TOSCANINI ARTURO (1867-1957)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Toscanini

Toscanini
Crédits : Hulton Getty

photographie

Cinq grands chefs d'orchestre

Cinq grands chefs d'orchestre
Crédits : Hulton Getty

photographie


L'exigence au service de la musique

Venu relativement tard au concert, Toscanini a abordé le répertoire symphonique avec une maturité et un enthousiasme que des années de fosse n'avaient pas entamés, contrairement à ce qui se produisait chez la plupart de ses confrères. Son répertoire couvrait l'ensemble de l'histoire de la musique, même si, dans le domaine de la musique contemporaine, il semblait surtout attiré par les compositeurs de sa génération. Dans la musique classique (notamment Haydn et Mozart), il a été l'un des premiers chefs à rompre avec l'habitude de diriger les seconds thèmes plus lentement pour en souligner les contours mélodiques. Il refusait le port de voix comme les glissades des instruments à cordes et redonnait ainsi au dessin mélodique son véritable profil. Les interprétations de Toscanini sont restées légendaires pour la rapidité de ses tempos, surtout lorsqu'on le comparait à Furtwängler ou à Bruno Walter. Mais c'est oublier que, dans Parsifal, en 1931, il a été l'un des chefs les plus lents de l'histoire de Bayreuth. Cette impression de rapidité reposait surtout sur un sens du rythme inébranlable et une précision des attaques qui lui ont souvent valu d'être taxé de rigidité et de manque de sensibilité. Pourtant, il était incapable de diriger le Boléro sans accélérer et il s'est brouillé avec Ravel pour cette raison.

Cinq grands chefs d'orchestre

Cinq grands chefs d'orchestre

Photographie

En 1929, de gauche à droite, Bruno Walter (1876-1962), Arturo Toscanini (1867-1957), Eric Kleiber (1890-1956), Otto Klemperer (1885-1973) et Wilhelm Furtwängler (1886-1954). 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

L'Italie lui doit la définition de nouvelles normes de travail d'orchestre et de répétitions lyriques, notamment pour les chanteurs et les chœurs. Il a accompli un travail analogue avec l'Orchestre philharmonique de New York, mais il a véritablement trouvé un instrument à sa mesure avec l'Orchestre symphonique de la N.B.C. Il possédait une mémoire prodigieuse, mais il semble que l'habitude de diriger par cœur soit venue de sa vue déficiente qui ne lui permettait pas de lire les partitions en dirigeant.

En dehors des créations lyriques déjà mentionnées, on doit à Toscanini la création de nombreuses partitions symphoniques – Les Fêtes romaines (1929) de Respighi, le premier Essay for Orchestra et l'


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages


Écrit par :

  • : chef d'orchestre, musicologue, producteur à Radio-France

Classification


Autres références

«  TOSCANINI ARTURO (1867-1957)  » est également traité dans :

FESTIVALS

  • Écrit par 
  • Jean-Michel BRÈQUE, 
  • Matthieu CHÉREAU, 
  • Jean CHOLLET, 
  • Philippe DULAC, 
  • Christian MERLIN, 
  • Nicole QUENTIN-MAURER
  • , Universalis
  •  • 17 238 mots
  •  • 25 médias

Dans le chapitre « Des années Toscanini aux années noires »  : […] En 1933, au moment où l'Allemagne devient nazie, Salzbourg passe plus que jamais pour le haut lieu de l'universalisme européen. Symboliquement, en dirigeant en 1933 Tristan et Isolde , Bruno Walter intègre dans le camp de l'humanisme la musique de Wagner, revendiquée par les nationalistes allemands. Et, symbole encore plus fort, Arturo Toscanini, qui refuse de diriger dans un Bayreuth nazifié, se […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/festivals/#i_14450

NEW YORK ORCHESTRE PHILHARMONIQUE DE

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 1 135 mots
  •  • 4 médias

Doyen des grands orchestres symphoniques américains, l'Orchestre philharmonique de New York (New York Philharmonic) résulte de la fusion, en 1928, de l'Orchestre philharmonique et de l'Orchestre symphonique de New York. La Philharmonic Symphony Society voit le jour en 1842 sous forme d'une coopérative de musiciens. Son premier véritable chef permanent est Theodor Eisfeld (1856-1866), qui partage p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/orchestre-philharmonique-de-new-york/#i_14450

ORCHESTRE DIRECTION D'

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 6 642 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Les écoles de direction d'orchestre »  : […] Depuis l'époque où la direction d'orchestre s'est affirmée comme une discipline autonome, elle a suivi, selon les pays, des chemins différents qui sont les reflets des institutions musicales de ces pays. La France semble avoir oublié assez rapidement la technique de François Habeneck, qui reposait sur un travail approfondi. Dès le début du xx e  siècle, les orchestres donnent de plus en plus de co […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/direction-d-orchestre/#i_14450

SCALA DE MILAN

  • Écrit par 
  • Gilles de VAN
  •  • 1 166 mots
  •  • 3 médias

S'il n'est pas le plus célèbre, la Scala de Milan est certainement l'un des plus prestigieux théâtres lyriques du monde. Il prit la place du Teatro Ducale –  théâtre du Palais ducal –, qui avait été plusieurs fois la proie des flammes et qui avait hébergé des opéras de Mozart ainsi que des ballets d'illustres chorégraphes. L'archiduc d'Autriche en confia la construction, en 1776, à Giuseppe Pierma […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/scala-de-milan/#i_14450

STICH-RANDALL TERESA (1927-2007)

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON
  •  • 1 066 mots

Cette soprano américaine qu'Arturo Toscanini a saluée comme « la découverte du [ xx e ] siècle » a accompli l'essentiel de sa carrière sur le Vieux Continent, où elle a profondément divisé la critique européenne en deux camps qui ont longtemps semblé irréductibles : les réfractaires à la froideur désincarnée de son chant face aux admirateurs d'une fraîcheur et d'une aisance quasi instrumentales. L […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/teresa-stich-randall/#i_14450

WALTER BRUNO (1876-1962)

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 2 162 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « L'épanouissement »  : […] À la mort de Mahler, en 1911, Bruno Walter crée ses deux œuvres posthumes, Le Chant de la terre (Munich, 1911) et la Symphonie n o  9 (Vienne, 1912). Il est ensuite nommé directeur général de la musique à Munich (1913-1922) à la suite du grand chef wagnérien Felix Mottl. Après vingt ans de carrière, Bruno Walter accède enfin à un poste de directeur. C'est à Munich que commence à s'affirmer sa vé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bruno-walter/#i_14450

Pour citer l’article

Alain PÂRIS, « TOSCANINI ARTURO - (1867-1957) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/arturo-toscanini/