Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

GUIBERT HERVÉ (1955-1991)

Hervé Guibert

Hervé Guibert

Chez Hervé Guibert — qui fut longtemps critique photographique au journal Le Monde —, l'écrivain produit des images ou des fantasmes, et le photographe raconte des histoires. Dans L'Image fantôme (1981), il avait clairement exprimé que la photographie telle qu'il l'entendait ne se concevait que dans une visée autobiographique. C'est ce dont témoigneront ses livres de photographies : Le Seul Visage (1984), L'Image de soi, ou l'Injonction de son beau moment ? (1989). Les nombreux livres d'Hervé Guibert peuvent se regrouper en grandes sections, où se retrouvent les mêmes obsessions et, souvent, les mêmes personnages, dont l'auteur lui-même, omniprésent : on distinguera les textes à caractère pornographique (Les Chiens, 1982, Les Aventures singulières, 1982, Vous m'avez fait former des fantômes, 1987), les romans « familiaux » ou directement autobiographiques (Suzanne et Louise, 1980 ; Mes parents, 1986 ; À l'ami qui ne m'a pas sauvé la vie, 1990 ; Le Protocole compassionnel, 1991 ; L'Homme au chapeau rouge et Cytomégalovirus, 1992), des livres inspirés d'expériences « professionnelles » (Des aveugles, 1985 ; L'Incognito, 1989), enfin des romans plus atypiques, souvent drolatiques (Voyage avec deux enfants, 1982 ; Les Lubies d'Arthur, 1983 ; Mauve le Vierge, 1988 ; Les Gangsters, 1988 ; Fou de Vincent, 1989 ; Mon valet et moi, 1991).

Dès son premier texte, La Mort propagande (1977), Hervé Guibert affirmait : « Mon corps est un laboratoire que j'offre en exhibition, l'unique acteur, l'unique instrument ». Guibert a trouvé, involontairement, le lieu d'accomplissement de son projet d'écrivain : dire la vérité, même si elle se confond avec la mort. « Le sida m'a rendu intelligent », notait Guibert, mi-sérieux, mi-ironique. C'est l'intelligence, en effet, de ces livres qu'on doit retenir. On rappellera enfin le scénario qu'Hervé Guibert avait écrit avec Patrice Chéreau, L'Homme blessé (1983), où un coup de foudre entre deux garçons était envisagé par les auteurs « comme une initiation au malheur ». Écrire, Guibert l'a souvent dit, c'est trahir : ses amis, ses idéaux, ses maîtres. Il reconnaissait volontiers que ses livres étaient écrits sous l'influence de, ou plutôt en compagnie des écrivains qu'il admirait : Roland Barthes, Peter Handke, Eugène Savitzkaya, Knut Hamsun ou encore Thomas Bernhard pour À l'ami qui ne m'a pas sauvé la vie.

— François POIRIÉ

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Média

Hervé Guibert

Hervé Guibert

Autres références

  • À L'AMI QUI NE M'A PAS SAUVÉ LA VIE, Hervé Guibert - Fiche de lecture

    • Écrit par François POIRIÉ
    • 991 mots
    • 1 média

    Dès son premier livre, La Mort propagande (1977), Hervé Guibert (1955-1991) a lié le sexe, la mort et le désir d'écrire, et formulé une exigence précise à l'égard de la littérature : elle doit révéler à l'auteur sa véritable identité, mettre à nu ce « moi » qui le hante comme un double, un moi qu'il...

  • CALLE SOPHIE (1953- )

    • Écrit par Universalis, Elvire PEREGO
    • 1 768 mots

    La vie et la personnalité de Sophie Calle sont, ou passent pour être, « hyperlittéraires ». C'est l'identification imaginaire de cette singulière artiste avec ces êtres d'encre et de papier – Anna, Maria – que glissèrent tour à tour dans leur univers romanesque les écrivains ...

  • PHOTOGRAPHIE (art) - Un art multiple

    • Écrit par Hervé LE GOFF, Jean-Claude LEMAGNY
    • 10 750 mots
    • 21 médias
    ...souvent touchée par les fléaux de la drogue et du sida. La même démarche autobiographique domine la photographie pratiquée par l'écrivain français Hervé Guibert, également connu pour ses critiques de l'actualité photographique dans les colonnes du quotidien Le Monde, entre 1977 et 1985. Chroniqueur...

Voir aussi