KIRCHER ATHANASIUS (1602-1680)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une œuvre monumentale

Si Kircher (dont les traités étaient impatiemment attendus et les lettres humblement sollicitées, entre autres par le jeune Leibniz) fut considéré par ses contemporains comme un des plus brillants esprits de son siècle, une tradition instaurée par A. Erman (cf. Allgemeine Deutsche Biographie, 1882, s.v.) ne voulut plus, au contraire, voir en lui qu'un compilateur sans génie, impuissant à produire des synthèses utiles ou des idées fécondes. Sans doute fit-il preuve d'un attachement exagéré à la tradition scolastique et, victime de son infatigable curiosité, dispersa-t-il trop ses recherches ; sans doute aussi peut-on lui reprocher une excessive attirance pour l'insolite et le merveilleux (encore qu'il affirmât qu'il était possible d'assigner une cause « naturelle » à chaque phénomène, si prodigieux fût-il), ainsi qu'un manque d'esprit critique, voire une confondante crédulité. Cependant, il ne nous en apparaît pas moins comme une intelligence vaste et inventive, capable de brillantes intuitions.

Bien que le magnétisme ait constitué un de ses plus anciens centres d'intérêt, ses publications sur cette question n'apportent guère d'éléments théoriques nouveaux par rapport à celles de W. Gilbert ou du jésuite N. Cabeo. Dans son principal ouvrage sur ce sujet, le Magnes sive de arte magnetica (1641, 2e et 3e éd. augmentées 1647 et 1654), il se préoccupe surtout de ses applications pratiques à la navigation et à l'arpentage, et il décrit de nombreux jouets magnétiques. Dans son bref Magneticum naturae rerum (1667), qui analyse les trois règnes de la nature, il montre que tous les mouvements des choses, toutes les actions des êtres se font par sympathie et antipathie, attraction et répulsion, Dieu étant « l'aimant central de la nature entière ». Et Kircher attribue à chacune des personnes de la Trinité une des trois forces caractérisant l'aimant : au Père, qui « embrasse toutes choses en lui en tant que source abyssale de tous les êtres et lie à lui le cœur de tous les hommes », convient la « force attractive » (vis attractiva) ; au Fils, qui, Logos et [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages


Écrit par :

  • : docteur en philosophie, attaché de recherche au C.N.R.S.

Classification


Autres références

«  KIRCHER ATHANASIUS (1602-1680)  » est également traité dans :

AUTOMATE

  • Écrit par 
  • Jean-Claude BEAUNE, 
  • André DOYON, 
  • Lucien LIAIGRE
  •  • 6 638 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les « automations » de la Renaissance »  : […] La curiosité de la Renaissance tire parti du nouvel essor des techniques (vulgarisation du système bielle-manivelle, miniaturisation des mécanismes d'horlogerie). Si Léonard de Vinci (1452-1519), dans ses dessins anatomiques, décompose les mouvements des membres dans un jeu de fils associés à des leviers osseux, Rabelais (1494-1563), à qui l'on doit sans doute le mot automate , assimile le corps […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/automate/#i_10617

CINÉMA (Aspects généraux) - Les techniques du cinéma

  • Écrit par 
  • Michel BAPTISTE, 
  • Pierre BRARD, 
  • Jean COLLET, 
  • Michel FAVREAU, 
  • Tony GAUTHIER
  •  • 17 482 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Lanternes magiques »  : […] Bien longtemps avant l'invention du cinématographe, on sut projeter des images grâce à la lanterne magique. Platon en avait eu l'idée avec son fameux mythe de la caverne ( République , vii ). Léonard de Vinci parle déjà de la chambre noire et dessine une lanterne de projection. En 1646, le jésuite allemand Kircher construit une lanterne magique. Avant eux, le moine Bacon au xiii e  siècle, et sans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinema-aspects-generaux-les-techniques-du-cinema/#i_10617

COLOSSAL, art et architecture

  • Écrit par 
  • Martine VASSELIN
  •  • 3 271 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « Le colossal en architecture »  : […] Par extension, le mot colossal a été appliqué au domaine architectural. Vers 1514, Bramante semble avoir inventé l'ordre colossal pour sa propre maison de Rome : une ordonnance de hautes et imposantes colonnes qui embrasse plusieurs niveaux d'habitation et unifie la façade par la puissance de son rythme et de ses proportions. L'ordonnance colossale connut un grand succès dans l'architecture du x […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/colossal-art-et-architecture/#i_10617

COULEURS, histoire de l'art

  • Écrit par 
  • Manlio BRUSATIN
  •  • 10 354 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Techniques et traités au Moyen Âge »  : […] L'introduction des tons de bleu en Occident et les premières indications techniques sur leur fabrication se trouvent dans un recueil de recettes artisanales, les Compositiones ad tingenda musiva ..., manuscrit probablement rédigé à l'époque de Charlemagne, découvert à Lucques et publié seulement au xviii e  siècle à Milan par Ludovico Antonio Muratori. Il s'agit là du texte résumant le mieux le d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/couleurs-histoire-de-l-art/#i_10617

FANTASTIQUE

  • Écrit par 
  • Roger CAILLOIS, 
  • Éric DUFOUR, 
  • Jean-Claude ROMER
  •  • 21 074 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Le fantastique insinué »  : […] Les récits des mythologies et les mystères des religions ne sont pas en eux-mêmes sources suffisantes de l'intrusion fantastique, et cela précisément parce que le merveilleux y est installé de droit divin et que tout y est par principe prodige ou miracle. Il semble pourtant injuste et, en fait, inexact de ne pas admettre qu'un élément étranger ou rebelle peut venir s'y greffer et réussir en quelqu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fantastique/#i_10617

GÉOLOGIE - Histoire

  • Écrit par 
  • François ELLENBERGER
  •  • 6 538 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Le XVIIe siècle et les théories de la Terre jusqu'en 1729 »  : […] La mentalité change complètement dès le début du xvii e siècle. La doctrine mécaniste dévalorise la Nature. L'étude du contenu du sous-sol est au plus bas jusque vers 1660 (et en France jusqu'en 1710). Durant la première moitié du siècle, un seul auteur majeur est à signaler : il s'agit de Descartes, avec ses Principia philosophiae (1644). Il échafaude une cosmogonie d'une grande audace, dont l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/geologie-histoire-des-sciences-de-la-terre/#i_10617

HARPE ÉOLIENNE

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 300 mots

La harpe éolienne – qui tire son nom d'Éole, le dieu grec des vents – est un instrument de musique à cordes qui émet des sons sous l'action du vent. Elle se compose d'une caisse de résonance en bois de 85 à 110 centimètres de longueur, de 12 à 26 centimètres de largeur et de 5 à 9 centimètres d'épaisseur sur laquelle sont disposées avec une tension relativement faible de quatre à douze cordes en b […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/harpe-eolienne/#i_10617

KABBALE

  • Écrit par 
  • François SECRET, 
  • Gabrielle SED-RAJNA
  •  • 7 274 mots

Dans le chapitre « La kabbale chrétienne »  : […] L'expression de kabbale chrétienne désigne un courant d'idées fort complexes qui, depuis le scandale des thèses De omni re scibili de Pic de La Mirandole , à la fin du Quattrocento, se développa avec des fortunes diverses à travers l'Espagne, l'Italie, l'Allemagne, la France, l'Angleterre, les Pays-Bas, la Suède, jusqu'à la publication en 1911 de la traduction du Zohar , la bible de la kabbale, à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/kabbale/#i_10617

LANTERNE MAGIQUE

  • Écrit par 
  • Armel MARIN
  •  • 461 mots
  •  • 1 média

Le même principe régit à la fois le théâtre d'ombres et la lanterne magique : des silhouettes sont projetées sur une toile ou sur une muraille blanche à l'aide d'une source lumineuse. Cependant, tandis que le théâtre d'ombres utilise des marionnettes ou des acteurs, la lanterne magique permet de projeter ou d'agrandir des silhouettes gravées ou peintes sur le verre. La lanterne magique fut découve […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lanterne-magique/#i_10617

WARBURTON WILLIAM (1698-1779)

  • Écrit par 
  • Bernard VALADE
  •  • 1 271 mots

Ordonné prêtre de l'Église anglicane en 1727, vicaire pendant dix-huit ans de la paroisse de Brant-Broughton (Lincolnshire) près de Newark, où il naquit, Warburton s'est d'abord trouvé impliqué dans la controverse qui suivit la publication de La Dunciade , commencée en 1728, en raison des relations qu'il entretint avec M. Concaven et L. Theobald, que Pope n'avait guère ménagés. Dans les articles q […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/william-warburton/#i_10617

Voir aussi

Pour citer l’article

Sylvain MATTON, « KIRCHER ATHANASIUS - (1602-1680) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/athanasius-kircher/