ATMOSPHÈRELa couche atmosphérique terrestre

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La circulation atmosphérique globale

L’atmosphère terrestre subit en permanence, de la part de son environnement, un certain nombre de contraintes qui la forcent à se transformer, à se restructurer et à se déplacer. Les principaux acteurs de cette agitation sont le réchauffement solaire qui affecte différemment les régions équatoriales et les régions polaires, la force de gravité terrestre, la poussée d’Archimède et la force de Coriolis due à la rotation de la Terre. La circulation atmosphérique globale qui en résulte joue un rôle primordial sur le climat de la planète en assurant le transfert d'énergie entre les régions intertropicales chaudes et les régions polaires froides. Si le schéma qui en ressort ne peut mettre en évidence les phénomènes de petite et moyenne échelle qui affectent notre temps (météorologique) de tous les jours, il fournit toutefois une description schématique des conditions globales dans lesquelles ils se développent.

Circulation générale de l’atmosphère

Dessin : Circulation générale de l’atmosphère

La cellule de Hadley fournit une description schématique de la circulation moyenne observée entre les régions équatoriales où les courants d'air ascendant dominent et les régions tropicales essentiellement couvertes par des courants d'air descendant. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

On a d’abord pensé que la circulation atmosphérique globale prenait la forme, dans chaque hémisphère, d’une immense cellule de convection thermique allant de l’équateur au pôle, une théorie proposée par l’avocat et météorologue anglais George Hadley en 1735. Étant plus ou moins perpendiculaires au rayonnement solaire, les régions équatoriales reçoivent de plus grandes quantités d’énergie que les régions voisines et sont plus fortement réchauffées. Devenu plus chaud et plus léger, l’air qui s’y trouve a tendance à s’élever. Il est aussitôt remplacé par de l’air plus froid provenant des régions tropicales. Au-dessus de 10 kilomètres d’altitude, alors qu’il se rapproche de la tropopause, l’air chaud ascendant est freiné et commence à s'écouler en partie vers le nord, en partie vers le sud, en direction des pôles. Il se refroidit alors par rayonnement, s’alourdit et finit par retomber vers le sol, avant de retourner vers l'équateur où il se réchauffe à nouveau et peut commencer une nouvelle ascendance. Ce type de circulation, appelée circulation convective, se développe chaque fois qu'un fluide est réchauffé par le bas ou refroidi par le haut. Il se produit également à petite échelle lors de la formation d’orages ou de brises côtières. Les « cellules de Bénard » – du nom du physicien qui les interpréta en 1900 – qui apparaissent lorsqu’on met de l’eau à chauffer dans une casserole en sont un bon exemple. Le fond de la casserole devenant plus chaud, l’eau qui s’y trouve devient plus légère et tend à monter vers la surface où elle est refroidie, pendant que l’eau plus froide qui s’y trouvait descend pour la remplacer. Ainsi, se crée, sous forme de cellules individuelles, une circulation de l’eau entre la surface chaude du fond de la casserole et la surface froide qui reste en contact avec l’atmosphère.

Mais, en raison de la force de Coriolis, après avoir entamé un déplacement en direction des pôles, l'air chaud et léger, provenant des régions équatoriales, se trouve rapidement dévié vers sa droite dans l’hémisphère nord et vers sa gauche dans l’hémisphère sud. Ainsi, lorsqu’il atteint une latitude proche du 25e parallèle, sa trajectoire est plus ou moins dirigée vers l’est dans les deux hémisphères. Refroidi et alourdi, une partie de cet air entame alors une descente vers le sol au niveau des tropiques avant de fermer la boucle en retournant vers l’équateur. Du fait de la rotation de la Terre, sa trajectoire est déviée vers l’ouest, donnant ainsi naissance aux vents d’alizés dits de nord-est dans l’hémisphère nord et de sud-est dans l’hémisphère Sud. La région où ces alizés convergent, connue sous le nom de zone de convergence intertropicale (ZCIT) ou d’équateur météorologique, oscille autour de l’équateur en fonction des saisons. Elle est caractérisée par la présence de courants d’air chaud ascendants et la formation de nombreux cumulonimbus.

Ainsi, les cellules qui prennent naissance au niveau de l’équateur ne couvrent pas l’ensemble d’un hémisphère comme l’avait imaginé Hadley, mais restent plus ou moins confinées entre l’équateur et les tropiques. Du fait de la rotation de la Terre, l’organisation zonale de la circulation moyenne globale nécessite donc la prise en compte dans chaque hémisphère, non pas d’une seule, mais de trois cellules disposées en bandes selon les latitudes. Pour nommer les cellules des régions intertropicales, on a toutefois conservé le nom de cellule de Hadley, en hommage à ce précurse [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 12 pages

Médias de l’article

Composition de l’atmosphere terrestre

Composition de l’atmosphere terrestre
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Bilan radiatif de la Terre

Bilan radiatif de la Terre
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Spectres d’émission et d’absorption des radiations émises par le Soleil et par la Terre

Spectres d’émission et d’absorption des radiations émises par le Soleil et par la Terre
Crédits : Avec l'aimable autorisation des Editions Flammarion

graphique

Structure verticale de l’atmosphère

Structure verticale de l’atmosphère
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Afficher les 7 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  ATMOSPHÈRE  » est également traité dans :

ATMOSPHÈRE - Chimie

  • Écrit par 
  • Marcel NICOLET
  •  • 3 574 mots
  •  • 5 médias

Le point de départ obligé de la chimie de l'atmosphère terrestre est la dissociation de la molécule d'oxygène, par absorption de la radiation ultraviolette du Soleil, suivie de la formation immédiate de la molécule d'ozone, dans l'air pur et se […] Lire la suite

ATMOSPHÈRE - Thermodynamique

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre CHALON
  •  • 7 724 mots
  •  • 7 médias

La thermodynamique atmosphérique est une branche de la physique qui étudie le comportement de l'atmosphère à la suite de transferts ou de transformations d’énergie, et permet d’expliquer les phénomènes météorologiques qui en découlent. La Terre reçoit en effet de grandes quantités d’énergie solaire, inégalement réparties ; l’atmosphère, comme l’océan, participe à une redistribution globale de cet […] Lire la suite

ACCÉLÉROMÈTRES SPATIAUX

  • Écrit par 
  • Raphaël F. GARCIA, 
  • Pierre TOUBOUL
  •  • 4 872 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Goce : un satellite à l'écoute des séismes »  : […] Le sondage de la haute atmosphère par les ondes radio a permis de démontrer, depuis les années 1960, que les ondes sismiques générées au sol se propagent jusqu'à 300 kilomètres d'altitude. Goce, satellite de l'E.S.A., destiné à la mesure du champ de gravité terrestre, vient de faire la première mesure in situ de ces ondes. Il représente un saut technologique par rapport aux précédentes missions g […] Lire la suite

AÉRONOMIE

  • Écrit par 
  • Gaston KOCKARTS
  •  • 4 145 mots
  •  • 11 médias

L' aéronomie a pour objet l'étude des régions atmosphériques où les phénomènes de dissociations moléculaires et d'ionisation sont importants. Cette définition s'applique aussi bien à l'atmosphère terrestre qu'aux atmosphères planétaires. Le mot aéronomie fut imaginé par Sidney Chapman (1888-1970) et fut adopté lors de l'assemblée générale de l'Union internationale de géodésie et de géophysique à R […] Lire la suite

AIR

  • Écrit par 
  • Jean PERROTEY
  •  • 2 150 mots
  •  • 2 médias

Le globe terrestre est entouré d'une atmosphère constituée d'un mélange gazeux nommé air, qui s'étend de la surface du sol jusqu'à une altitude d'environ 150 kilomètres. La pression de l'air au niveau de la mer a longtemps servi d'unité de pression (atmosphère) ; elle décroît si l'on s'élève et, vers 130 kilomètres, le vide est comparable à celui que l'on peut obtenir en laboratoire avec les meill […] Lire la suite

ANTARCTIQUE

  • Écrit par 
  • Pierre CARRIÈRE, 
  • Edmond JOUVE, 
  • Jean JOUZEL, 
  • Gérard JUGIE, 
  • Claude LORIUS
  •  • 16 439 mots
  •  • 24 médias

Dans le chapitre « Le trou dans la couche d'ozone »  : […] Formé de trois atomes d'oxygène, l'ozone (O 3 ) est un constituant présent dans l'atmosphère en très faible quantité, équivalente à une épaisseur de quelques millimètres dont environ 90 p. 100 entre 20 et 50 kilomètres d'altitude. Son rôle est cependant essentiel, car il absorbe très efficacement le rayonnement solaire ultraviolet, permettant ainsi le maintien de la vie animale et végétale à la su […] Lire la suite

APPLETON EDWARD VICTOR (1892-1965)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 426 mots

Né le 6 septembre 1892 à Bradford (Grande-Bretagne), Edward Victor Appleton fit ses études supérieures à l'université de Cambridge, où il eut John Joseph Thomson et Ernest Rutherford pour professeurs. Après une interruption due à la Première Guerre mondiale, il entreprit des recherches sur les ondes radio, d'abord à Cambridge puis à l'université de Londres, où il fut professeur de 1924 à 1936. C'e […] Lire la suite

ARCHÉEN

  • Écrit par 
  • Hervé MARTIN
  •  • 3 026 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « L'atmosphère »  : […] Il y a 4 Ga, la quantité d'énergie produite par le Soleil était environ 30 p. 100 plus faible qu'aujourd'hui. Dans de telles conditions, avec une atmosphère semblable à l'atmosphère actuelle, la surface de la planète aurait dû être totalement gelée. Or ce n'était pas le cas puisque la température moyenne de l'océan archéen était d'au moins 39  0 C. La quantité de gaz à effet de serre devait donc […] Lire la suite

ASCENDANCE, météorologie

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre CHALON
  •  • 4 803 mots
  •  • 10 médias

En météorologie, les expressions « ascendance » ou « courant ascendant » désignent tout mouvement de l’air dirigé vers le haut. Les ascendances peuvent avoir des conséquences variées, bénéfiques lorsqu’elles contribuent à la formation des nuages et des précipitations qui fournissent l’eau douce indispensable à notre alimentation, notre hygiène, nos élevages et nos cultures, ludiques lorsqu’elles […] Lire la suite

ASTROMÉTRIE

  • Écrit par 
  • Jean KOVALEVSKY
  •  • 6 507 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « L'astrométrie spatiale »  : […] Il est bien connu que la précision des observations faites par les instruments terrestres est limitée par le caractère fluctuant de l' atmosphère terrestre. D'où l'utilité de faire des observations à partir de satellites artificiels. Cela offre un intérêt considérable pour l'astrométrie et est à l'origine du satellite Hipparcos de l'Agence spatiale européenne (E.S.A.), lancé le 8 août 1989 et d […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Pierre CHALON, « ATMOSPHÈRE - La couche atmosphérique terrestre », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/atmosphere-la-couche-atmospherique-terrestre/