TOSCANINI ARTURO (1867-1957)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un tyran sur le podium

Les colères de Toscanini étaient légendaires : elles traduisaient autant une autorité hors du commun qu'une recherche incessante de l'exactitude et de la perfection à une époque où le chef d'orchestre était, beaucoup plus qu'aujourd'hui, un pédagogue. Il en vint même à injurier et à frapper le violon solo de l'orchestre de la Scala avec un archet qu'il avait lui-même brisé. Ses colères reflétaient aussi un tempérament auquel il était difficile de résister et, malgré tout ce qu'ils subissaient, les musiciens le vénéraient. Paderewski affirmait qu'il s'agissait « d'un génie transcendant [...] dont on ne peut parler en termes ordinaires ». Formé à l'école de l'opéra, Toscanini avait souffert pendant toute sa jeunesse des habitudes de médiocrité et de routine engendrées par la tradition, même dans les plus grands théâtres, comme la Scala. Et, durant toute sa carrière, il n'eut de cesse de les combattre, supprimant notamment les bis qui interrompaient la continuité dramatique, les rubatos et points d'orgue traditionnels des chanteurs. Molto preciso était l'une de ses expressions favorites. Mais cette rigueur fait aujourd'hui figure de grande liberté face aux interprétations « musicologiques ». Toscanini se souciait peu de ce que cachait un texte ou une partition. Seul son instinct lui dictait le chemin à suivre et son tempérament faisait le reste. Lui-même ne s'embarrassait pas de scrupules pour pratiquer de larges coupures dans les opéras, supprimer une grande partie de l'ornementation vocale ou modifier l'orchestration. Mais force est de reconnaître que le résultat était toujours très convaincant sur le plan dramatique, évitant longueurs et redites. Il avait un sens des couleurs et de la transparence orchestrale encore inconnu de son temps qui a fait disparaître, dans ses interprétations, tout le pathos postromantique.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages



Médias de l’article

Toscanini

Toscanini
Crédits : Hulton Getty

photographie

Cinq grands chefs d'orchestre

Cinq grands chefs d'orchestre
Crédits : Hulton Getty

photographie





Écrit par :

  • : chef d'orchestre, musicologue, producteur à Radio-France

Classification


Autres références

«  TOSCANINI ARTURO (1867-1957)  » est également traité dans :

FESTIVALS

  • Écrit par 
  • Jean-Michel BRÈQUE, 
  • Matthieu CHÉREAU, 
  • Jean CHOLLET, 
  • Philippe DULAC, 
  • Christian MERLIN, 
  • Nicole QUENTIN-MAURER
  • , Universalis
  •  • 17 238 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « Des années Toscanini aux années noires »  : […] En 1933, au moment où l'Allemagne devient nazie, Salzbourg passe plus que jamais pour le haut lieu de l'universalisme européen. Symboliquement, en dirigeant en 1933 Tristan et Isolde , Bruno Walter intègre dans le camp de l'humanisme la musique de Wagner, revendiquée par les nationalistes allemands. Et, symbole encore plus fort, Arturo Toscanini, qui refuse de diriger dans un Bayreuth nazifié, se […] Lire la suite

NEW YORK ORCHESTRE PHILHARMONIQUE DE

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 1 135 mots
  •  • 4 médias

Doyen des grands orchestres symphoniques américains, l'Orchestre philharmonique de New York (New York Philharmonic) résulte de la fusion, en 1928, de l'Orchestre philharmonique et de l'Orchestre symphonique de New York. La Philharmonic Symphony Society voit le jour en 1842 sous forme d'une coopérative de musiciens. Son premier véritable chef permanent est Theodor Eisfeld (1856-1866), qui partage p […] Lire la suite

ORCHESTRE DIRECTION D'

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 6 642 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Les écoles de direction d'orchestre »  : […] Depuis l'époque où la direction d'orchestre s'est affirmée comme une discipline autonome, elle a suivi, selon les pays, des chemins différents qui sont les reflets des institutions musicales de ces pays. La France semble avoir oublié assez rapidement la technique de François Habeneck, qui reposait sur un travail approfondi. Dès le début du xx e  siècle, les orchestres donnent de plus en plus de co […] Lire la suite

SCALA DE MILAN

  • Écrit par 
  • Gilles de VAN
  •  • 1 166 mots
  •  • 3 médias

S'il n'est pas le plus célèbre, la Scala de Milan est certainement l'un des plus prestigieux théâtres lyriques du monde. Il prit la place du Teatro Ducale –  théâtre du Palais ducal –, qui avait été plusieurs fois la proie des flammes et qui avait hébergé des opéras de Mozart ainsi que des ballets d'illustres chorégraphes. L'archiduc d'Autriche en confia la construction, en 1776, à Giuseppe Pierma […] Lire la suite

STICH-RANDALL TERESA (1927-2007)

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON
  •  • 1 066 mots

Cette soprano américaine qu'Arturo Toscanini a saluée comme « la découverte du [ xx e ] siècle » a accompli l'essentiel de sa carrière sur le Vieux Continent, où elle a profondément divisé la critique européenne en deux camps qui ont longtemps semblé irréductibles : les réfractaires à la froideur désincarnée de son chant face aux admirateurs d'une fraîcheur et d'une aisance quasi instrumentales. L […] Lire la suite

WALTER BRUNO (1876-1962)

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 2 162 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « L'épanouissement »  : […] À la mort de Mahler, en 1911, Bruno Walter crée ses deux œuvres posthumes, Le Chant de la terre (Munich, 1911) et la Symphonie n o  9 (Vienne, 1912). Il est ensuite nommé directeur général de la musique à Munich (1913-1922) à la suite du grand chef wagnérien Felix Mottl. Après vingt ans de carrière, Bruno Walter accède enfin à un poste de directeur. C'est à Munich que commence à s'affirmer sa vé […] Lire la suite

Pour citer l’article

Alain PÂRIS, « TOSCANINI ARTURO - (1867-1957) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/arturo-toscanini/