu auquel s'attachait le souvenir historique. Nombre d'églises tombèrent en ruines en 614 à la suite de l'invasion perse et, à partir de 638, du fait du défaut d'entretien sous la domination arabe, voire du remploi de certaines d'entre elles comme mosquées. Seule, la basilique du Saint-Sépulcre demeurait en état au xie siècle, au cœur d'un quartier chrétien qui occupait le nord-ouest de la ville de Jérusalem. La domination franque vit, au xiie siècle, leur restauration ou leur reconstruction. On joignit alors aux églises des édifices utilitaires, notamment des hôpitaux destinés aux pèlerins. L'armée de Saladin détruisit à peu près tout lors de la campagne décisive de 1187.

—  Jean FAVIER

Écrit par :

  • : membre de l'Institut, directeur général des Archives de France

Classification


Autres références

«  LIEUX SAINTS  » est également traité dans :

AYYŪBIDES (XIIe-XIIIe s.)

  • Écrit par 
  • Gaston WIET
  •  • 1 581 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Saladin (1137-1193) »  : […] Saladin I er fut bien le fondateur de la dynastie des Ayyūbides, car, peu après avoir pris le pouvoir en 1171, il mit au point la répartition des principautés et en désigna les premiers titulaires. Ce choix créa des frictions, et, pendant près d'un siècle, les principautés furent loin de vivre en bonne entente. Une difficulté est inhérente au point de départ et à la perso […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ayyubides/#i_19785

CROISADES

  • Écrit par 
  • Jean RICHARD
  • , Universalis
  •  • 8 148 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les origines de l'idée de croisade »  : […] Il est possible que les circonstances économiques (on a parlé de la surpopulation de l'Occident), politiques ou psychologiques aient contribué au déclenchement des croisades. Mais, depuis le ix e  siècle, la défense des chrétiens menacés par les infidèles était considérée comme une œuvre salutaire : le pape Jean VIII avait accordé l'absolution aux […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/croisades/#i_19785

HÉBRON

  • Écrit par 
  • Jean-Marc PROST-TOURNIER
  •  • 136 mots
  •  • 1 média

Ville de Cisjordanie, dans le sud de la Judée, Hébron est célèbre par les tombes d'Abraham et de Sarah, d'Isaac et de Rébecca, de Léa et de Jacob. Son nom arabe, al-Khalīl, signifie « l'Ami », qualificatif d'Abraham. David y fut sacré roi. Lieu saint pour les israélites, les chrétiens et les musulmans, le Haram al-Khalīl (tombeau d'Abraham) est l'objet de nombreuses querelles. Ses petites maisons […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hebron/#i_19785

ISLAM (La religion musulmane) - Pratiques et rituels

  • Écrit par 
  • Toufic FAHD
  •  • 8 534 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La notion de « lieu saint » »  : […] Il est des lieux et des temps où la prière est mieux entendue et plus méritoire : ce sont les lieux saints et les temps des fêtes. Comme pour la pensée sémitique antique, le « lieu saint » en islam comprend les éléments suivants : il est d'abord le « nombril de la terre » ( ̣surrat al-aṛd ), dans le sens de « milieu de la terre » ( tābūr ha-eretz , comm […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/islam-la-religion-musulmane-pratiques-et-rituels/#i_19785

ISRAËL

  • Écrit par 
  • Marcel BAZIN, 
  • Claude KLEIN, 
  • François LAFON, 
  • Lily PERLEMUTER, 
  • Ariel SCHWEITZER
  • , Universalis
  •  • 26 707 mots
  •  • 40 médias

Dans le chapitre « L'organisation régionale »  : […] Malgré sa petite dimension, l'espace israélien peut être lu suivant le modèle centre-périphérie : un centre urbain bicéphale exerce une attraction d'intensité décroissante sur la plaine centrale, sur les périphéries intégrées du nord et du Néguev et sur les périphéries dominées que sont les territoires occupés, dont des fragments sont pourtant directement incorporés au centre par l'extension du Gr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/israel/#i_19785

JÉRUSALEM

  • Écrit par 
  • Alain DIECKHOFF, 
  • Gérard NAHON
  •  • 6 847 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Jérusalem, la « trois fois sainte » »  : […] Judaïsme, christianisme et islam associent Jérusalem à l'origine du monde créé : la cité est le nombril du monde, l'axe majeur de l'univers. Cette sacralité partagée s'est déclinée selon des modalités différentes sur le plan spirituel. Pour le judaïsme, Jérusalem devint le centre cultuel après l'édification du Temple de Salomon ( x e  siècle avant […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jerusalem/#i_19785

JUDAÏSME - Les pratiques

  • Écrit par 
  • Gérard NAHON, 
  • Charles TOUATI
  •  • 4 474 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Lieux de pèlerinages »  : […] Lieu privilégié de la prière et du recueillement, le Mur occidental , vestige du Temple de Jérusalem, a bénéficié d'un prestige considérable à travers toute l'histoire juive : les pèlerins s'y rendent en foule . Ailleurs, il n'existe de « lieux saints » que pour la religion populaire : le tombeau de David, le mausolée de Rachel aux abords de Bethléem, le monument funéraire des Patriarches de Ma […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/judaisme-les-pratiques/#i_19785

ORIENT QUESTION D'

  • Écrit par 
  • Robert MANTRAN
  •  • 6 468 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « De l'affaire des Lieux saints à la guerre de Crimée (1850-1856) »  : […] Une querelle sérieuse surgit à propos des Lieux saints entre la France, protectrice des catholiques, et la Russie, protectrice des orthodoxes. Par les Capitulations, la France avait fait reconnaître les droits des religieux latins sur les Lieux saints ; mais, en 1757, les Grecs ont obtenu l'éviction des religieux latins au profit des orthodoxes et, en 1808, les Russes ont fait admettre leur droit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/question-d-orient/#i_19785

PALESTINE

  • Écrit par 
  • Ernest-Marie LAPERROUSAZ, 
  • Robert MANTRAN
  • , Universalis
  •  • 31 607 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Période byzantine (324-640) »  : […] Par sa victoire de 324, Constantin devient le maître de tout l'Empire romain. Faisant de Byzance sa capitale, il la transforme profondément, lui donnant, notamment, un caractère chrétien : sous le nom de Constantinople, la « nouvelle Rome » sera inaugurée en 330. Mais, sans attendre cette date, Constantin généralise et multiplie les mesures favorables aux Chrétiens, encourageant, notamment, ceux- […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/palestine/#i_19785

PÈLERINAGES & LIEUX SACRÉS

  • Écrit par 
  • Alphonse DUPRONT
  •  • 22 742 mots
  •  • 8 médias

Les termes de « pèlerinage » et de « lieu sacré » sont typiquement occidentaux : si l'on met à part les langues germaniques, ce sont les formes latines de peregrinatio et de loca sacra qui sont, non seulement dans les parlers latins mais aussi dans tout le monde anglo-saxon, les racines communes du vocabulaire vernaculaire désignant ces faits essentiel […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pelerinages-et-lieux-sacres/#i_19785

SALADIN (1137-1193)

  • Écrit par 
  • Claude CAHEN
  •  • 1 568 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La lutte contre la croisade »  : […] Cependant, le triomphe même provoqua la plus forte crise du règne. L'émotion suscitée en Occident par la chute de Jérusalem entraîna la formation d'une nouvelle croisade, à laquelle les rois de France et d'Angleterre et l'empereur allemand s'apprêtèrent à participer en personne, ainsi que les villes marchandes italiennes dont la flotte était nécessaire. Si l'empereur mourut au seuil de la Syrie, a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/saladin/#i_19785

Pour citer l’article

Jean FAVIER, « LIEUX SAINTS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/lieux-saints/